Emploi-Pro

Jusqu’en 2016, les embauches de cadres devraient stagner… à haut niveau

Publié le

jusqu-en-2016-les-embauches-de-cadres-devraient
Selon les prévisions de l’Apec, le marché de l’emploi des cadres devrait traverser jusqu’en 2016 une période de stagnation. Pas de bond, pas de recul important, il connaîtrait une stabilité des embauches légèrement en dessous de 180 000 par an, un niveau élevé.

 

L’Association pour l’emploi des cadres a préféré retenir le scénario du pire, celui d’une croissance tétanisée. Pour les 4 ans à venir, soit jusqu’en 2016, il ne faut en effet, selon l’Apec, pas s’attendre à un rebond miraculeux de la croissance. Mais plutôt à une croissance faible avec une progression du PIB ne dépassant jamais 1 %. « Les fortes turbulences secouant l’ensemble de la zone euro, mêlant crises souveraines et crises bancaires, mettraient du temps à s’apaiser », pointe l’étude de prospective réalisée par l’Apec et publiée le 12 juillet. Elle forge sa conviction sur des exemples empiriques. Il a fallu ainsi toute la décennie 1990 pour que l’économie nippone se relève de sa crise financière. Même chose pour l’économie canadienne, qui a eu besoin dix ans pour réduire son endettement. La France et la zone euro devraient donc connaître le même sort.

 

Activité économique au ralenti

Ainsi, jusqu’en 2016, « les principaux déterminants de l’activité économique tourneraient au ralenti » anticipe l’étude avant de détailler les différents mécanismes : « les entreprises feraient preuve de prudence et limiteraient leurs dépenses d’investissements. Elles pâtiraient également de conditions de financement restreintes et de capacités d’autofinancement limitées. » La dégradation du marché du travail (taux de chômage de 10,3 % anticipé pour 2013), la poussée de l’inflation, la hausse de la pression fiscale, inciteraient les ménages à épargner plus qu’à consommer. Enfin, il n’y a pas de grande aide à attendre de l’extérieur, l’ensemble de l’Europe étant logé à la même enseigne. Bref la croissance serait « tétanisée ». Ce n’est pas, en général, bon signe pour l’emploi.

 

Stagnation des recrutements des cadres mais à niveau élevé

Les cadres seront donc touchés, mais de manière très supportable. « Le marché de l’emploi cadre devrait connaître une situation de stagnation au moins jusqu’en 2016 », résume Jean-Marie Marx, directeur général de l’Apec. Mais, et c’est l’aspect très supportable de la chose, « les volumes d’embauches resteraient à haut niveau » poursuit-il. Pour les 4 années à venir, le nombre de recrutements devrait osciller autour de 180 000 embauches par an : 176 300 pour 2012, 179 000 pour 2013 et pour 2014, 178 400 pour 2015 et enfin 177 200 pour 2016. Pour rappel, en 1993 et 1994, deux dernières années noires pour l’emploi des cadres, l’Apec avait comptabilisé respectivement 71 160 et 80 500 recrutements annuels. « Le marché n’est pas sinistré, et les entreprises continueront à recruter de nombreux cadres, majoritairement des jeunes cadres et des cadres confirmés, et principalement pour remplacer les départs à la retraite. Cela sera nécessaire, en particulier pour les PME, afin de relever les défis en matière d’innovation et de conserver les compétences dont elles ont besoin », conclut le directeur général de l’Apec.

Lucile Chevalier  

 

 

Qui recrute ?

Ces entreprises recherchent des collaborateurs

Cabinets de recrutement

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X