Emploi-Pro

Une licence professionnelle en assurbanque à Nîmes

Par publié le

coaching
Ce cursus, qui ouvrira en septembre, est voué à la formation de commerciaux spécialistes des assurances de personnes et des produits financiers.

En septembre, la future licence professionnelle « chargé de clientèle en assurance, banque et finance » proposée par l'université de Nîmes accueillera sa première promotion d'une vingtaine d'étudiants recrutés au niveau bac + 2 dans le domaine juridique ou économique.

Découvrir les nouvelles frontières

L'université a choisi comme partenaire le lycée Albert-Camus (anciennement Montaury), qui propose, depuis 1992, un BTS assurances formant une trentaine de personnes par an. « La nouvelle formation, conçue en étroite relation avec les professionnels de l'assurance, répond à l'émergence de nouveaux métiers exigeant la maîtrise de produits à la frontière entre les secteurs de l'assurance et de la finance », souligne Marie-Pierre Mercier, professeur et référent assurances au lycée Albert-Camus. L'implication des assureurs va de la conception des programmes jusqu'aux recrutements, en passant par des interventions en tant qu'enseignant et l'engagement de stagiaires. « Nos métiers changent, et les courtiers, traditionnellement plus centrés sur l'IARD, se tournent désormais vers les assurances de personnes, les produits financiers, la gestion de patrimoine », prévient Jacques Bédrines, vice-président Languedoc-Roussillon du Syndicat méditerranéen des courtiers d'assurances et de réassurance (SMCar).

Inversion de la charge de vente


Une évolution qui vaut pour tous les acteurs de l'assurance. Bernard Marcoux, directeur des ressources humaines commerciales d'Axa Sud-Est, met en avant la nécessité de privilégier la démarche commerciale pour vendre ce type de produits : « Alors que, pour l'IARD, les gens viennent spontanément assurer leur auto ou leur maison, il faut à l'inverse aller vers eux pour les assurances de personnes et les produits financiers. »
Pierre-Marie Barbusse, président de la chambre Agéa de Nîmes, va dans le même sens : « Depuis l'origine du projet, il y a environ deux ans, nous avons poussé pour que la formation privilégie la fonction commerciale. Les futurs chargés de clientèle auront à concevoir des opérations complètes concernant aussi bien les clients du portefeuille que les prospects. »
Ce type d'opération exige de fortes compétences. Selon Bernard Marcoux, « lors de leur année de licence, grâce aux connaissances acquises, les étudiants prennent plus de recul dans l'analyse des besoins du client en matière de complément de retraite et de transmission de patrimoine. »

Le commercial mutant est attendu

De son côté, Anne-Marie Simon, directrice des ressources humaines de la mutuelle de santé Unilia, analyse : « La technicité devient indispensable dans notre métier. Pour les offres en matière de prévoyance, épargne et retraite, il faut écouter le client, proposer les produits qui collent à ses besoins et savoir les lui présenter. »
Pour peu que la future licence professionnelle tienne ses promesses par rapport aux attentes des assureurs, les débouchés seront au rendez-vous. En effet, la capacité d'accueil pour les étudiants ayant le profil de cette licence est estimée de 50 à 100 places par an pour le Languedoc-Roussillon. Bernard Marcoux indique que les besoins annuels d'Axa Sud-Est sont de 120 à 130 commerciaux de ce type.



UNE TRENTAINE D'ÉTUDIANTS ESPÉRÉS EN VITESSE DE CROISIÈRE
La date limite pour déposer les dossiers de candidature à la future licence professionnelle « chargé de clientèle en assurance, banque et finance » proposée par l'université de Nîmes, est fixée au 16 juin .
Le recrutement concerne les étudiants de niveau bac + 2 en droit, économie, administration économique et sociale (AES), ainsi que les titulaires d'un brevet de technicien supérieur (BTS) ou d'un diplôme universitaire de technologie (DUT), général ou spécialisé.
Après étude du dossier et une épreuve orale prévue au début du mois de juillet, le jury retiendra 18 étudiants. « Il s'agit là de la première promotion, mais nous espérons recruter une trentaine d'étudiants en vitesse de croisière, d'ici à deux ou trois ans », précise Marie-Pierre Mercier, professeur et référent assurances au lycée Albert-Camus de Nîmes.

 

Qui recrute ?

Ces entreprises recherchent des collaborateurs

Cabinets de recrutement

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X