emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa L'echo tourisique Neo restauration Le Moniteur

En quoi consiste le nouvel entretien professionnel ?

 | par 

En quoi consiste le nouvel entretien professionnel ?
Jean-Pierre Willems, consultant chez Demos.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • imprimer

Les premiers entretiens professionnels doivent avoir lieu avant le 7 mars 2016. En quoi consistent-ils ? Qu’est-ce que le salarié peut en tirer ? Comment doit-il se préparer ? Nos réponses.

 

Avant le 7 mars prochain, tous les salariés travaillant dans une entreprise de plus de 50 personnes y seront passés. Ils auront discuté en tête à tête avec leur supérieur hiérarchique de leurs « perspectives d’évolution professionnelle au sein de la société, notamment en termes de qualification et d’emploi ». La loi du 5 mars 2014 le précise en instaurant un entretien professionnel. Il a lieu tous les 2 ans. C’est une grande première. Mais concrètement quels sont les changements que cela occasionne ?

Car ces sujets, les ambitions du salarié et ses vœux pieux en matière de formation, pouvaient déjà être abordés dans le cadre de l’entretien annuel d’évaluation. En apparence donc, rien de bien neuf. En apparence seulement.

« Cette loi introduit une distinction claire entre ces deux entretiens. L’entretien d’évaluation se recentre sur l’évaluation du salarié. Il s’agit de mesurer, d’une part, si le salarié a, au cours de l’année écoulée, atteint ses objectifs et, dans un second temps, de fixer les objectifs pour l’année suivante. C’est un entretien très opérationnel. On y parle chiffre et résultats.

 

La loi prévoit une sanction

L’entretien professionnel, quant à lui, se concentre sur le développement du salarié au sein de la société. Il s’agit de revenir sur le chemin parcouru, les compétences développées et d’aborder l’avenir : quelles sont les aspirations du salarié, quelles compétences souhaite-t-il développer et quelles compétences l’entreprise souhaiterait le voir développer ? », explique Xavier Bonduelle, président de l’Institut de management des ressources humaines (IMDRH). Le registre n’est donc pas le même. Dans l’entretien professionnel on parle perspectives de carrière, progression, formation exclusivement.

Autre nouveauté : la loi prévoit une sanction pour les entreprises de mauvaise volonté. Si au cours des 6 années passées, le collaborateur n’a pas évolué - ou plus précisément n’a pas bénéficié d’au moins 2 de ces 3 actions : action de formation, certification ou VAE, progression de carrière et/ou salariale – alors l’entreprise devra payer des heures de formation. Le tarif : 100 heures de formation à verser sur le compte personnel de formation du salarié si ce dernier travaille à plein temps ; 130 heures s’il est en temps partiel.

 

« Travailler sur son projet professionnel »

Terrible épée de Damoclès ? Non. Certes, la note peut être salée pour l’entreprise si elle doit payer la centaine d’heures pour un groupe important de salarié. Néanmoins, cela n’oblige en aucun cas l’entreprise a acquiescé les yeux fermés à tous les vœux des salariés. C’est un dialogue. Le manager attend du salarié qu’il argumente, qu’il le persuade de la crédibilité de son projet. Bref, les salariés n’y couperont pas. Pour obtenir ce qu’ils souhaitent, ils devront préparer l’entretien. En amont de l’entretien, « le salarié doit d’une part identifier les questions sur lesquelles il souhaite avoir des précisions. Par exemple : quels sont les métiers sur lesquels il y aura des besoins, sa fonction aura-t-elle la même configuration dans 2 ans, quelles sont les possibilités de se former ? D’autre part, il doit travailler sur son projet professionnel », précise Jean-Pierre Willems, consultant chez Demos. Où se voit-il dans 2 ans ? Vers quelle fonction souhaite-t-il évoluer ? Où sont ses difficultés ? Quelle formation lui sera utile ? Plus le salarié partage son envie et sa motivation, en montrant qu’il a documenté son projet, qu’il s’est renseigné sur une formation ou sur une fonction par exemple, plus son manager sera enclin à l’écouter. Plus il montrera ce que l’entreprise peut y gagner, plus il sera convaincant.

Lucile Chevalier

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Recrutement : quand il faut postuler et pourquoi

Recrutement : quand il faut postuler et pourquoi

Emplois de demain : développer les soft skills

Emplois de demain : développer les soft skills

Salon Top recrutement : 300 recruteurs, 45 000 postes

Salon Top recrutement : 300 recruteurs, 45 000 postes

Recherche d’emploi : les mois où il faut postuler !

Recherche d’emploi : les mois où il faut postuler !

GRATUITMBA ou MS : Nos conseils pour faire le bon choix

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

12208 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X