emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa L'echo tourisique Neo restauration Le Moniteur

L'entretien d'évaluation 4/ Comment se comporter pendant l’entretien ?

 | par 

L'entretien d'évaluation 4/ Comment se comporter pendant l’entretien ?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • imprimer

En entretien d’évaluation, le subordonné doit savoir faire preuve de diplomatie. Il doit pouvoir mener le débat alors que son manager estimera le diriger. Tout un art.

L’exercice de l’entretien d’évaluation est difficile aussi bien pour le subordonné que pour le manager. Mais comme dans les animaux de la ferme, le roman de George Orwell (Folio), certains animaux, en entreprise, sont plus égaux que d’autre. C’est le cas du manager. Le subordonné est donc en position de faiblesse. Il doit donc oeuvrer pour que la rencontre se passe le mieux possible pour ses intérêts. Cette rencontre se déroule en face à face. Il peut y avoir des tensions. Pour les désamorcer, le premier conseil, on l’a vu, est d’appuyer son argumentaire sur des faits. Un entretien est un espace de dialogue et d’échange. Il faut donc y aller en étant ouvert.

La préparation, gage d’un échange de qualité

Le salarié doit se présenter devant son patron en pleine confiance. « Il le sera d’autant plus que la rencontre a été bien préparée, précise Michel Lora, fondateur et dirigeant du Groupe intervention-innovation (GII) et auteur, avec Pierre Miraillès, de Entretiens d'évaluation Guide pratique pour le manager efficace. En cas de différence de perception, le subordonné doit également tout faire pour bien comprendre la vision de son manager ». Cela lui permettra d’expliquer, toujours très calmement, pourquoi les avis divergent sur un point de compétence, sur un échec ou une réussite. « Le salarié doit aussi se présenter en entretien avec la volonté d’être honnête avec lui-même, ajoute Jacques Teboul, ancien directeur du département management de la Cegos et auteur de L'entretien d'évaluation, comment s'y comporter, comment le mener ?  Il faut expliquer ses réussites et ses échecs et se montrer coopérant avec son patron. En étant apaisé avec lui-même, il apaisera sa relation avec le dirigeant ».

Il faut enfin être réaliste. Le subordonné passe un entretien avec un supérieur hiérarchique. En cas de conflit, le salarié sera toujours perdant. Il faut alors savoir plier et réorienter la discussion sur les faits.

Toutefois, en cas de montée d’adrénaline, le subordonné doit toujours rappeler à son manager que l’entretien est soumis à des règles de bienséance. Si le manager dérape avec une attaque personnelle, il faut le lui signaler avec diplomatie. L’entretien est un excellent révélateur des tensions. Ce peut être l’occasion de parler des choses qui ne vont pas. Il faut s’en saisir.   Le salarié ne doit donc pas oublier qu’il est en situation de mener la discussion.
Comment bien aborder l’entretien ?

Stéphanie Féliculis est psychologue et consultante en management. Elle est l’auteure de Mener un entretien annuel : révélez vos talents de manager.

« Pour que le salarié aborde l’entretien d’évaluation au mieux, il peut utiliser un outil de réflexion très intéressant. Il s’agit de se représenter la vision que l’on a de soi et celle que l’on a de l’autre. Cela permet de comprendre comment cela influence positivement ou négativement sa vision de la rencontre. Dans le cas de l’entretien d’évaluation, un salarié peut estimer qu’il a une appréhension négative de son manager et/ou de cet outil de management. Il estimera alors que l’entretien ne sert à rien. Que son manager est contre. Le subordonné peut aussi considérer qu’il a une mauvaise image de lui-même. Il pourra penser que s'il a plus de cinquante ans, l’entretien ne le concerne pas. Ou il estimera n’être pas assez compétent, que cela va se voir en entretien. Dans ces deux cas, cela peut induire un entretien difficile et conflictuel. En revanche, le subordonné peut être convaincu de ses qualités, de celles de l’entretien et de la volonté du manager d’aboutir à une synthèse enrichissante pour tout le monde. Cela permet de parier sur le réalisme des entreprises. Même un dirigeant convaincu de l’inutilité d’un entretien d’évaluation peut finalement considérer qu’il est important d’écouter voire de négocier. Le salarié doit alors lui faire comprendre qu’il veut être entendu. Qu’il désire voir sa carrière connaître un développement, qu’il voudrait une formation. Le manager doit sentir que le subordonné estime important d’être écouté. Et pas sur un coin de table en 20 minutes. Si c’est le cas, on peut demander une autre rencontre une semaine plus tard dans un vrai bureau et pour une durée de 45 minutes ».
 



Retrouvez ou relisez l'intégralité de notre dossier :

1/ L'entretien d'évaluation : notre enquête pour réussir cet examen

2/ L'entretien d'évaluation : les documents à prévoir

3/ L'entretien d'évaluation : Que peut-on négocier ?

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Nos conseils pour conjuguer handicap et évolution professionnelle

Nos conseils pour conjuguer handicap et évolution professionnelle

« Les hommes ont intérêt à travailler pour un employeur favorisant le travail des femmes »

« Les hommes ont intérêt à travailler pour un employeur favorisant le travail des femmes »

Développer au mieux une carrière au féminin

Développer au mieux une carrière au féminin

Nos conseils pour motiver ses quinquagénaires

Nos conseils pour motiver ses quinquagénaires

GRATUITMBA ou MS : Nos conseils pour faire le bon choix

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

11926 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X