emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa L'echo tourisique Neo restauration Le Moniteur

Les formations continues du ferroviaire sont principalement réalisées en interne

 | par 

Les formations continues du ferroviaire sont principalement réalisées en interne
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • imprimer

Le ferroviaire n’est jamais mieux servi que par lui-même. Pour maintenir l’employabilité de ses collaborateurs, le secteur investit au-delà du minimum légal. Il forme principalement en interne dans ses propres campus.

 

« La formation se déroule en alternance sur 18 mois avec des modules sur la gestion d’entreprise, le management de projet ou le droit. Elle se termine par une soutenance de mémoire », déroule Jean-Marc Dessaint, project manager industrie pour Alstom sur le site de Valenciennes et futur diplômé en master de management. Troublant. À l’écouter, on jurerait qu’il suit les cours d’une école de commerce. Il n’en est rien. Jean-Marc Dessaint a suivi le programme Promotion cadre, pur produit d’Alstom. Autre témoignage, autre entreprise, même étonnement. Souad Bakhouya, embauchée à la SNCF en 2002 en tant que chargée d’études hydrauliques, a voulu changer de métier et passer à la maintenance. Elle a suivi, en 2012, une formation de 18 mois en alternance au sein d’un des campus de la… SNCF.

 

« Maintenir et développer leur employabilité »

Dans le ferroviaire, la formation est une histoire de famille, nous confirme Nicolas Leroy, directeur de la division Ingénieurs chez Michael Page. « Il n’existe pas ou peu d’offre académique sur les spécificités du secteur. Ce sont les entreprises qui forment leurs salariés pour en faire des experts solides. » Les grands groupes dominant le secteur proposent donc des parcours très balisés dans leurs propres centres de formation. Car même s’il y a pénurie de l’offre au niveau des académies, les besoins, eux, sont importants. « Les techniques, les attentes de nos clients et les réglementations évoluent rapidement. Il est donc primordial de former nos salariés pour maintenir et développer leur employabilité », explique Christophe Valentie, responsable emploi, recrutement et formation à la SNCF. Cette société forme chaque année 75 % de ses salariés et y consacre 400 millions d’euros.

Ainsi, il est plutôt usuel pour les salariés du secteur de suivre des formations courtes très techniques spécifiques à leur métier, mais aussi des formations plus générales sur le système de production, la sécurité pour s’adapter aux évolutions de la manière de faire leur métier. « Développer son employabilité dans le ferroviaire, cela veut dire non seulement être bon techniquement et s’adapter aux nouvelles technologies, mais aussi développer son autonomie et son niveau de responsabilité », ajoute Damien de Colombel, DRH Alstom Transport pour le site de Valenciennes. Ce dernier investit entre 2 et 2,5 % de sa masse salariale à la formation et compte atteindre l’objectif de 60 % de salariés formés par des experts référents du site.

 

« Créer un référentiel formation »

Néanmoins, ces formations courtes valorisées en interne sont rarement sanctionnées par une certification qui permettrait de les valoriser en externe. « On y travaille, confie Valérie Obriot, présidente de la commission emploi et formation au sein de Mecateam cluster. Nous avons déjà réuni les donneurs d’ordre, sous-traitants et formateurs. L’objectif serait de créer un référentiel formation reconnu par l’ensemble de la filière. »

 

« La majorité de notre offre de formation concerne le ferroviaire »

Cendrine Aita est chargée de la formation continue à l’Estaca, la grande école d’ingénieurs spécialisée dans les transports. Elle explique pourquoi son établissement s’est spécialisé dans les cursus liés au ferroviaire.

« La majorité de notre offre en formation continue concerne le secteur du ferroviaire. Beaucoup moins l’automobile et l’aéronautique. Il y a plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, il n’existe pas ou peu de cursus en formation initiale dédiée au ferroviaire. Un besoin se fait donc sentir au sein des entreprises du secteur de former leurs nouveaux arrivants aux spécificités du secteur. Ensuite, c’est un secteur très dynamique avec de nombreux projets, comme le Grand Paris, la maintenance des voies, les projets de tramways dans certaines villes de France et à l’international et des investissements importants. En conséquence, il faut non seulement former les collaborateurs aux nouvelles exigences, notamment réglementaires et de sûreté, et aux nouvelles technologies, mais il faut aussi recruter de nouveaux candidats. Ainsi, depuis quelques années, nous accueillons notamment des ingénieurs issus de l’automobile qui viennent développer leur employabilité dans le ferroviaire. Nos formations les plus demandées portent sur les techniques de signalisation, les systèmes d’information voyageurs et d’aide à l’exploitation et sur les systèmes de contrôle ferroviaire. » L. C.

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Les meilleures pratiques plébiscitées à l’étranger

Les meilleures pratiques plébiscitées à l’étranger

Comment se former quand on est en situation de handicap ?

Comment se former quand on est en situation de handicap ?

Comment financer un bilan de compétences

Comment financer un bilan de compétences

Les 4 stratégies pour intégrer un Top MBA

Les 4 stratégies pour intégrer un Top MBA

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

7831 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X