emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa L'echo tourisique Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans l'industrie, Travailler dans le BTP

Les nouveaux métiers du bâtiment intelligent

 | par 

Les nouveaux métiers du bâtiment intelligent
Pour intégrer le secteur du bâtiment intelligent, il faut démontrer des compétences spécifiques mais aussi montrer sa motivation, sa capacité à s’adapter. L’un des points clefs est de pouvoir apprendre en situation de stress.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • imprimer

La révolution du bâtiment intelligent est en marche. Pour emprunter ce train de la modernité (et de l’emploi), les spécialistes du bâtiment devront développer des compétences en BIM, big data ou encore en sociologie. Nos conseils.

 

En ce 2e semestre 2016, le bâtiment ne va (toujours) pas très bien. Ainsi, selon l’Insee,  3 500 emplois salariés ont été détruits au deuxième trimestre 2016 dans le secteur de la construction. C’est pire dans les travaux publics. L'observatoire de la fédération nationale des travaux publics (FNTP), au premier semestre, a annoncé une baisse des effectifs ouvriers de 3,4 % de 2016 à 2015. « Les travaux publics ont perdu 40 000 emplois depuis le début de la crise en 2008 », pour tomber à 259 000 salariés, rappelle, dans les Echos du 19 août, Bruno Cavagné, président de la FNTP.

Le secteur souffre donc. Mais certaines niches résistent et d’autres sont, elles, en plein développement. « C’est le cas du bâtiment intelligent, commente Jens Bicking, dirigeant du cabinet de recrutement Elatos, spécialisé dans le domaine de l’énergie, de l’informatique et de l’environnement. Mes clients mêlent construction, informatique, énergie, comportement de l’utilisateur ». Dans ce cadre, ils recherchent des profils aux multiples compétences. Car, plus que de nouveaux métiers, le marché du travail du bâtiment intelligent a besoin de salariés aux compétences élargies. « La première d’entre elles est le BIM (Building Information Modeling) ou Modélisation des données du bâtiment (MIB), commente Stéphanie Pacitto, chef de produits BTP au CESI, un organisme de formation diplômant 600 jeunes par an, du Bac +2 au Bac +6 en passant par le diplôme d’ingénieurs... Je conseille instamment de s’y former – leurs cursus spécifiques sur ce sujet durent une dizaine de jours - sous peine de perdre rapidement son employabilité. Cette numérisation va toucher très rapidement toutes les fonctions de la conception à la destruction en passant par la construction et l’exploitation ».

 

Cela veut dire être ouvert

 A moyen terme, mais cela existe déjà, le bâtiment du futur sera aussi connecté. Cela demande de disposer de connaissances dans les systèmes d’objets connectés. C’est la 2e révolution en marche. Viendront ensuite les analyses via le Big Data à disposer sur les informations données par tous ces systèmes interconnectés et toutes les évolutions liées à l’arrivée de matériaux du futur permettant par exemple de stocker de l’énergie. Il est aussi important de connaître les nouveaux environnements juridiques. « Pour le salarié, tout cela veut dire être ouvert non seulement au sein de son entreprise mais ouvert à toutes les sociétés intervenantes », estime Noël Richet, délégué général de l’Association pour la connaissance des travaux publics (Asco TP).

Outre ce développement de connaissances, quelques nouveaux métiers vont apparaître. Il s’agit par exemple du coordinateur BIM dont le but est de définir les nouvelles maquettes/dossiers numériques d’un bâtiment donné et de gérer les apports des différents corps de métier. « Tous les projets concernant le bâtiment intelligent sont à la croisée des chemins entre la transition énergétique, le big data, le développement durable et le digital, poursuit Caroline Renoux, dirigeante de Birdeo, un cabinet de recrutement spécialisé dans les métiers du développement durable (http://birdeo.com). Le mot-clef est la transversalité. Mais, pour l’instant, tempère-t-elle, l’offre a du mal à rencontrer la demande. Les projets sont nombreux mais les financements sont difficiles à obtenir ».

 

Digital/big data, transition énergétique

Cela a pour incidence une recherche de salariés aux compétences au moins triples. Des sortes de moutons à 5 pattes additionnant les connaissances en techniques en bâtiment durable, des capacités à gérer des projets transverses, du digital/big data et autres qualités en transition énergétique. Ce peut-être, par exemple, un ingénieur d’une école généraliste connue diplômé d’un Mastère spécialisé en écoconstruction ou en urbanisme et ville durable. Le bon élément aura également débuté par un poste technique avec des expériences à l’étranger.

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Hausse des recrutements dans la maîtrise d’œuvre

Hausse des recrutements dans la maîtrise d’œuvre

Activer et utiliser ses droits à la formation

Activer et utiliser ses droits à la formation

Maîtrise des magasins et intermédiaires du commerce : des emplois en création

Maîtrise des magasins et intermédiaires du commerce : des emplois en création

Chef de projet tous corps d’état, un métier recherché

Chef de projet tous corps d’état, un métier recherché

GRATUITMBA ou MS : Nos conseils pour faire le bon choix

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

2850 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X