emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa L'echo tourisique Neo restauration Le Moniteur

Les universités insèrent bien leurs diplômés mais les salaires ne suivent pas…

 | par 

Les universités insèrent bien leurs diplômés mais les salaires ne suivent pas…
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • imprimer

Deux ans après l’obtention de leur Master, 9 diplômés d’université sur 10 ont un emploi. Ce sont souvent des CDI à temps plein et, en majorité, sous statut cadre. En revanche, côté salaires, il serait plus profitable de miser sur les écoles, à en croire la dernière enquête du ministère de l’Enseignement supérieur.

 

« 90 % des jeunes ayant obtenu leur Master en 2011 avaient trouvé du travail en 2013. C’est également le cas de 92 % des diplômés de licence professionnelle et de 89 % pour ceux ayant obtenu un diplôme universitaire de technologie, délivré par les IUT », a annoncé, le 7 janvier, le ministère de l’Enseignement supérieur. Ce dernier est fier de tordre le cou à une doxa bien connue selon laquelle l’université créerait des chômeurs contrairement aux écoles. En effet, dans sa 5e enquête sur l’insertion professionnelle des diplômés de l’université, il est rare que selon l’université ou la discipline on passe en dessous des 80 % d’étudiants insérés sur le marché de l’emploi. C’est particulièrement vrai pour des disciplines comme le droit, l’économie et la gestion. Le taux d’insertion pour ces disciplines atteint les 91 %.

 

« Les emplois occupés sont à temps plein »

Néanmoins, les étudiants en Sciences humaines et sociales (un taux d’insertion de 87 % pour les titulaires d’un master) et ceux ayant étudié les Lettres ou les Langues ou les Arts (taux d’insertion de 87 % toujours pour les masters) s’en sortent aussi très bien. Certaines universités rivalisent même avec les grandes écoles. A l’université du Maine, le taux d’insertion pour les diplômés de master en sciences, technologie ou santé atteint les 97 % nous apprend ainsi l’étude. A l’université de Lorraine, le taux est de 96 % pour les diplômés en droit ou en éco-gestion. Même taux pour les diplômés en sciences humaines et sociales à l’université de Picardie-Jules Vernes. Dans les écoles, en moyenne, 12 à 18 mois après l’obtention du diplôme 93 % des ex-étudiants ont un job, selon la dernière enquête de la Conférence des grandes écoles.

Bref les universités n’ont pas à rougir de leurs taux d’insertion. Surtout que derrière ces bons résultats, la qualité des emplois décrochés en général suit. « Les emplois occupés sont très majoritairement (plus de 90 %) à temps plein. Ils sont d’un bon niveau : 87 % de cadres et professions intermédiaires pour les masters, 71 % pour les licences professionnelles, 58 % pour les DUT. Une large majorité d’entre eux sont des emplois stables (80 % pour les licences professionnelles, 75 % pour les masters et les DUT », résume le ministère.

 

2 000 € par mois pour les diplômés d’un Master en droit

Néanmoins, côté salaire, ce n’est pas exactement la même mélodie. Le diplôme obtenu dans une école apporte plus de beurre dans les épinards que celui obtenu à l’université. Le salaire brut annuel médian des diplômés d’université oscille entre 21 800 euros (pour rappel le smic est à 18 000 euros bruts par an) et 29 700 euros pour les diplômés de Master en gestion. Dans les écoles, selon toujours la dernière enquête de la CGE, à leur sortie ces titulaires d’un bac +5 gagneraient selon leurs déclarations entre 33 000 et 37 000 euros annuels bruts. Bref, l’écart est plutôt significatif. Il l’est tout autant selon les disciplines choisies. Le salaire médian net par mois atteint les 2000 euros pour les diplômés d’un Master en droit ou en éco-gestion contre 1 700 euros pour les diplômés d’un Master en sciences humaines.

 

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Etre recruté avec un handicap, conseils

Etre recruté avec un handicap, conseils

Nos conseils pour conjuguer handicap et évolution professionnelle

Nos conseils pour conjuguer handicap et évolution professionnelle

« Les hommes ont intérêt à travailler pour un employeur favorisant le travail des femmes »

« Les hommes ont intérêt à travailler pour un employeur favorisant le travail des femmes »

Développer au mieux une carrière au féminin

Développer au mieux une carrière au féminin

GRATUITMBA ou MS : Nos conseils pour faire le bon choix

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

9430 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X