emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa L'echo tourisique Neo restauration Le Moniteur

Pour de bonnes hausses salariales, visez l’Allemagne ou l’Italie… Pas la France

 | par 

Pour de bonnes hausses salariales, visez l’Allemagne ou l’Italie… Pas la France
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • imprimer

Les salaires en France devraient augmenter de 2,6 % en 2014 et en 2015. En Italie, au Royaume-Uni et en Allemagne, les hausses seront supérieures à 3 %, annonce Aon Hewitt dans sa dernière étude annuelle sur les révisions salariales.

 

En matière de hausse salariale, La France sera, en 2014 comme en 2015, bien moins bien lotie que ses voisins. Selon la dernière étude Aon Hewitt sur les révisions salariales, les budgets dédiés aux augmentations salariales restent stables en France. Ils devraient augmenter de 2,6 % cette année au global (soit augmentations générales et individuelles). C’est légèrement en dessous des hausses pratiquées au cours des trois dernières années - + 2,8 % en 2011, 2012 et 2013, et très en deçà des habitudes d’avant la crise : + 3 à + 3,5 % en moyenne. Mais surtout c’est beaucoup moins bien que chez nos voisins européens. En Allemagne, au Royaume-Uni et en Italie, nous apprend Aon Hewitt, les budgets dédiés aux augmentations salariales sont en hausse de 3 % ou plus : + 3,1 % en 2014 et pour 2015 chez nos voisins anglais, + 3 % en 2014 et 2015 dans les entreprises d’Outre-Rhin et même + 3,1 % en 2014 et 3,3 % anticipés en 2015 en Italie.

 

Maintenir le pouvoir d’achat

L’activité économique explique cette différence. Elle semble redémarrer au Royaume-Uni. L’Allemagne s’est mieux sorti de la crise que ses voisins. L’Italie, malgré une contraction de son PIB au 1er trimestre 2014, semble rester confiant. La Banque d’Italie tablait en juin dernier sur une amélioration de l’économie au cours des prochains semestres. En France, la croissance économique devrait atteindre 0,5 % cette année contre 0,4 % l’an passé. Le taux d’inflation baisse : 1 % en 2013, contre probablement 0,7 % en 2014. Dans ce contexte mou, les entreprises françaises jouent sur plusieurs tableaux. En raison du manque de visibilité, elles restent très prudentes en matière d’augmentations. Toutefois, pour maintenir la paix sociale, elles tentent de maintenir le pouvoir d’achat de leurs collaborateurs en accordant des augmentations générales supérieures à l’inflation : + 1,2 % en 2014 et + 1,1 % en 2015. Elles misent sur les augmentations individuelles pour retenir leurs talents : + 2,3 % en 2014 et + 2,4 % en 2015. Les 2/3 des établissements sondés par Aon Hewitt jouent en effet sur ces deux leviers. 27,5 % des entreprises interrogées pratiquent uniquement des augmentations individuelles, 1,32 % seulement les augmentations générales et 4,31 % appliquent le gel des salaires.

Lucile Chevalier

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Nos conseils pour conjuguer handicap et évolution professionnelle

Nos conseils pour conjuguer handicap et évolution professionnelle

« Les hommes ont intérêt à travailler pour un employeur favorisant le travail des femmes »

« Les hommes ont intérêt à travailler pour un employeur favorisant le travail des femmes »

Développer au mieux une carrière au féminin

Développer au mieux une carrière au féminin

Nos conseils pour motiver ses quinquagénaires

Nos conseils pour motiver ses quinquagénaires

GRATUITMBA ou MS : Nos conseils pour faire le bon choix

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

12323 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X