emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

1/ L’âge légal de départ à la retraite

1/ L’âge légal de départ à la retraite
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Les syndicats en font un casus belli et le gouvernement clame qu’il ne lâchera rien sur le sujet. L’âge légal de départ à la retraite est une question symbolique, une question d’honneur.

« Vous savez, quand on pense à ce qu’a fait François Mitterrand en ramenant l’âge légal de départ à la retraite de 65 à 60 ans ! On aurait beaucoup moins de problème s’il s’était abstenu », a commenté le président de la République Sarkozy, fin mai, à Beauvais devant un parterre de militants de l’UMP. Les réponses horrifiées des élus PS n’ont alors pas tardé. « Les 60 ans, on n’y touche pas », a commenté Martine Aubry. Anticipant la réforme – le relèvement de l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans -, la première secrétaire du parti a affirmé que si le PS gagnait la prochaine élection présidentielle, alors ce point serait abrogé. Quant aux syndicats, ils ont annoncé la couleur : sur ce point, ils ne céderont rien.

La fixation de la retraite à 60 ans, plus qu’un âge, constituent un véritable symbole pour le parti socialiste comme pour les syndicats. C’est l’héritage de Mitterrand. Le 26 mars 1982, avant le tournant de la rigueur, le gouvernement socialiste de Pierre Mauroy prennait une ordonnance qui abaissait, à compter du 1er avril 1983, l’âge de la retraite à 60 ans.

 

62 ans : laisser sa marque dans l’histoire

L’ennui, c’est que gouvernement et le patronat n’entendent pas non plus reculer d’un iota sur cette question. « Les 62 ans sont tout aussi symboliques pour la droite et le patronat que les 60 ans pour la gauche », analyse Guy Groux, sociologue spécialiste des syndicats et des mouvements sociaux et directeur de recherches au CNRS et au Cevipof. Sans compter que Nicolas Sarkozy l’avait annoncé lors de la campagne présidentielle. Son électorat l’attend, donc, au tournant. Le Medef a d’ailleurs, par la voix de Laurence Parisot, réaffirmé son attachement presque viscéral à cette mesure, lors de l’université d’été du mouvement. « Il est fondamental de rester sur les principes structurants de la réforme et de passer l’âge légal à 62 ans ». La retraite à 62 ans, c’est un peu comme le paquet fiscal, elle est la griffe, l’héritage que Nicolas Sarkozy entend laisser dans l’histoire. Pas facile donc de s’entendre sur le sujet.  

Pour le droit de départ à la retraite à 67 ans, qui permet automatiquement de toucher une pension à taux plein, c’est un peu la même histoire. A gauche et côté syndical, on s’arc-boute sur les 65 ans. A droite et côté patronal, on exige le rehaussement à 67 ans.

Lucile Chevalier

 

A lire aussi :

2/ L’alignement du public sur le privé

3/ Les points négociables

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

7817 offres d’emploi en ligne

Fermer X