emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa L'echo tourisique Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans l'industrie

2018, une bonne année pour l’emploi dans l’informatique

 | par 

2018, une bonne année pour l’emploi dans l’informatique
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Après avoir réalisé de bons résultats en 2017, les entreprises de services et de conseil informatique prévoient encore de belles performances pour cette année. Elles n’arrivent pas toujours à recruter tous les professionnels dont elles ont besoin.

Mobilité, cloud, cybersécurité, mise en conformité… Cette année encore, les projets de transformation numérique des entreprises portent la croissance du secteur informatique. Le Syntec numérique, syndicat professionnel des entreprises de services du numérique (ESN), des éditeurs de logiciels et des sociétés de conseil en technologies, affiche des prévisions optimistes: 3,6 % de croissance (après 3,4 %  de croissance en 2017) et plusieurs milliers d’emplois à la clé. « Ce qui est nouveau depuis environ deux ans, c’est que les nouvelles technologies ne remplacent pas les précédentes mais s’y ajoutent. Ce qui implique non seulement de développer de nouveaux services, mais aussi de moderniser les précédents, créer de la communication entre les anciennes et les nouvelles technologies », détaille Godefroy de Bentzmann, président de Syntec Numérique. L’activité sera également portée cette année par le règlement européen sur la protection des données (RGPD). Les entreprises ont jusqu’au 25 mai prochain pour se mettre en conformité avec cette loi qui exige le respect de la vie privée dans le recueil et le traitement des données.


Les ESN recrutent des ingénieurs informatique


Les sociétés de conseil et de services tablent donc sur de nombreux recrutements cette année encore, mais se trouvent confrontées à des difficultés. En effet, pour gérer les nombreux enjeux liés à leur transformation numérique, les entreprises préfèrent avoir des compétences en interne. Elles recrutent donc les mêmes profils que les ESN et les sociétés de conseil. Autre difficulté, quand le marché se porte bien, le turnover, déjà élevé dans le secteur, augmente. Il est ainsi passé d’environ 12 à plus de 20% dans les ESN et les sociétés de conseil en technologie ces 18 derniers mois. « Les salariés quittent une entreprise pour en rejoindre une autre avec un projet ou un salaire plus motivant, ou partent pour monter leur propre société », explique Godefroy de Bentzmann. Résultat, les entreprises cherchent à mettre en place de nouveaux canaux de recrutements. Elles embauchent déjà massivement les jeunes ingénieurs informaticiens et poursuivent leurs actions en direction du jeune public. Elles ont notamment développé le nombre de contrats d’apprentissage et de professionnalisation. Elles poursuivent des actions de promotion de leurs métiers auprès des jeunes (association Pasc@line par exemple), et du public féminin (Femmes du numérique.com) encore peu représenté  (27,3 %) dans la profession.


Accueillir des professionnels en reconversion


Elles se tournent aussi vers de nouveaux publics. Ainsi en 2016 et 2017, le secteur a formé et recruté 7 700 personnes inscrites à Pôle Emploi en s’appuyant sur la préparation opérationnelle à l’emploi (POE). Ce système permet à un demandeur d’emploi de compléter et développer les compétences nécessaires pour occuper un poste, tout en étant financé par la formation professionnelle. Le Syntec mise sur la prochaine réforme de la formation continue pour mettre en place un mécanisme spécifique qui permettrait la reconversion massive de personnes vers l’informatique. « De nouvelles fonctions se créent et il y a de la place pour les gens qui ont à la fois une compétence métier et une compétence numérique », appuie Godefroy de Bentzmann. Dans son viseur, les ingénieurs des secteurs industriels notamment qui pourraient être intéressés par un tel changement. Le numérique recrute aussi des personnels moins qualifiés. Le Syntec fait partie des fondateurs de la Grande école du numérique, des formations labellisées sur tout le territoire qui s’adressent en priorité aux jeunes sans qualifications.



 
 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Assurance : comment se porte le recrutement ?

Assurance : comment se porte le recrutement ?

Le groupe Auchan accentue la visibilité de ses annonces pour les travailleurs handicapés

Le groupe Auchan accentue la visibilité de ses annonces pour les travailleurs handicapés

BTP : quelle insertion pour les personnes handicapées ?

BTP : quelle insertion pour les personnes handicapées ?

La construction métallique va recruter 3000 personnes

La construction métallique va recruter 3000 personnes

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

1123 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X