emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans l'industrie

38% des entreprises gèlent leurs recrutements tech

 | par Christine CATHIARD

38% des entreprises gèlent leurs recrutements tech
Les offres d’emplois des entreprises chutent dans tous les pays où nous sommes présents.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Alors que l’impact du COVID-19 contraint les entreprises à limiter leurs dépenses, une nouvelle étude réalisée par talent.io a révélé que 38% des entreprises européennes sont en train de geler la plupart si ce n’est la totalité de leurs recrutements tech. Rien qu’à Paris, le nombre d’entreprises publiant de nouvelles offres d’emploi en CDI a chuté de 45%. Nous avons interviewé Nicolas Meunier, co-fondateur et dirigeant de talent.io.

Cette chute de 45% a eu lieu à quelles dates ?
C’est à partir du 15 avril 2020 que nous avons constaté cette chute de 45% à Paris. 
 
Dans la tech, quels sont les métiers les plus touchés ?
Nous n’avons pas ce niveau de détail à date. En revanche, les freelances semblent mieux résister. 
La moitié des entreprises que nous avons interrogées disent que cela n’a pas d’impact sur l’activité des indépendants, quand un cinquième dit avoir gelé leurs recrutements. En avril, peu de missions avaient été arrêtées dans le secteur. 
Ce qu’on peut dire c’est qu’habituellement en situation de crise, les entreprises aiment conserver de la flexibilité et font plutôt appel à des freelances. 
 
Existe-t-il des métiers qui s’en sortent mieux que d’autres ? (Cybersécurité ?)
En effet, certains secteurs s’en sortent mieux que d’autres et connaissent une croissance durant cette crise. C’est le cas de l’AgTech, les Médias et la Communication, et enfin Big Data. La Cybersécurité fait également partie des secteurs florissants. 
Il faut savoir que seulement un salarié tech sur 5 est en activité partielle, alors que ce dispositif touche la moitié de la population active française. De même, il y a eu relativement peu de licenciements - pour l’instant - pour cette population. Les entreprises sont protectrices de leurs équipes tech quand elles le peuvent car ce sont des profils rares et difficiles à recruter.
A contrario, le tourisme, l’immobilier et l’industrie manufacturière souffrent le plus de la crise.
 
Les métiers touchés à Paris et en Province sont-ils les mêmes ?
A date, nous ne pouvons pas encore répondre à cette question précise. Par contre, il est intéressant de relever que lors de notre étude, nous avons observé une chute de 60% dans le nombre d’offres d’emploi tech créées par les entreprises à Toulouse, Lyon, Lille et Bordeaux. La baisse est donc plus importante qu’à Paris. 
 
Pensez-vous qu’une reprise des offres d’emploi va avoir lieu, quand et pourquoi ou faudra-t-il attendre 2021 ?
L’incertitude est vraisemblablement le mot qui résume le mieux la situation des mois qui viennent. Beaucoup d’entreprises sont attentistes et attendent d’avoir davantage de visibilité, notamment sur les mesures de type chômage partiel ou sur les éléments de la politique de relance peut-être à venir. Cela est vrai en France mais aussi dans les autres pays européens où nous intervenons.
 
En France, les entreprises attendent le plan de sortie du chômage partiel qui sera présenté le 2 juin. Cette incertitude place tous les acteurs dans une position délicate aujourd’hui sur leur reprise ou non des recrutements. 
Les offres d’emplois des entreprises chutent dans tous les pays où nous sommes présents. C’est un comportement plutôt normal dans un contexte d’incertitude. Linkedin a réalisé une étude pour la Chine qui a été le premier pays touché par le virus, et qui a connu la même décrue des offres d’emploi. Aujourd’hui, la Chine aurait déjà récupéré la moitié des offres perdues. On peut espérer qu’il sera de même pour nous. 
Nous allons suivre de près l’impact du déconfinement sur la reprise de l’activité et nous continuerons à partager ces informations publiquement.
 
Les entreprises qui publient encore des offres sont-elles les plus grosses/des start ups/… ?
Ce que nous savons c’est que les entreprises qui recrutent encore ont adapté très rapidement leurs process de recrutement et apprennent à recruter puis “onboarder” entièrement à distance, par nécessité. Nous voyons même certaines entreprises supprimer purement et simplement les périodes d’essai, afin d’attirer les meilleurs candidats. Ce sont donc des entreprises très agiles, qui font preuve de flexibilité pour répondre à leurs besoins.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Le Groupe Barrière déploie son quatrième accord handicap

Le Groupe Barrière déploie son quatrième accord handicap

Le Club Génération Industrie publie trois books à destination des industriels

Le Club Génération Industrie publie trois books à destination des industriels

Simulation de gestion de crise pour les étudiants de l’Inseec

Simulation de gestion de crise pour les étudiants de l’Inseec

Crise sanitaire : la mobilité interne à privilégier chez les cadres

Crise sanitaire : la mobilité interne à privilégier chez les cadres

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

480 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X