emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

4/ Ce que peuvent apporter les missions handicap des entreprises

4/ Ce que peuvent apporter les missions handicap des entreprises
En 2010, la SNCF a réalisé 680 aménagements de poste contre 1 260 en 2011.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Mise en place de la politique d’intégration et du maintien dans l’emploi des personnes handicapées : c’est le rôle attribué aux missions handicap des entreprises. Si vous êtes demandeur d’emploi ou salarié en situation de handicap, c’est votre interlocuteur privilégié. Le point sur leur utilité.

À quoi peut bien servir la mission handicap de mon entreprise ? Une question que se posent bon nombre de salariés. « Son rôle est de faire comprendre qu’il y a autant de compétences chez les valides que chez les personnes en situation de handicap, précise, d’emblée, Benoît Perreau, directeur du cabinet de recrutement TH Expert spécialisé dans le handicap. Il s’agit ici de lutter contre les stéréotypes et de sensibiliser les managers et les équipes, afin de bien vous accompagner dans votre parcours. Elle doit aussi faire prendre conscience aux personnes qui pourraient être concernées que la reconnaissance “travailleur handicapé” ne sert pas seulement à remplir les quotas de l’employeur. C’est à cette condition seulement qu’elle pourra vous aider. » La mission handicap ne peut en effet agir tant que vous n’avez pas votre papier RQTH (Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé). Elle peut d’ailleurs vous aider à la création de votre dossier.

 

Aide au recrutement 

Les entreprises n’ont pas de postes réservés aux candidats handicapés. Elles souhaitent avant tout des potentiels. Pour les trouver, les missions handicap travaillent main dans la main sur le sujet avec des associations, acteurs institutionnels, jobboards spécialisés, cabinets de recrutement…

Avec un objectif d’une dizaine de recrutements cadres TH annuels, HP mise, pour sa part, sur les forums. Elle en organise cinq par an. « Nous conseillons de contacter directement notre mission handicap pour postuler, annonce Karen Bressoux, responsable de l’accord Handicap@hp. Nous sommes un canal privilégié de recrutement pour les travailleurs handicapés. Nous restons, bien entendu, en contact avec les RH qui nous font remonter des candidatures. » La procédure dépend des entreprises. La mission handicap de la SNCF, par exemple, préfère que le candidat handicapé postule directement sur le site, comme tout candidat. La différence se fait uniquement en cochant la case reconnaissance RQTH.

 

Sensibilisation et communication interne

Les missions handicap se chargent également des actions de sensibilisation et de formation afin de rassurer les managers et les salariés et de leur montrer que le poste peut être tenu, en dépit du handicap. Elles multiplient les prises de parole auprès des salariés, via les newsletters, le livret d’accueil et de sécurité, les jeux de rôle, de société, etc. La Société Générale a réalisé plusieurs actions de sensibilisation, comme un atelier plongé dans le noir, un blog Tousuniques sur le handicap et une BD Y’a pas de malaise, présentée au Salon de la bande dessinée d’Angoulême. Le GPS Handicap de Schneider Electric France permet de passer de l’information à l’action, en voyant ce que chaque salarié peut faire sur le sujet du handicap dans son métier. Un manager peut, par exemple, se former à la méthodologie de maintien dans l’emploi, installer un outil Web sourd, faire du tutorat…

 

Aménagement de poste et maintien dans l’emploi

Les missions handicap vous offrent la possibilité d’aménager votre poste en l’adaptant à votre handicap. Celle de HP a ainsi permis de réaménager le poste d’un directeur commercial ayant subi un traumatisme crânien. Elle lui a octroyé un tuteur à temps plein afin de mettre en place les outils nécessaires lors de son retour en entreprise. Pour Michèle Delaporte, responsable de la mission handicap et emploi de la SNCF, les solutions ne peuvent être que dans le sur-mesure : « Nous faisons travailler tous les acteurs (médecin du travail, assistante sociale, associations…) afin de proposer un logiciel de transcription pour malentendants, une sensibilisation au langage des signes, un élévateur sur chaque rayon, etc. Certains ne voient pas l’intérêt de se déclarer travailleur handicapé car ils bénéficient déjà d’une prise en charge partielle de la Sécurité sociale pour, par exemple, leurs semelles orthopédiques ou leur appareil auditif. Notre mission handicap peut les aider à remplir leur dossier de reconnaissance afin qu’ils bénéficient d’un remboursement intégral. » En 2010, la SNCF a réalisé 680 aménagements de poste. Il y en a eu 1 260 l’année suivante. L’évolution est constante. Et elle concerne les salariés dans leur ensemble. « En plaçant des ventouses pour porter des portes de TGV, nous avons amélioré la qualité de vie au travail et la pénibilité. C’est aussi une façon de faire passer le message que le handicap peut être positif pour tous. »

 

Réalisations d’actions en amont

Principal problème des entreprises cherchant à recruter des personnes en situation de handicap : 80 % de cette population ont un niveau de formation inférieur au baccalauréat. Les missions handicap réalisent donc des actions très en amont pour tirer cette population vers le haut. Schneider Electric France (recrutement annuel de  15 alternants et a minima 5 CDI de personnes en situation de handicap) a pris le problème à bras le corps il y a trois ans. « Pour recruter, il nous faut œuvrer en amont, explique Astrid Perdrix, coordinatrice nationale handicap chez Schneider Electric France. Nous avons établi des partenariats avec certaines académies pour faire découvrir nos métiers aux collégiens et lycéens. Nos partenariats avec nos écoles cibles permettent d’identifier de futurs candidats pour les accueillir sur nos dispositifs stages et alternance. » Thales s’est aussi attaché à montrer très tôt aux collégiens et aux lycéens handicapés ce qui se passe dans le supérieur, les débouchés possibles, le rôle de l’entreprise, avec force visites au sein même de l’entreprise. Depuis mai 2011, elle a formalisé un accord avec le rectorat et le pôle de recherche d’enseignement supérieur de Toulouse. Le test devrait être généralisé à tout le territoire. Plusieurs entreprises aéronautiques se sont déjà greffées à cette action.

 

Formation et évolution professionnelle 

En tant que travailleurs en situation de handicap, vous avez droit, comme tout salarié lambda, de la batterie d’entretiens professionnels et d’évaluation et des formations comme le CIF (congé individuel de formation) ou le DIF (droit individuel à la formation). La mission handicap se greffera sur les dispositifs existants afin de bien anticiper votre besoin. « Les quatre personnes de notre mission handicap, et les 54 correspondants répartis sur le territoire, sont là pour s’assurer de l’accessibilité des moyens de formation, explique Gérard Lefranc, directeur de la mission insertion de Thales. Nous prenons contact avec les centres de formation, faisons le choix de ceux qui peuvent vous accueillir correctement. En cas de mobilité ou d’évolution de poste, nous vous accompagnons pour trouver un logement adapté, examinons l’accessibilité via les transports, envisageons un aménagement de temps de travail ou de travail à distance, etc. »

Partant du principe que les personnes handicapées, elles aussi, ont droit à l’excellence et n’ont pas à être limitées dans leurs études, des missions handicap s’associent également à des établissements scolaires. Thales a ainsi monté, en partenariat avec le Cnam (Conservatoire national des arts et métiers), une formation d’architecte logiciels aboutissant au diplôme d’ingénieur reconnu par la Commission des titres. Des personnes d’un centre de réinsertion professionnelle en bénéficient pour la 2 e année. Dans le cadre de son dispositif pilote alternance TH Hantrain, la SNCF permet aux personnes en situation de handicap de suivre une formation diplômante puis d’intégrer l’entreprise. Objectif : un recrutement de 100 personnes par ce dispositif (sur les 500 prévus par l’accord 2012-2015). La première session a démarré en octobre 2012. Les formations proposées sont reconnues au RNCP. Si l’apprentissage se passe bien et que le diplôme est obtenu, la SNCF s’engage à les embaucher.

Pascale Kroll

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8723 offres d’emploi en ligne

Fermer X