emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Antoine Zacharias en justice pour sa retraite dorée

Antoine Zacharias en justice pour sa retraite dorée
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Antoine Zacharias a pris le maximum : 375 000 euros d’amende. La cour d’appel de Versailles a jugé, le 19 mai dernier, que l’ex-PDG de Vinci avait « abusé de son pouvoir » pour obtenir un salaire plus élevé et se préparer une retraite dorée. Le patron réfute ces arguments et se pourvoit en cassation.

C’est une histoire d’argent. L’un des hommes le mieux payé du Cac 40, Antoine Zacharias, ex-PDG de Vinci, avait, selon son successeur, Xavier Huillard, développé une « addiction progressive à l’argent ». Salaire, indemnités de départ et retraite chapeau. Il fallait que cela sonne, que cela trébuche. Et il était parvenu à ses fins : un salaire annuel dépassant les 4 millions d’euros, des indemnités de départ se chiffrant à 12,8 millions d’euros et une retraite chapeau de 2,1 millions d’euros par an. Aujourd’hui, il est rattrapé par la justice. La cour d’appel de Versailles a tiqué sur les conditions dans lesquelles il a obtenu ses rémunérations et ses avantages financiers et préparé son départ à la retraite. Au motif d’« abus de pouvoir », elle lui a infligé, le 19 mai dernier, l’amende maximale de 350 000 euros.

Un nouveau comité de rémunération

Elle lui reproche de s’être débarrassé des hommes qui voulaient se mettre en travers de ses augmentations de salaires. En 2004, Antoine Zacharias, alors patron du groupe de BTP (1997-2006), avait évincé 3 membres du comité de rémunérations, dont Alain Minc, qui s’opposaient au déplafonnement de son salaire. A la place, il avait instauré un nouveau comité, présidé par le parlementaire britannique Quentin Davies. Ce dernier avait proposé une rémunération 100 % variable et sans plafond. La rémunération a, par la suite, plutôt varié vers une hausse. Le salaire annuel d’Antoine Zacharias est ainsi passé de 2,9 millions d’euros en 2003 à 3,3 millions en 2004, puis à 4,2 millions à 2005. Et du même coup son départ à la retraite s’en voyait d’autant plus amélioré. Ses 12,8 millions d’indemnité de départ et sa retraite chapeau de 2,1 millions d’euros ont, comme il est d’usage, calculées à partir du dernier salaire annuel.

« Même s’il le conteste, Antoine Zacharias n’ignorait pas que la nouvelle formule de sa rémunération allait avoir des conséquences favorables sur les conditions financières de son départ en retraite » en janvier 2006, à 66 ans, a estimé la cour de Versailles dans son arrêt. Pour les juges, ces agissements ont été « motivés par la recherche d’un enrichissement personnel » mais surtout l’ex-patron de Vinci a « usé de son statut et de son influence qui en découle pour faire avaliser par le conseil d’administration le renouvellement complet du comité des rémunérations pour priver ces deux organes de leur indépendances nécessaires au bon fonctionnement de la société et pour en faire les instruments de son propre intérêt. »

Un cas de jurisprudence ?

Antoine Zacharias a décidé de se pourvoir en cassation. Et à son avocat de s’étrangler auprès de l’AFP : « cette condamnation rend ingouvernable toute société importante, toute société cotée. Il est évident que la rémunération de M. Zacharias n’est en rien contraire à l’intérêt de Vinci, qui ne s’est pas porté partie civile ; et l’Autorité des marchés financiers qui avait été informée et ne s’y était pas opposée ». Vinci est plutôt ravi d’avoir vu son chiffre d’affaires multiplié par 3 sous le mandat d’Antoine Zacharias. Ce sont deux actionnaires individuels qui se sont constitués partie civile. Et c’est bien ce qui pourrait faire trembler les grands patrons rêvant du pactole salarial : et si l’arrêt faisait jurisprudence. Et si cette affaire donnait des idées aux petits actionnaires et aux syndicats qui auraient envie de se servir de l’affaire Zacharias pour titiller leur propre dirigeant.

Lucile Chevalier

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8723 offres d’emploi en ligne

Fermer X