emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Après le conflit des retraites, les syndicats apparaissent plus crédibles

Après le conflit des retraites, les syndicats apparaissent plus crédibles
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
En 2 mois, le taux de confiance envers les syndicats a bondi de 9 points. Le déclencheur : leur opposition au projet de réforme des retraite perçue comme plus « responsable » et « constructive », d’après une étude TNS Sofres-Dialogues.

Le taux de confiance envers les syndicats a bondi de 9 % entre septembre et novembre 2010. De 45 %, il est passé à 54 %, son plus haut niveau historique, d’après une étude TNS Sofres-Dialogues. Jeunes comme seniors, salariés du public comme du privé, sympathisants de gauche ou de droite, tous, en à peine 2 mois, accordent une meilleure confiance aux syndicats. La cause de ce revirement : le conflit des retraites. Même s’ils ne sont pas parvenus à faire reculer le gouvernement ou à influencer les députés et sénateurs, « ils sont apparus plus pragmatiques, analyse les auteurs de l’étude. C’est le maître mot. Les Français leur sont grés d’avoir été dans une opposition responsable et constructive plutôt que dans le rejet frontal ». La tactique de la CFDT et de la CGT contre celle de FO, en somme. Ces deux premières ont en effet répété dans les médias qu’elles avaient conscience de la nécessité d’une réforme mais voulaient retravailler la copie du gouvernement, quand FO pratiquait le rejet en bloc.  

  Une discussion directe avec leur hiérarchie

En adoptant une approche plus négociatrice, les syndicats ont ainsi gagné en crédibilité. Sur le panel des 1 000 Français interrogés, ils ne sont plus que 44 % à estimer que les syndicats comprennent mal les réalités économiques, contre 50 % en 2005. Toutefois, il reste du chemin à parcourir. 73 % des Français les jugent encore trop politisés et 63 % leur reproche leur approche trop idéologique. Un carcan qui nuirait à leur efficacité. 35 % des salariés interrogés en 2010 considèrent les syndicats inefficaces contre 24 % 2 ans plus tôt. Et lorsque survient un problème sur leur lieu de travail, les employés misent plutôt sur une discussion directe avec leur hiérarchie (51 %) que sur un appel des syndicats (20 %). Autre défaut relevé : ils défendraient surtout une caste précise de salariés. 70 % des personnes interrogées pensent ainsi que les syndicats se préoccupent surtout des intérêts des salariés du public. Et 60 % estiment qu’ils agissent surtout dans les grands groupes. Lucile Chevalier.  

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8064 offres d’emploi en ligne

Fermer X