emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Baisse de 18 % des créations d’emplois en 2013

Baisse de 18 % des créations d’emplois en 2013
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

En 2013, moins d’emplois ont été détruits mais moins d’emplois ont été créés, pointe la dernière étude réalisée conjointement par Kurt Salmon et France Industrie & Emploi.

 

Les mines étaient bien tristes lors de la présentation du 20 mai 2014 des résultats de la dernière étude sur les créations et destructions d’emplois en France, réalisée conjointement par Kurt Salmon et France Industrie & Emplois. L’année 2013 a, semble-t-il, laissé un goût amer. Certes, les destructions d’emplois ont diminué de 31 % en 2013 par rapport à 2012 (68 458 emplois détruits).

Mais, inutile de vous fier à cette apparente bonne nouvelle, car en réalité « la France s’installe dans la crise » a souligné Michel Guetti, président de France Industrie & Emploi.

 

Des destructions d’emplois qui restent importantes

Tout d’abord sur le volet des destructions d’emploi, l’étude souligne que leur diminution ne devrait en aucun cas être interprétée comme un signe de relance. Dans le secteur de la construction, les destructions d’emplois ont plus que doublé en un an, passant de 2 117 en 2012 à 4 676 l’année suivante. Dans l’industrie, nombre de sous-secteurs comme « la pharmacie (GSK, Bristol-Myers, Janssen), l’automobile (PSA, Renault) ou les transports (Alstom, EADS) ont poursuivi leur mutation. Et l’agro-alimentaire a subi de fortes pertes d’emplois » pointe l’étude. Résultat, même si le nombre d’emplois détruits est moins important qu’en 2012 (32 384 contre 48 741), il reste élevé. Enfin, dans le secteur des services, certes le nombre de destructions a baissé en 2013 par rapport à 2012 (31 398 contre 48 831), mais il faut voir que l’année 2012 avait été marqué par une hausse exceptionnelle des destructions d’emplois (48 831 pertes d’emplois cette année-là contre 10 677 en 2011). « Les services comme la banque et les assurances sont également touchées par les restructurations : Generali, Aviva, Barclays, Crédit Agricole…, le plus souvent en raison du développement de l’économie numérique » indique l’étude. Résultat des comptes, cette baisse apparaît moins exceptionnel qu’à première vue.

 

Des créations d’emplois en baisse

A cela, s’ajoute le fait que les destructions d’emplois pourraient même être plus nombreuses. D’une part, l’étude ne prend pas en compte dans son champ d’analyse les entreprises de moins de 10 salariés. Hors dans ces établissements les destructions ont fortement augmenté. D’autre part, « une part importante des projets de liquidations judiciaires a été annoncée en 2013, mais leur réalisation n’est prévue qu’en 2014 » ajoute l’étude.  

Ensuite, si en 2013, moins d’emplois ont été détruits, moins d’emplois ont été créés (- 18 % par rapport à 2012). Ainsi, l’étude comptabilise seulement 53 614 créations de postes en 2013. Pas de quoi, du coup, compenser les pertes. La France s’installe bel et bien dans la crise, car « depuis 2011, le nombre de créations d’emplois ne cessent de chuter » commente Michel Guetti. Pire, l’industrie semble boire la tasse. En 2013, les créations d’emplois dans ce secteur ont diminué de près de 40 % passant de 27 644 en 2012 à 16 643 l’année suivante. Et la question se pose sur la manière dont ce secteur pourra se relever. « Le crédit d’impôt recherche, et autres mesures pour encourager l’innovation ont quelque peu perdu de leur pouvoir. Depuis 2009, 25 000 emplois avait été créés grâce à ce dispositif. En 2012, 6 600 emplois ont été créés. En 2013 ont tombe à 1000 », pointe Claude Bodeau, associé en charge de la practice RH-management chez Kurt Salmon.

Bref, les nouvelles ne sont pas bonnes. Et les deux intervenants, Michel Guetti et Claude Bodeau ne semblent pas plus enthousiastes pour 2014. Selon eux, les mesures mises en place pour relancer l’emploi et la croissance par les gouvernements de Hollande auront un effet différé.

Lucile Chevalier

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

4 enjeux majeurs dans le recrutement de cadres

4 enjeux majeurs dans le recrutement de cadres

8 choses à savoir pour mieux se faire recruter

8 choses à savoir pour mieux se faire recruter

Comment le nouvel ordre mondial façonne le recrutement de demain ?

Comment le nouvel ordre mondial façonne le recrutement de demain ?

Première édition du baromètre des soft skills

Première édition du baromètre des soft skills

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

6440 offres d’emploi en ligne

Fermer X