emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Bienveilleur chez Casino pour aider les salariés en difficulté

 | par Laure Martin

Bienveilleur chez Casino pour aider les salariés en difficulté
banque casino
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Au sein du groupe depuis un peu plus de dix-huit ans, Lydie Fernandes a été nommée bienveilleur en 2015 par sa direction. Son rôle : venir en aide aux salariés. 
 
« J’ai été embauchée par le groupe il y a dix-huit ans, d’abord comme hôtesse de caisse, puis j’ai très vite évoluée pour avoir un poste à la décoration », se souvient Lydie Fernandes. C’est en 2015, dans le cadre de la démarche « Management Bienveillant », que le groupe Casino met en place un réseau de bienveilleurs dont le rôle consiste à venir en aide aux collaborateurs en difficulté, à les écouter et à les orienter vers le bon interlocuteur. Ce réseau contribue à la démarche de prévention des risques psychosociaux (RPS) au sein de l’entreprise.
 
La même année, Lydie Fernandes est choisie par sa direction pour assurer cette fonction « par rapport à mon caractère, reconnait Lydie. Je suis empathique. Je vais naturellement vers les autres, je l’ai toujours fait ». Et d’ajouter : « J’ai accepté d’autant plus que le groupe a un bon esprit, des valeurs qui me correspondent, et a cherché à mettre en place une dynamique pour qu’on se sente bien au travail. »
 

Prise de fonction

 
A l’origine, son rôle reste un peu flou car « on ne parlait pas à l’époque du burn out comme on en parle aujourd’hui. Il n’y avait pas les mots. On parlait de mal-être, de dépression. » Pour comprendre les contours de son rôle, Lydie est aidée par la plateforme en ligne My Campus, dédiée à la communauté des bienveilleurs avec des contenus vidéos de sensibilisation et de formation en ligne, et des échanges entre bienveilleurs sur des situations vécues. Elle a aussi accès à une newsletter dédiée pour retrouver l’essentiel de l’actualité du réseau et des conseils pour aider au quotidien. « J’ai bénéficié de réunions mensuelles avec un interlocuteur du groupe et un médecin, avec lesquels j’ai échangé sur comment aider mes collègues en difficulté », fait-elle savoir.
 
Car les situations qu’elle a à gérer ne sont pas toujours faciles : problèmes financiers, familiaux, problèmes relationnels avec un membre de l’équipe, avec la hiérarchie. « Le bienveilleur, c’est de la perception, du ressenti. On accompagne la personne pour qu’elle se sente soutenue et non jugée. » Et d’ajouter : « Il faut aussi savoir être subtile, ne pas aller voir la personne frontalement lorsqu’on se rend compte qu’elle a peut-être un problème. »
 
La moitié des personnes qu’elle a aidées sont venues la voir, et pour l’autre moitié, elle a fait la démarche d’aller à leur rencontre. « Parfois c’est un salarié qui prend contact avec moi pour me dire que son collègue ne va pas bien, raconte Lydie. Dans ces cas-là, je juge du meilleur moment pour aller le voir. » Lydie peut se tourner vers de nombreuses structures pour bénéficier d’un accompagnement : la médecine du travail, des avocats, des associations, les collectivités des alentours. « En fonction du problème, j’appelle la personne qui me semble la plus à même de pouvoir m’aider, indique Lydie. Et si jamais le salarié me le demande, je peux, en dernier recours, aller voir la direction pour mettre en place un accompagnement. » 
 

La mise en place du poste

 
Lorsqu’elle est devenue bienveilleur, Lydie a pu compter sur la directrice du magasin qui « m’a vraiment laissée libre pour remplir au mieux mes fonctions. Elle m’a prêtée une salle, un téléphone, elle a vraiment joué le jeu. Elle a rendu le poste possible. » Lydie prend aussi beaucoup sur son temps personnel pour remplir son rôle, mais « je ne me force pas ».
 
Pour les salariés, la démarche d’aller voir le bienveilleur est toujours délicate. « Au départ, mon poste n’a pas toujours été bien compris, souligne-t-elle. Mais aujourd’hui, ils savent qu’ils peuvent venir me voir. Je donne facilement mon numéro et je réponds même le dimanche. » Lydie a aussi publié un flyer qu’elle a affiché sur le tableau de l’information des personnels, dans les couloirs du magasin, pour informer sur l’existence de son poste.
 
Dernièrement, sa directrice a décidé de nommer un deuxième bienveilleur au sein du magasin notamment « parce que je travaille depuis les bureaux alors que ma collègue est sur le terrain, rapporte Lydie. Nous n’allons pas voir les mêmes personnes. » En quatre ans, Lydie a accompagné une trentaine de personnes. 
 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

NGE recrute au Forum ESTP

Ingerop recrute au Forum ESTP

Hays recrute au Forum ESTP

Fayat recrute au Forum ESTP

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

378 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X