emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Cadres : les pistes pour changer de métier

Cadres : les pistes pour changer de métier
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Restructuration de l’entreprise ou désir de changement, les cadres sont de plus en plus nombreux, à tenter, au bout de plusieurs années de vie active, de changer de métiers. Quelques conseils avant de se lancer.

« L’accélération   des changements au cœur même des entreprises a des répercussions sur les trajectoires professionnelles des cadres », constate l’Apec. L’association s’est penché sur le phénomène et a interrogé les trois principaux acteurs du changement professionnel : les cadres, les professionnels de l’accompagnement au changement et les entreprises. De ses expériences vécues, quelques principes à en retirer avant de se lancer.

 « Le changement ne se décrète pas, il se prépare »

On ne se réveille pas un beau matin avec une idée qui s’impose subitement : je vais changer de métier ! Le changement est « un processus de maturation jalonné de phases d’interrogations et de réflexions sur son avenir », soulignent les professionnels de l’accompagnement au changement. La première phase est celle de la réflexion sur ses motivations et ses compétences. La quasi-majorité des cadres interrogés ont en effet en premier lieu eu recours à un bilan de compétences. La première pierre posée, vient ensuite une période d’ajustements et de compromis, résultant d’une confrontation entre projet initial et la réalité. S’engage dès lors une réflexion sur les ressources financières. Après il faut également se donner les moyens et acquérir les compétences nécessaires par le biais d’une formation. Le fond acquis, place au packaging. Le cadre travaille sa communication et apprend à se vendre pour son futur job. Et enfin, au bout du parcours : la construction d’une nouvelle identité professionnelle.

Changer de métier, sans quitter sa boite, c’est plus facile

« Quand on connaît les gens, il y a de la confiance, on y va », confie un cadre. C’est une facilité pour le cadre qui, ayant déjà pris ses repères dans l’entreprise, est plus à l’aise. C’est aussi plus aisé pour l’employeur, qui connaît les qualités et compétences de son salarié.

Pour l’entreprise, ouvrir cette possibilité de changement est également un atout fort. « Pour fidéliser ses équipes, l’entreprise a intérêt à les motiver en proposant des parcours variés », estime un professionnel de l’accompagnement au changement.

Lucile Chevalier

Changer de secteurs, de métiers. Attention danger !

 « Ce qui est dramatique chez les seniors, c’est d’être un quinqua qui est resté plus de 10 ans sur son poste, plus que le fait d’être quinqua », clame un des DRH interrogé. « Les changements de métier, ça fait respirer l’entreprise, respirer les individus (…), c’est très vertueux », s’exclame lyrique un manager. Quand les discours des DRH et les désirs des salariés vibrent à l’unisson. Mais ce ne sont que des paroles, car dans les faits, les profils types sont valorisés et les parcours atypiques ignorés. « En France, quand on cherche un emploi, on nous demande d’avoir telle expérience, tel diplôme. On aime bien les cases », déplore un cadre n’ayant pas réussi à faire aboutir son projet de reconversion. C’est le phénomène du clonage des profils. La plupart des recruteurs embauchent des profils déjà connus et éprouvés.

Et les choses ne s’arrangent pas lors des périodes de conjoncture économique difficile. Pas le temps, pas d’énergie à dépenser pour un individu qui n’est pas immédiatement opérationnel. « Quand on propose quelqu'un de différent, les entreprises nous disent « non, non, on n’aura pas le temps de le former » »,   relate un cabinet de recrutement. Sans compter les jalousies, car il faut au début s’occuper du nouvel arrivant qui n’est pas 100 % opérationnel. Il peut y avoir « des difficultés pour l’équipe et des tensions possibles car on déroule le tapis rouge pour une personne qui leur apporte une surcharge de travail » se justifie un DRH. Une bonne manière d’apaiser ces peurs, c’est justement de bien connaître l’entreprise et l’équipe. Changer de métier mais en restant dans la même boîte reste le meilleur moyen de réaliser ses ambitions.

LC

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

4955 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X