emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans grande distribution

Carrefour a peu mobilisé sur ses métiers

 | par NATHALIE TRAN

  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Recrutement - La journée métiers de Carrefour, le 14 mars, n'a pas eu le succès attendu, du moins en région parisienne. Les candidatures ont été moins nombreuses qu'en 2007. Surtout, les clients n'ont pas souhaité s'impliquer dans la sélection des postulants.

Les candidats n'étaient pas au rendez-vous cette année. Fort du succès de la première Journée métiers en 2007 à la même époque, Carrefour, très optimiste, a réitéré le 14 mars, comptant beaucoup sur cette deuxième édition pour dénicher de nouveaux talents. En 2008, comme chaque année, l'enseigne doit pourvoir 8 000 CDI - 7 500 employés et 500 cadres - et recruter 3 000 apprentis. Et lors de la précédente journée portes ouvertes, sur plus de 45 000 personnes rencontrées, 25 % correspondaient aux profils recherchés...

« C'est une façon informelle et conviviale d'aller à la rencontre des candidats et de leur présenter la trentaine de métiers que propose l'enseigne. Cela nous permet aussi d'approcher des profils très différents. Nous touchons nos clients, c'est-à-dire des mères de famille, des séniors, des jeunes diplômés, des étudiants, des demandeurs d'emplois, des jeunes des quartiers prioritaires... Nous touchons tout le monde », souligne Isabelle Arnaudet, responsable du recrutement pour les hypermarchés Carrefour.

Des demandes pour des postes de caisse

En ce vendredi, tout le staff des 219 hypermarchés de France était sur le pied de guerre dès l'ouverture des portes, prêt à faire face à l'afflux de postulants. Une organisation sans faille avait été mise en place pour ne pas se laisser déborder comme en 2007. Mais, contre toute attente, l'ambiance au matin était plutôt calme au magasin d'Auteuil, dans le XVIe arrondissement à Paris. À 11 heures, à peine une dizaine de personnes s'étaient présentées devant les managers et la responsable recrutement de l'enseigne, installés à l'entrée du magasin pour parler de leurs métiers, des carrières chez Carrefour, et répondre aux questions de chacun. À Stains (Seine-Saint-Denis), à Bercy 2 (Paris XIIe) ou à Évry (Essonne), la matinée a également démarré en douceur. Idem au magasin de Montreuil-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), où, en début d'après-midi, on comptabilisait seulement une trentaine de CV ! Essentiellement des demandes pour des postes d'hôtes et hôtesses de caisse ou d'employés libre-service, si bien qu'aucun entretien « flash » n'avait encore eu lieu, ceux-ci étant réservés aux candidats aux postes de managers ou aux métiers de bouche, les plus difficiles à pourvoir pour l'enseigne. Une salle avait pourtant été réservée à cet effet.

« L'année dernière, les premiers entretiens devaient commencer à 10 heures, et les candidats se bousculaient déjà à 9 h 15, sans interruption jusqu'à 18 heures », se souvient Mohamed Cheikh, manager paie-RH du magasin de Montreuil-sous-Bois. Même son de cloche au magasin d'Auteuil. « Je suis très étonnée du peu de candidats. En 2007, le magasin avait reçu près de 500 CV dans la journée. Je n'avais même pas pu prendre le temps de déjeuner, car je n'avais pas prévu suffisamment de monde pour m'assister », témoigne Maryline Pasteau, responsable paie-RH.

Pour les visiteurs, cette journée constitue d'abord un espoir de trouver un emploi, même si rares sont ceux qui ont une idée précise des métiers proposés par le distributeur. C'est le cas de Michel, actuellement jardinier et dont le CDD arrive bientôt à son terme : « Il faut que je prépare mon tremplin. J'ai demandé un poste dans la manutention ou les ressources humaines, car j'ai travaillé dans ce domaine il y a quelques années. À 42 ans, après quelques reconversions on ne choisit plus trop... »

Pour Mamadou, la motivation est de trouver un CDI. Arrivé du Sénégal depuis deux ans, il a été abonné jusqu'à présent à l'intérim. Hugo, lui est à la recherche d'un job étudiant pour l'été, prêt à accepter des horaires de travail décalés, à condition toutefois d'être recruté dans le magasin d'Auteuil, car il habite à proximité. Son interlocutrice de Carrefour lui a expliqué que s'il était ouvert pour travailler dans d'autres magasins, il multipliait ses chances, tout comme il est nécessaire d'accepter de travailler le samedi...

Quant à Étienne, il est intermittent du spectacle et recherche « un job alimentaire ». Il a été envoyé par l'ANPE : « On m'a parlé d'un emploi de chef de rayon, je suis très surpris, car je pensais qu'il fallait des diplômes pour ça. » Pascal est également intermittent du spectacle, mais lui souhaite, en revanche, trouver un métier stable. Passionné de musique et de multimédia, il est très intéressé par un poste de manager rayon sur ce secteur. Enfin, Nadia cherche un poste d'hôtesse de caisse, elle a été informée de la journée en cliquant sur le site de Carrefour. Tous ont laissé leur curriculum vitae, parfois accompagné d'une lettre de motivation, en attendant d'être recontactés.

Les clients peu concernés

Enfin, si les postulants étaient moins nombreux que prévu, la clientèle, elle, n'a pas du tout répondu à l'appel lancé par le distributeur. Car, pour cette deuxième édition, Carrefour avait décidé d'innover en impliquant ses clients dans cette grande journée. L'enseigne souhaitait les faire participer aux entretiens de présélection des futurs collaborateurs afin de recueillir « leur ressenti et leurs attentes par rapport à l'accueil et au service ». Une idée déjà développée par le Printemps depuis septembre 2007 pour les recrutements de ses chefs de rayon. Depuis le début du mois, une urne avait été installée dans les magasins pour que les volontaires se fassent connaître et puissent ensuite être contactés. À Montreuil-sous-Bois, celle-ci est restée vide. À Auteuil, ce sont les hôtesses de caisses qui avaient été chargées de relayer l'information, mais sans plus de succès. Pour l'instant, Carrefour Hypermarchés n'explique pas la relative désaffection de cette deuxième journée métiers, qui traduit sans doute la tension croissante sur le marché de l'emploi, notamment sur les fonctions cadres.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

389 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X