emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans grande distribution

Casino : des sentinelles veillent au bien-être des salariés

 | par Laure Martin

Casino : des sentinelles veillent au bien-être des salariés
Le groupe Casino a mis en place, dès 2015, un réseau de bienveilleurs dont le rôle consiste à venir en aide aux collaborateurs en difficulté
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Le groupe Casino a intégré une vraie politique du bien-être. Depuis quelques années, environ 1000 collaborateurs endossent le rôle de bienveilleurs. Ces sentinelles veillent au bien-être des salariés et peuvent les aider dans leur vie privée ou professionnelle.

Dans le cadre de la démarche « Management Bienveillant », le groupe Casino a mis en place, dès 2015, un réseau de bienveilleurs dont le rôle consiste à venir en aide aux collaborateurs en difficulté, à les écouter et à les orienter vers le bon interlocuteur. Ce réseau contribue à la démarche de prévention des risques psychosociaux (RPS) au sein de l’entreprise.

« Le dispositif a été mis en place par la direction des ressources humaines après avoir constaté que des collaborateurs pouvaient se retrouver face à des collègues en situation de difficulté ou de mal-être et qu’ils ne savaient pas comment se comporter face à eux, explique David Cordani, directeur des relations et de l’innovation sociales au sein du groupe.

De même que les managers ne parvenaient pas toujours à identifier des situations difficiles que pouvaient traverser certains collaborateurs. » C’est pour instaurer un maillon au plus près des salariés qu’a été actée la création de ce réseau de bienveilleurs afin que chacun puisse identifier et entrer en contact avec une personne en difficulté, lui prodiguer une écoute et un soutien, créer du lien avec cette personne et l’orienter vers les ressources les plus à même de l’aider.

Un réseau de volontaires

Pour remplir ce rôle, les bienveilleurs doivent être volontaires, avoir un bon niveau d’empathie, de communication et être bien intégrés dans leur équipe de travail. « Ils peuvent soit se proposer spontanément, soit être cooptés par un bienveilleur existant, soit être choisis par un manager ou par un responsable ressources humaines mais toujours dans une démarche volontaire », précise David Cordani. Les bienveilleurs sont formés dans leur rôle car « il est très important de ne pas les lancer dans cette mission sans être un minimum accompagné », poursuit-il. Leur formation leur permet de détecter une personne en difficulté, d’identifier les éventuelles causes, d’aborder un collaborateur et se faire accepter, d’apprendre à orienter un salarié et à se protéger en tant que bienveilleur.

Outre une formation en présentiel, ils disposent aussi d’une plateforme en ligne entièrement dédiée à la communauté des bienveilleurs avec des contenus vidéos de sensibilisation et de formation en ligne, et avec des échanges entre bienveilleurs sur des situations vécues. Ils ont aussi accès à une newsletter dédiée pour retrouver l’essentiel de l’actualité du réseau et des conseils pour aider au quotidien.

La démarche

Au lancement de la démarche, l’idée était de faire en sorte que ce soit au bienveilleur de se rapprocher d’une personne en difficulté, sans qu’une grande publicité ne soit effectuée autour de sa fonction. « En échangeant avec les bienveilleurs dans le cadre d’un groupe de travail, nous avons changé notre approche et avons convenu de faire évoluer la situation pour communiquer autour des missions des bienveilleurs afin qu’ils soient identifiés, rapporte David Cordani. Nous allons commencer par les sièges sociaux et si ce pilote est concluant, nous étendrons ce fonctionnement. » Le groupe prévoit également de mettre en place une charte précisant les engagements et devoirs du bienveilleur, ainsi que son rôle et ses garanties.

Lorsqu’il identifie une situation complexe, le bienveilleur peut se tourner vers plusieurs acteurs : le manager, le médecin du travail, le DRH, les partenaires sociaux et tous les organismes d’accompagnement mis en place dans le groupe comme le service d’assistantes sociales, le service de soutien psychologique, le service des aidants familiaux ou encore celui d’aide aux devoirs des enfants. « Nous venons aussi de lancer une approche de guichet unique, intitulé ″Mon Conseiller Social en ligne″, permettant d’avoir un point d’accès unique vers tous les services, indique David Cordani. Il peut être contacté par n’importe quel salarié mais aussi le bienveilleur. » Ce dernier se doit néanmoins de garder la confidentialité des échanges avec la personne aidée et ne peut communiquer sans son accord. Au regard d’une enquête menée en interne, les bienveilleurs ont expliqué que 58 % des problèmes rencontrés étaient d’ordre sociaux, 28 % d’ordre familial et 12% liés au travail. 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Ces métiers du futur les plus plébiscités

Ces métiers du futur les plus plébiscités

Bâtiment : l’intelligence artificielle va-t-elle remplacer l’homme ?

Bâtiment : l’intelligence artificielle va-t-elle remplacer l’homme ?

Des milliers d’entreprises de BTP cherchent leurs nouveaux dirigeants !

Des milliers d’entreprises de BTP cherchent leurs nouveaux dirigeants !

Des outils innovants pour embaucher chez Lhotellier

Des outils innovants pour embaucher chez Lhotellier

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

396 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

INFOPRO DIGITAL
ASSISTRA
PUBLICIS DRUGSTORE
IPLC EUROPE
BABOU
Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X