emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Changer de voie lorsque l’on travaille dans le tourisme

Changer de voie lorsque l’on travaille dans le tourisme
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Le tourisme est un des secteurs comptant le plus de turn-over. Se réorienter professionnellement est souvent une obligation. Le bilan de compétence est l’outil adéquat pour identifier ses atouts, selon L’Echo touristique du 1er juin.

50 % des billettistes ne restent pas plus de 6 ans dans le secteur du tourisme, selon L’Echo Touristique du 1 er juin, dans son article « Sortir du tourisme ». Un constat qui touche le secteur en entier. Et pour cause : difficulté pour trouver ou changer d’emploi, salaire bas, condition de travail ardue... Ils sont ainsi de plus en plus nombreux à souhaiter changer de secteur ou se reconvertir. Seulement, les reconversions se font essentiellement vers les métiers de la petite enfance, du secrétariat ou de l’aide à la personne. Il est, en effet, difficile pour un expert du tourisme d’intégrer d’autres secteurs. Mathilde, 30 ans, travaille comme commerciale dans l’aérien depuis 6 ans. Elle est au chômage depuis quelques mois. « Je postule pour des postes de commerciale dans d’autres secteurs afin d’enrichir mon expérience et accroître mes chances de retrouver un emploi rapidement. Seulement mes candidatures spontanées envoyées sont la plupart du temps refusées car je manque, selon les recruteurs, d’expérience hors tourisme ».

Pour contrer cette problématique, la première étape est de faire un bilan de compétence.  Cela permet d’identifier ses motivations professionnelles et ses compétences opérationnelles qui peuvent être exploitées dans d’autres secteurs, mais aussi ses lacunes. Ces points identifiés, il sera donc plus aisé de trouver la formation adéquate pour postuler ailleurs. C’est la seconde étape. Il existe différentes solutions pour suivre une formation. Le CIF (Congé individuel de formation) peut être judicieux car il donne droit à un congé plus long que le DIF (Droit Individuel à la formation) et donc permet de suivre une formation plus approfondie, à condition de justifier d’une ancienneté de 24 mois dans l’entreprise. Les financements pour les formations sont la CNAM, le GRETA, ou l’AFPA. L’hebdomadaire conseille de s’y prendre suffisamment à l’avance.

Laura Maubrey

Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

4309 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X