emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Chez Michael Page, le PDG fait de la prospective

 | par Gwenole Guiomard

Chez Michael Page, le PDG fait de la prospective
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Fabrice Lacombe, PDG de Michael Page, vient de publier « Les emplois de demain ». Un ouvrage didactique expliquant quels seront les secteurs qui recruteront dans sept ans.

 

Beaucoup de fées semblent s’être penchées sur le berceau de Fabrice Lacombe. Le PDG de Michael Page est jeune (39 ans). Il est plutôt beau gosse. A ce poste, on le suppose riche. Il ne restait plus qu’il participe au bien-être de la société. Avec l’écriture de l’ouvrage « Les emplois de demain » en compagnie de Lucie Robequain, journaliste aux Echos, c’est fait. De quoi agacer.

C’est en 2001 – à 32 ans ! – que ce jeune ingénieur a succédé au très médiatique dirigeant de Michael Page, Charles-Henri Dumon aujourd’hui PDG Europe et Amérique. Fabrice Lacombe avait précédemment usé ses fonds de culottes à l’école nationale supérieure des arts et métiers (Ensam). Hormis un passage éclair chez Pricewaterhouse, le jeune homme a toujours travaillé chez Michael Page. Il y a monté (avec succès visiblement) l’activité ingénieur et techniciens. Une ascension éclair, sans parachutage, et à la force du poignet.

Transformer le cabinet en entreprise humaniste

Dans sa carrière de patron, Fabrice Lacombe a, très tôt, voulu faire de sa structure un cabinet humaniste et engagé dans les problèmes sociétaux. Il a ainsi poussé Michael Page à s’engager   dans les politiques de non-discrimination. Une position intelligente qui a désamorcé toutes critiques faites à l’encontre du cabinet de recrutement. Le temps où on reprochait à Page de d’être un vendeur de CV semble bien loin. Le cabinet s’affiche comme un modèle de vertu. A l’image de son président, vice-président de l’Association « A compétence égale » dont le but est de promouvoir la diversité dans les recrutements à la française.

Poussant ses pions un peu plus loin, Fabrice Lacombe publie aujourd’hui un ouvrage prospectif. « Il y a une demande d’explications sur l’avenir du marché du travail, commente –t-il. Nous avons conçu un ouvrage qui soit à la fois fouillé et accessible à tous ».

Pour cela, les deux auteurs ont découpé les questions sur le recrutement en petit chapitre d’une dizaine de pages. D’où un ouvrage très complet, facile à lire et donnant un aperçu clair de ce qui va se passer en matière d’emploi d’ici à 2015. « En dépit de la mauvaise conjoncture actuelle, précise Fabrice Lacombe, nous maintenons l’idée que le plein-emploi sera possible en 2015 en France ».

Les raisons ? Les nombreux départs à la retraite ne seront pas compensés par l’arrivée sur le marché du travail d’une classe d’âge moins nombreuse. La multiplication des familles recomposées devrait, aussi, développer de nouveaux besoins et donc de nouvelles créations d’emploi. Les explications sont connues mais l’ouvrage propose une synthèse qui éclairera le néophyte et fera réviser le spécialiste…

 De gros problèmes si rien n’est fait

« Ceci précisé, commente Fabrice Lacombe, deux scénarios sont possibles. Le premier est celui d’une situation de pénurie d’emploi et de chômage de haut niveau. C’est celui qui est prévisible si rien n’est fait ». Avec une filière industrielle de la production quittant, avec ses emplois, l’hexagone et des secteurs ne trouvant pas de salariés formés à leurs métiers.

Le second scénario est plus optimiste. Les secteurs en recherche de personnels trouvent les bons candidats et le chômage reste durablement sous la barre des 5 %. Pour Lacombe et Robequain, trois actions sont à réaliser tout de suite pour que la France choisisse le scénario de la fin du chômage de masse. Tout d’abord, orienter les salariés risquant de se retrouver au chômage, dans la sidérurgie par exemple, vers des secteurs qui rechercheront des candidats comme l’aide à la personne, le transport et la logistique, la santé, la grande distribution, le développement durable… Seconde piste : développer les formations pour réaliser ce transfert de compétences. Il faut aussi pousser les scolaires vers ces mêmes secteurs d’avenir en leur indiquant les taux d’emploi de chaque filière. Enfin, ouvrir les frontières aux immigrés.

Le PDG de Michael Page n’hésite pas à briser certains tabous de la société française. Mais après son ouvrage, on ne pourra plus dire, en 2015, qu’on ne savait pas ce qui allait arriver. C’est le principal mérite de l’ouvrage.

 

Michael page, un mastodonte du recrutement

Michael Page a réalisé, en 2007, un chiffre d’affaires de 65 M€ en 2007 contre 31 M€ en 2003. Il a effectué 7 500 recrutements en 2007 contre 4 300 en 2003. Il représente ainsi plus de 20 % des recrutements de cadres passant par un cabinet de recrutement. Et près de 10 % du chiffre d’affaires de la profession. Michael Page recrute des cadres dirigeants, des cadres et des employés. Il est considéré par la profession comme la réussite des vingt dernières années. Il est aussi craint, respecté et détesté.

Page est membre, et principal cabinet par sa taille, de À compétence égale. Tous comme les 35 autres cabinets de cette association, MP promeut la diversité dans le recrutement et la primauté de la compétence lors d’une embauche.

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

9008 offres d’emploi en ligne

Fermer X