emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Combien coûte un salarié en France ?

Combien coûte un salarié en France ?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Les salaires et les primes, les cotisations sociales, mais aussi les frais de formation. Au total, un salarié travaillant à plein temps dans une entreprise de plus de 10 personnes coûte en moyenne 50 850 euros par an à son employeur.

 

Le travail coûte trop cher en France, du coup il y a moins de travail. Nous ne sommes pas assez compétitifs. Il faut alléger les cotisations patronales avec la TVA sociale. Voilà pour la version du gouvernement et de la majorité présidentielle. La musique chantonnée par le PS est toute autre. Pour être compétitif et que notre économie crée des emplois, ce n’est pas sur le levier du coût du travail qu’il faut jouer mais sur l’éducation, la formation et l’innovation. A quelques mois de la présidentielle, l’Insee, par le biais d’une étude publiée aujourd’hui sur le sujet, fait entendre sa voix. Elle avance ses chiffres et un enseignement : un coût du travail élevé ne rime pas avec chômage.

Revenons sur l’exercice mathématique auquel s’est plié l’Insee, avec une première question : combien coûte un salarié en France travaillant dans une entreprises de 10 personnes ou plus ? Si l’on prend en compte les rémunérations, soit le salaire, les primes éventuelles, les avantages en nature et l’épargne salariale, mais aussi les cotisations sociales à la charge de l’employeur et les frais de formation professionnelle, on arrive à un total de 50 850 euros par an. Par heure, on atteint les 31,82 euros. Après, tout dépend des secteurs.

 

43,79 euros par heure dans la communication

Le coût du travail est ainsi plus élevé dans les activités liées à l’information et la communication que dans celles liées à l’hébergement et la restauration. Une heure de travail dans cette première branche d’activité est ainsi facturée en moyenne 43,79 euros, alors que le montant n’atteint que les 21,11 euros pour la seconde. Pourquoi ? Tout simplement parce que dans le secteur de l’information et de la communication, les cadres sont surreprésentés, les entreprises sont plus grandes donc plus soumises à des obligations légales comme la participation des salariés aux résultats de l’entreprise, et beaucoup de ces entreprises s’installent en Ile-de-France. Dans la restauration, les entreprises sont plus petites et font appel à un personnel peu qualifié et donc à bas salaires. Et ce bas salaire joue sur deux tableaux. Tout d’abord, cela fait une dépense de moins, et ensuite le secteur bénéficie des allègements de cotisations sociales sur les bas salaires.

 

Dans l’hébergement et la restauration un coût du travail très bas

Bref, c’est dans l’hébergement et la restauration, que le coût du travail est le plus bas. Beaucoup plus bas que dans les activités financières et d’assurances. C’est en effet dans ce secteur d’activités, que le coût du travail est le plus élevé. Bien sûr, il y a beaucoup de cadres, beaucoup d’entreprises de taille importante. Mais il n’y a pas que cela, il y a aussi les cotisations sociales, cotisations non légales cette fois, des « cotisations conventionnelles et facultatives en matière de prévoyance (cotisations versées à des mutuelles ou à des assurances, à des régimes non obligatoires de retraite), des prestations sociales fournies directement par les employeurs et des compléments sociaux (prestations d’actions sociale, subventions aux comités d’établissement et d’entreprise, etc.) » détaille l’Insee. Et leurs niveaux dans les activités financières et d’assurances sont élevés.

 

Coût élevé ne rime pas avec chômage

Voilà pour l’analyse du coût du travail en France. Place à la seconde partie de l’exercice avec une question prenant les allures de pomme de discorde : est-ce qu’un salarié coûte trop cher en France ? C’est relatif. C’est sûr qu’en France, le coût du salaire est beaucoup plus élevé qu’au Portugal, en Grèce, et en Espagne. La France se situe même largement au-dessus de la moyenne de la zone euro. Mais est-ce un réel problème ? Les pays cités s’illustrent par un fort taux de chômage. Ainsi un coût du travail peu élevé ne rime pas avec plein emploi. Et la réciproque semble toute aussi vraie. En Allemagne qui affiche un des taux de chômage les plus faibles d’Europe, le coût du travail voisine la France et est même plus élevé dans certains secteurs. Dans l’industrie, le coût du travail est le même. Dans l’automobile, il est supérieur de 29 % à celui observé en France. Dans les services, à l’inverse, c’est en Allemagne que la facture est la plus légère, 32,19 euros de l’heure pour un salarié français contre 29,36 euros pour un Allemand.

Autre et dernier enseignement de l’étude de l’Insee : le coût du travail n’a pas vraiment explosé ces dernières années. En 4 ans, entre 2004 et 2008, il a augmenté en moyenne de 2,9 % par an. De 1996 à 2004, il avait crû de 3,4 % par an.

 

Lucile Chevalier

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5229 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X