emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Comment affronter une crise d'autorité de son chef ?

 | par Rédaction L'Usine Nouvelle

Comment affronter une crise d'autorité de son chef ?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Pour Jean-Louis Muller, directeur du département management de la Cegos, cette situation (voir ci-dessous) est un grand classique : " Le manager ne dit rien à l'un de ses collaborateurs qui a fait quelque chose qui ne lui convient pas. Il pense qu'il va comprendre de lui-même et ne veut pas faire d'histoires. Une fois, deux fois, puis un jour il explose. "

Car il est entré dans un circuit dangereux : " D'abord il se sent frustré de n'avoir rien dit. Puis il éprouve du remord, se sent faible ou lâche. Ensuite, il est irrité : tout l'énerve, il repère le moindre petit fait. Enfin, il est pris d'un désir de vengeance et fait payer remord, frustration, irritation en explosant. "

L'idéal est, bien sûr, de ne pas en arriver là : " Il faut savoir exprimer son mécontentement sur le moment, mais en utilisant des éléments descriptifs et, surtout, en n'attaquant pas la personne. On est alors encore dans le domaine civilisé de la négociation. En revanche, si on a accumulé de l'irritation et explosé, il faut remettre les pendules à l'heure, en privé. Et, éventuellement faire amende honorable devant le reste de l'équipe si son attitude a créé des turbulences. "

Conclusion
 

" Les gens nouvellement nommés commettent souvent deux erreurs : soit ils sont trop gentils, soit trop agressifs, reprend Jean-Louis Muller. Même s'ils sont contents, ils se sentent gênés par le pouvoir qu'on leur a donné. Ou ils prennent à coeur le credo des entreprises où l'on parle de coopération, de communication, de synergie. Résultat : ils ont du mal à exercer l'autorité. Et explosent un jour. Or s'ils savaient affronter la situation et admettre leur maladresse, paradoxalement leurs collaborateurs penseraient qu'ils sont solides et leur reconnaîtraient de l'autorité. "
 

Comment ça se passe chez Balaton 

"Euh, Sylvain, avant que vous ne partiez, c'est toujours d'accord pour que je prenne mon après-midi demain ? "

Xavier Fournier, l'un des commerciaux de Balaton, avait posé sa question avec assurance. Il en avait déjà parlé avec Sylvain Lambert, son chef. Il n'y avait aucune raison pour que celui-ci ait changé d'avis depuis.

" Ah, non, ça ne va pas être possible. "

Xavier Fournier tomba des nues et ne parvint pas à cacher sa surprise :

" Mais, c'était convenu... On en a parlé lundi... Du coup, moi j'ai pris mes dispositions pour mon week-end... Je dois absolument partir vendredi après-midi..."

Mais Lambert n'en démordait pas :

" Eh, bien, vous annulez ou vous décalez, mais pour l'après-midi, c'est non... "

Fournier n'en revenait pas. Lambert avait pas mal de défauts, mais en règle générale, il était plutôt conciliant sur les horaires de travail et les jours de congés. Il les laissait s'organiser librement, entre eux.

" Il y a un problème particulier ? "

- Non, il n'y a rien... Il y a juste que vos histoires de congés et de RTT, ça finit par me fatiguer... Je vous ai accordé plusieurs week-ends prolongés à Bérangère et à vous... Résultat, je me suis retrouvé avec Arnaud Du Lac qui me réclamait la même chose... Et j'ai été obligé de lui refuser parce qu'il y avait déjà deux absents... Il faisait la tête et je le comprends ! Et voilà que vous revenez me demander une faveur... Alors, cette fois, non !

- Mais vous auriez dû nous en parler... Ou Arnaud... Nous, on pensait que cela ne le dérangeait pas...

- Vous pensiez, vous pensiez... Eh, bien, vous pensiez mal... J'ai été gentil... Je n'ai jamais dit non ni à vous, ni à Bérangère lorsqu'elle avait besoin de partir plus tôt à cause de ses enfants, mais maintenant, c'est fini ! Les mêmes règles s'appliquent à tous ! "

Lambert s'interrompit et fila vers son bureau car Isabelle Softelle, la responsable du service informatique, venait de faire son apparition. Cette dernière demanda à Fournier :

" J'arrive à un mauvais moment ?

- Bof... Lambert nous fait une crise d'autorité... Et sur un sujet qui n'en vaut vraiment pas la peine ! "

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5487 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X