emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Comment améliorer la formation des chômeurs ?

Comment améliorer la formation des chômeurs ?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Les chômeurs sont mal informés et accompagnés. Ils sont aussi peu et mal formés, pointe l’Igas dans un rapport publié vendredi.

Les négociations entre les partenaires sociaux ont débuté aujourd’hui. Objectif : poser avant la fin de l’année les bases d’un projet de loi qui réformera en profondeur la formation professionnelle. Cette réforme devra entre autres améliorer l’accès à la formation des publics les plus fragiles. C’est à dire les peu ou pas qualifiés et les chômeurs. L’affaire semble déjà mal engagée. Le président Hollande, dès mars dernier, lors d’un discours à Blois, constatait amèrement que seulement un chômeur sur cinq bénéficiait d’une formation. En réalité, souligne un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales, ce chiffre « surestime nettement la réalité ».

Pas vraiment étonnant que l’on arrive à ce score aussi piteux. L’Igas, dans son rapport, dénonce pêle-mêle « les difficultés à faire remonter et à anticiper territorialement les besoins à venir des entreprise », l’ « abandon plus fréquent des formations dont la prescription a été imposée au demandeur d’emploi », « le retour à l’emploi des demandeurs d’emploi dans des domaines fréquemment distincts de celui de la formation ».

Bref, le système est inefficace. La faute à la multitude des acteurs et des dispositifs rendant illisible le système tant pour les chômeurs que pour les conseillers qui peinent à les accompagner. La faute aussi à la « multiplicité de l’offre de formation, sa forte segmentation et l’absence d’outil d’évaluation et de contrôle ».

 

Les propositions de l’Igas

L’Igas propose donc de mettre un peu d’ordre. Pour faciliter l’accès à la formation, le rapport préconise d’aborder la question de la formation dès l’inscription du demandeur d’emploi à Pôle emploi et chez ses cotraitants et « de soutenir tout projet de formation s’appuyant sur l’offre collective et conventionnée de formation dès lors qu’il permet au demandeur d’emploi de monter, à terme, d’un niveau de qualification ».

Pour améliorer l’accompagnement des chômeurs, il conseille de mettre en place un service plus individualisé. Un demandeur d’emploi considéré comme autonome doit pouvoir mener lui-même son parcours d’accès à la formation « sans recours obligatoire à une validation administrative préalable, dès lors que son projet émarge l’offre collective et conventionnée de formation ». Pour les chômeurs moins autonome ou « porteurs de projet de formation flou ou complexe », le rapport incite à prévoir de manière plus systématique une réorientation vers des prestations d’orientation.

Afin que les chômeurs aient une meilleure visibilité de leur parcours, le rapport préconise la mise en place d’un espace personnel de formation recueillant l’ensemble des éléments retraçant leurs parcours d’accès à la formation.

Les organismes de formation et les acteurs publics devront aussi systématiser les évaluations « à chaud » et « à froid » des sessions de formation auprès des chômeurs qui les ont suivies.

Enfin, le rapport souhaite que soient confiés aux seules régions les achats collectifs de formation. Pôle emploi s’occuperait de la gestion des dispositifs de financement des formations individuelles.

Lucile Chevalier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8723 offres d’emploi en ligne

Fermer X