emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Comment annoncer à un salarié qu'il n'aura pas la mutation attendue ?

 | par Rédaction L'Usine Nouvelle

Comment annoncer à un salarié qu'il n'aura pas la mutation attendue ?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Pour Renaud Briançon, consultant chez Leroy Consultants, le manager se trouve dans une situation délicate : « S'il a fait une annonce prématurée, il doit faire profil bas. Si l'annulation n'est pas de son fait, il doit malgré tout assumer et annoncer cette décision à son collaborateur de manière très factuelle. »
Il doit écouter son collaborateur : « Il doit éviter de se justifier ou de justifier l'entreprise. Mais faire preuve d'empathie à l'égard de son collaborateur, sur le fond et dans la forme. Le laisser exprimer sa colère. Puis reformuler ses propos, en utilisant les mêmes mots, pour qu'il se sente écouté. »
Dans les deux cas, le manager doit finir par une note d'espoir : « Il doit dire qu'il sera très attentif à toute possibilité de mouvement et qu'il en informera son collaborateur. Mais il ne doit s'engager que sur sa bonne volonté et ne pas s'avancer en disant : « Je vais vous trouver quelque chose ».
Le collaborateur doit rester calme : « S'il exprime son désaccord sur la méthode, sans personnaliser la critique et sans exploser, il aura plus d'impact. Ensuite, selon son tempérament, il pourra, soit demander clairement que la situation soit rattrapée, soit expliquer qu'il prend bonne note de cette décision et engager une mobilité interne ou externe s'il pense avoir été totalement décrédibilisé. »

Conclusion

« Cet épisode risque de casser le fil entre le manager et le collaborateur, car c'est un désaveu qui touche la personne, reprend Renaud Briançon. Le manager a donc un sacré devoir : remobiliser son collaborateur et trouver une bonne solution. S'il est éthique et s'il assume ce qui s'est passé, il en sortira grandi. En revanche, s'il a mal validé l'évolution avant de l'annoncer, son statut risque d'en souffrir. »
 

Comment ça se passe chez Balaton

"Bonjour Monsieur Bourdin ! Vous allez bien ? »
Jacques Bourdin se retourna lorsqu'il entendit quelqu'un l'interpeller. Zut ! Xavier Fournier, la dernière personne qu'il souhaitait rencontrer !
« Bonjour...
- Dites, je voulais vous demander... Savez-vous à quel moment je vais rejoindre votre équipe ? »
Bourdin eut l'air surpris, puis embarrassé :
« Lambert ne vous a rien dit ?
- Dis quoi ? Je rentre ce matin de quinze jours de vacances... Je ne l'ai pas vu...
- Il a une mauvaise nouvelle à vous annoncer... Ce n'est pas vous que Duchêne a retenu pour le poste aux achats...
- Mais, mais... Avant mon départ, Lambert m'avait assuré que c'était fait... Excusez-moi, mais je vais le voir tout de suite ! »
Fou de rage, Xavier Fournier prit la direction du bureau de Sylvain Lambert, son chef. Ce nouveau poste aux achats, il en rêvait depuis des mois ! Il en avait parlé à Lambert lors de son entretien annuel. Dès qu'il avait su que quelqu'un de chez Bourdin partait, il s'était porté candidat. Et Lambert lui avait dit, juste avant son départ en vacances, qu'il n'y avait aucun problème, que tout le monde avait donné son feu vert. Tout le monde, sauf Paul Duchêne, le directeur général, apparemment !
« Bonjour Sylvain... Qu'est-ce que c'est que cette histoire ?
- Ah, Xavier, asseyez-vous... Il faut que je vous parle... Mais, j'ai l'impression que Radio-moquette a déjà diffusé l'info...
- Vous pensiez attendre combien de temps avant de me le dire ? Vous vous rendez compte que je suis passé pour un imbécile devant Bourdin... Et j'imagine que ce n'est pas fini car tout le monde est au courant...
- Ne vous énervez pas comme ça... Vous savez, c'est Paul Duchêne qui a décidé ça... Je pensais que son approbation serait une simple formalité... Or, il y avait quelqu'un d'autre qui lui plaisait bien... Que voulez-vous que j'y fasse ?
- Attendre sa validation avant de m'en parler ! Vous vous rendez compte que, pendant toutes mes vacances, je me réjouissais de passer aux achats ? Et vous, vous me dites ça, comme ça... C'est inacceptable !
- Oui, mais, vous savez, on ne fait pas toujours ce qu'on veut ! Et, puis, je vais vite vous trouver autre chose. »

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

4880 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X