emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Comment enrayer la chute de l’apprentissage

 | par Lucile Chevalier

Comment enrayer la chute de l’apprentissage
Young and good-looking business people are working in the meeting room.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Les entrées en apprentissage ne cessent de baisser. Elles avaient diminué de 8 % en 2013, de 3 % en 2014. Et pour ce début d’année le compte n’y est pas non plus, 24 375 contrats ont été signés, soit 13 % de moins qu’au 1er trimestre 2014. Pour enrayer la chute, Bertrand Martinot, économiste et ex-délégué général à l’emploi et à la formation professionnelle, conseille, dans un rapport publié par l’Institut Montaigne, de s’inspirer du modèle allemand.

 

Le gouvernement persiste. En 2017, 500 000 jeunes seront en apprentissage. Il va falloir monter en puissance. Car aujourd’hui en moyenne 400 000 jeunes empruntent cette voie. Et encore, au rythme où vont les choses, ils seront sûrement moins nombreux cette année, l’année suivante et en 2017. Le gouvernement travaille en effet à contre-courant : les entrées en apprentissage, ces dernières années ne cessent de diminuer. Elles ont reculé de 8 % en 2013, puis encore de 3 % en 2014. Pour cette année, ce n’est pas non plus bien parti. 24 375 contrats ont été conclus sur les 3 premiers mois de l’année. Cela représente 13 % de moins qu’au 1er trimestre 2014. Si le gouvernement veut atteindre son objectif, il aurait intérêt à s’inspirer du modèle allemand. C’est ce que préconise Bertrand Martinot, économiste et spécialiste des questions de chômage et des politiques d’emploi, dans un rapport intitulé « L’apprentissage, un vaccin contre le chômage des jeunes. Plan d’action pour la France tiré de la réussite allemande ». Il est publié par l’Institut Montaigne d’obédience libérale. Le point de départ est simple : en France, un quart des jeunes sont au chômage. Ils sont 8 % en Allemagne 8 % (soit 3 fois moins). Outre-Rhin, 16 % des jeunes sont en apprentissage. Ils sont 5 % en France (toujours 3 fois moins).

 

« Les Länder sont les acteurs de terrain »

Pourquoi cela marche là-bas ? « L’Allemagne présente un cadre législatif, juridique et financier plus clair et plus stable qui valorise réellement cette formation et encourage le recrutement d’apprentis » explique Bertrand Martinot. Par exemple, au niveau législatif, deux textes encadrent l’apprentissage : la loi fondatrice de 1969 qui a été révisée une seule fois en 2005. En France, on change les règles à chaque fois que l’on change de majorité, si ce n’est plus. Ensuite, en Allemagne, les rôles sont mieux répartis. La gouvernance n’en est que plus claire. « Le Bund organise la concertation avec les Länder et les partenaires sociaux, produit et centralise les études et prévisions, harmonise les pratiques et adapte les référentiels métiers via l’institut fédéral pour la formation professionnelle », décrit l’étude. Ensuite, il a aussi le service public de l’emploi qui fait ce qu’il sait le mieux faire, il développe une offre spécifique autour de l’apprentissage. Les Länder sont eux les acteurs de terrain. Ils sont les seuls pilotes et financeurs des écoles professionnelles. Enfin, les partenaires sociaux régulent le système en déterminant les référentiels métiers et le contenu des enseignements techniques, en organisant les examens professionnels et la formation des maîtres d’apprentissage. Concernant les aides financières, la règle est simple. Pas d’aides ou très peu pour les entreprises. Quand il y en a, elles ciblent les jeunes les plus en difficulté.

 

« Une agence nationale pour l’apprentissage »

Du coup, cela a donné des idées à Bertrand Martinot. Pour que l’apprentissage se développe en France et qu’il soit efficace, il préconise déjà qu’on rationalise et décentralise le pilotage de l’apprentissage. Les régions piloteraient et financeraient les établissements relevant de la formation professionnelle initiale : apprentissage et enseignement scolaire professionnel. Il faut aussi renforcer le rôle des partenaires sociaux au niveau régional. Le ministère de l’Education nationale, et seulement lui, serait chargé d’animer la politique d’apprentissage au niveau national. Enfin, l’économiste soumet l’idée de « créer une agence nationale pour l’apprentissage et la formation professionnelle qui assurerait l’animation et le pilotage de l’ensemble de la politique d’apprentissage, des actions de communication, ainsi que l’organisation de la coopération entre Etat, régions et partenaires sociaux au niveau national ». 

 

Un « forfait apprentissage » unique

Il conseille également de faciliter l’accès à l’apprentissage et de revaloriser cette voie en créant une filière pré-apprentissage au collège. Les élèves de 4e bénéficieraient d’un bilan de compétences approfondi et se verraient « proposer la possibilité de suivre un enseignement général allégé, des cours de rattrapage personnalisé sur le socle de compétences de base, des enseignements professionnalisant (économie, vie de l’entreprise) et des stages de découverte des métiers » détaille l’étude.

Enfin, pour que les entreprises soient plus engagées, le rapport invite le gouvernement à alléger les contraintes juridiques (droit du contrat d’apprentissage, durée, etc.), mais aussi à rationaliser, cibler et regrouper les aides à l’embauche d’apprentis au sein d’un « forfait apprentissage » unique prenant la forme d’un crédit d’impôt. Enfin, il suggère de rapprocher les contrats d’apprentissage des contrats de professionnalisation au niveau des grilles de rémunération déjà, mais aussi en uniformisant les documents à remplir et en rapprochant les certifications pouvant être préparées.

 

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Le compte professionnel de formation : moins de 3% des actifs font valoir leurs droits

Le compte professionnel de formation : moins de 3% des actifs font valoir leurs droits

Quelles sont les envies de reconversion des Français ?

Quelles sont les envies de reconversion des Français ?

Quelles sont les envies de reconversion des Français ?

Quelles sont les envies de reconversion des Français ?

Mettez votre Ikigaï au service de votre réussite professionnelle!

Mettez votre Ikigaï au service de votre réussite professionnelle!

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8723 offres d’emploi en ligne

Fermer X