emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Comment faire travailler ensemble des personnes venues du monde entier ?

 | par Rédaction L'Usine Nouvelle

Comment faire travailler ensemble des personnes venues du monde entier ?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Pour Ghislaine Caire, directrice générale du cabinet Orion, la diversité culturelle est intéressante intellectuellement : « Faire travailler ensemble des Suédois, des Péruviens, des Chinois... est séduisant. On imagine que cela crée de la valeur ajoutée. Nombre d'entreprises s'engagent, via des chartes notamment, dans des politiques de diversité. »
Mais, au quotidien, ce n'est pas si simple : « Aujourd'hui, tout le monde a les yeux rivés sur du très court terme. Tout doit évoluer vite, être mesurable et déboucher sur des résultats. Or, faire travailler ensemble des gens d'horizons différents prend du temps : il faut, par exemple, construire une communauté de langage. Et les effets n'en sont pas immédiatement mesurables. »
C'est pourtant très enrichissant : « Echanger avec un collègue qui ne pense pas comme vous oblige à formaliser davantage, à aller plus loin dans les explications et à réfléchir plus sur ses choix. Car il ne prend pas tout pour argent comptant. »
Plus que de travailler en vase clos : « Lorsque les cadres viennent du même milieu, ont fait les mêmes études, le consensus est immédiat. Il n'y a pas besoin de finir les phrases, tout le monde se comprend. C'est plus confortable, mais on se rend compte après que tout le monde n'a pas compris la même chose ou que l'on a fait au plus facile, mais pas au mieux. »

Conclusion

« Les entreprises qui travaillent à l'international ont intérêt à recruter des gens différents, que ce soit pour les achats, le commercial..., reprend Ghislaine Caire. Mais bien peu le font car cela suppose de s'affranchir de l'impérialisme des résultats de court terme et donc de prendre des risques. »

Comment ça se passe chez Balaton

Lundi midi, Fin du comité de direction
« Sylvain, je peux te voir deux minutes ? »
A la sortie du conseil de direction, Bernard Torrès, le responsable export, avait rattrapé in extremis Sylvain Lambert, le directeur commercial, qui paraissait pressé de prendre le large.
« Oui, si ce n'est pas trop long... J'ai un rendez-vous pour le déjeuner...
- Non, j'en ai juste pour quelques minutes... Je voulais te parler d'une idée que j'ai eue... Et comme je vois Duchêne cet après-midi, je préférais t'en parler avant...
- C'est quoi ton idée ?
- Comme on n'arrête pas de se développer à l'étranger, je me disais que ce serait bien d'ouvrir un peu ton équipe, d'accueillir des commerciaux venant de certaines de nos filiales à l'étranger... »
Lambert haussa les épaules :
« Pourquoi pas...
- Quel enthousiasme ! Tu sais, beaucoup de boîtes le font ! Et on a plein de choses à y gagner... Pour tes équipes, notamment pour ceux qui gèrent des grands comptes, ce sera l'occasion de voir comment ça se passe ailleurs... Et, puis ça apportera un peu de sang neuf... Tu sais, au marketing, ils ont fait ça et ils sont enchantés... »
Lambert ne savait plus comment contenir l'enthousiasme de Torrès :
« Tu sais, pour l'instant, je n'ai pas de poste de libre...
- Tu exagères ! Je sais parfaitement que tu as obtenu deux nouveaux postes, à pourvoir au premier semestre de 2007... C'est le moment ou jamais... »
Cette fois, Lambert faisait franchement la grimace. Il avait dû batailler pour obtenir ces deux postes. Et il avait déjà une idée des recrutements qu'il allait faire. Il n'était pas hostile à l'idée de prendre quelqu'un d'une filiale étrangère, mais cette personne ne serait pas opérationnelle tout de suite. Or, vu les objectifs commerciaux qu'on lui avait fixés, il avait besoin de quelqu'un d'efficace et très rapidement. Les chiffres de vente, ça ne pardonne pas !
« Tu sais, avant de mobiliser tout le monde, tu devrais en parler à Brisson, le DRH... Peut-être que c'est très compliqué à mettre en place...
- Pas du tout... D'ailleurs, je lui en ai déjà touché un mot... Il est emballé... »
 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

4361 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X