emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa L'echo tourisique Neo restauration Le Moniteur

Comment faire un bilan de compétences

 | par 

Comment faire un bilan de compétences
Un bilan de compétences dure environ 24 heures réparties sur deux mois.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Certains utilisent le bilan de compétences pour valider leur projet. D’autres, moins avancés dans leur réflexion, en réalisent pour avoir un aperçu des perspectives qui s’ouvrent à eux. Mais dans le 1e comme dans le 2e cas, pour qu’un bilan de compétences apporte les réponses attendues, il faut agir avec méthode.

 

Il connaît son métier, il a une expérience solide. En CDI, il travaille depuis au moins 5 ans, dont un an au minimum dans son entreprise actuelle. S’il est en CDD, par contre, il a au moins travaillé 2 ans au cours des 5 dernières années, dont 4 mois au cours des 12 derniers mois. Pour en savoir plus, lire les informations du ministère de l’Emploi en cliquant ici. Lui, c’est le candidat au bilan de compétences. Sa grande préoccupation est son avenir professionnel. Il ne sait pas. Il ne sait plus vers où il veut aller. Et la question le taraude depuis quelques mois. Décidé à prendre les choses en main, il est allé voir le responsable de formation de son entreprise : son employeur prendrait-il en charge les 1800 euros de frais d’un bilan de compétences au titre du plan de formation ? Si oui, l'employeur finance. En cas de refus, il se tourne vers le Fongecif, remplit le dossier pour un bilan en temps de travail (il devra demander l'accord de l'entreprise), soit hors temps de travail sans demander l'aval de l'employeur. En général, le salarié peut se débrouiller à ne pas financer sur ses propres deniers le bilan de compétences.

 

Où faire son bilan de compétences ?

C’est cher, mais au moins il aura les réponses à ses questions. Sa réflexion durera 24 heures en tout, étalées sur 2 mois. Et elle prendra lieu soit dans un des 265 centres interinstitutionnels de bilan de compétences (CIBC), soit dans un des plus de 200 centres de l’Afpa, soit dans un des organismes liés à un secteur professionnels, comme l’UIMM, soit encore dans un organismes privé comme Demos. Deux mois et un conseiller pour mettre de l’ordre dans ses pensées. Car au départ, c’est très confus pour la majorité des candidats. « Seulement, une minorité arrive, avec une petite idée, observe Françoise Petit, consultante en bilan de compétences pour Demos. Ces candidats-là ont un projet de reconversion professionnelle. Ils attendent du bilan de compétence qu’il valide ou pas leur projet. Les autres, la majorité, sont moins avancés dans leur réflexion. Ils se posent des questions sur la suite de leur carrière. Ils attendent du bilan de compétences que ce dernier leur montre les perspectives s’ouvrant à eux ».

 

Les différentes étapes

Plusieurs étapes sont à franchir pour, qu’au bout, le candidat y voit plus clair. Tout d’abord, il revient sur son parcours professionnel passé. Quelles compétences a-t-il développé ? Quelles aptitudes ? Quelles sont les ressources dont il dispose ? Ensuite, il s’interroge sur ses motivations présentes. Qu’a-t-il envie de faire ? Quelles sont ses zones de confort et d’inconfort ? Quels sont les éléments dans mon travail qui lui apportent le plus de satisfaction et d’insatisfaction ? Enfin, il construit son avenir. Quelles sont, sur le marché du travail, les perspectives qui s’ouvrent à lui compte tenu de mes compétences et envies ?

L’ordre de ces étapes peut toutefois varier. Dans leur ouvrage, Le bilan de compétences, paru aux éditions Eyrolles, Cécile Debray et Sarah Famery conseillent ainsi aux salariés ayant dès le départ une idée de projet de commencer leur bilan de compétences, de s’interroger sur leurs « motivations et de valider cette envie ». Ceci réalisé, il faut ensuite voir si le salarié dispose des ressources suffisantes pour réaliser son vœu. A l’inverse, si le candidat n’a pas d’idée et se sert du bilan de compétences pour « connaître ses atouts professionnels et ses axes possibles d’évolution », alors les deux auteurs préconisent de « commencer par l’analyse des compétences, puis d’explorer les caractéristiques de sa personnalité et enfin d’interroger ses motivations ».

 

 

 

 

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Le télétravail en France, c’est pour demain ?

Etre recruté avec un handicap, conseils

Etre recruté avec un handicap, conseils

Nos conseils pour conjuguer handicap et évolution professionnelle

Nos conseils pour conjuguer handicap et évolution professionnelle

« Les hommes ont intérêt à travailler pour un employeur favorisant le travail des femmes »

« Les hommes ont intérêt à travailler pour un employeur favorisant le travail des femmes »

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

6540 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X