emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Comment influencer un patron réputé inflexible ?

 | par Rédaction L'Usine Nouvelle

Comment influencer un patron réputé inflexible ?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Pour Paul-Emile Taillandier, dirigeant du cabinet Taillandier Conseil, un patron imperturbable a des avantages : « Dans un environnement qui bouge et une conjoncture qui n'est pas au rendez-vous, son attitude peut être de nature à rassurer et à rasséréner l'équipe. A la condition qu'elle estime que cet objectif peut être atteint. »
Mais il doit se fixer des limites : « Il doit être perméable aux idées et aux remarques de son entourage. Car lorsque l'on est à la tête d'une entreprise, on ne voit pas tout. Si l'on n'est pas attentif aux remarques ou aux critiques de ses troupes, on risque d'aller droit dans le mur. »
Etre inflexible sur ses valeurs est aussi une qualité : « On peut être imperturbable tout en respectant la dignité de l'autre. C'est une attitude difficile à tenir dans cette époque de court terme où le respect des valeurs humaines n'est que rarement au coeur des problèmes, mais c'est la bonne. »
Car cela évite d'humilier les autres : « Certains patrons sont inflexibles au point de déstabiliser leurs collaborateurs, voire de les tyranniser. Ils les traitent en petits garçons et finissent par les transformer en une armée de béni-oui-oui. »

Conclusion

« Un patron doit être imperturbable sur l'objectif à atteindre, si ce dernier est raisonnable et s'il est limité dans le temps, reprend Paul-Emile Taillandier. Mais il doit être perméable aux idées de son environnement. Car être à géométrie variable peut sauver, en particularité dans les métiers où la créativité est importante. Sans devenir une girouette, c'est-à-dire quelqu'un qui n'a pas d'idée et se contente d'aller là où va le vent. La même logique prévaut sur le plan humain : le patron doit assumer parfois des décisions difficiles et être imperturbable sur scène tout en laissant la place à l'humanité en coulisses. »

Comment ça se passe chez Balaton

"Non, non, non ! Ma décision est prise ! Il est hors de question de revenir en arrière... Nous restons sur le schéma qui a été défini...
- Mais, quand même...
- Ça suffit, Lambert ! Vous m'avez exposé vos arguments, je les ai écoutés... Maintenant, je maintiens ma décision...
- Bien... »
Livide, Sylvain Lambert, le directeur commercial de Balaton, se leva et quitta le bureau de Paul Duchêne, le directeur général, en lâchant d'une voix blanche : « A plus tard... »
Redescendu à l'étage inférieur, il n'avait pas pénétré sur le plateau des commerciaux qu'Arnaud Du Lac lui demandait :
« Alors ?
- Alors, rien... Il est inflexible... Pour lui, c'est la bonne solution... Et il n'en démord pas...
- Mais, vous lui avez expliqué que créer un pôle commercial spécifique aux PMI, c'était nous couper d'une bonne part de la clientèle ? »
Sylvain Lambert soupira :
« Bien sûr que je lui en ai parlé... Mais, rien n'y fait... Il estime qu'il est le seul à avoir tous les éléments pour prendre la bonne décision...
- Oui, enfin, pour la prendre, cette décision, il a quand même consulté des gens à l'extérieur... »
Lambert n'eut pas le temps de répondre à Du Lac. Jean-Claude Weber, le directeur marketing, avait fait son apparition et se jetait sur Lambert :
« Je viens d'apprendre que tu sortais du bureau de Duchêne... Alors ? Tu as eu des nouvelles ?
- Pas très bonnes malheureusement...
- Ça veut dire quoi ?
- Qu'il ne veut pas revenir en arrière... Evidemment... », répondit Lambert en haussant les épaules.
« Alors, je vais vraiment perdre une personne de mon service... Sans pouvoir rien dire... Alors que, franchement, je suis persuadé que la définition de la nouvelle offre PMI ne nécessite pas une personne à temps complet... Je suis prêt à faire plancher quelqu'un de mon équipe là-dessus, mais en parallèle d'autres trucs... Non, vraiment, c'est pas possible ! Il faut qu'on en reparle à Duchêne lors de notre prochain comité de direction...
- Tu perds ton temps...
- Peut-être, mais au moins, on pourra dire qu'on a tout essayé pour le faire changer d'avis ! »

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5367 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X