emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Comment manager de manière efficace, selon le Financial Times

Comment manager de manière efficace, selon le Financial Times
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Comment optimiser sa pratique de management ? Le Financial Times propose un guide rassemblant 60 modèles de management sur lesquels s’appuyer. Emploi-Pro revient sur 3 d’entre eux.

 

A gérer les crises, les défis et les équipes, les managers n’ont pas toujours le temps de relever la tête du guidon. Pourtant, il est essentiel de prendre le temps du recul et de s’appuyer sur des modèles de management, « outils indispensables à la gestion d’entreprise ». Le Guide du Financial Times. 60 modèles de management rassemble, comme son nom l’indique, 60 de ces outils les plus efficaces et utilisés. Nous en avons sélectionné trois.

 

L’entreprise a créé une rupture

La stratégie Océan bleu fait partie de la famille des modèles stratégiques. Cette famille s’intéresse aux façons d’être meilleurs que ses concurrents. Ici, avec la stratégie de l’Océan bleu, il ne s’agit pas de vaincre un concurrent sur son territoire. Non. Il faut conquérir de nouvelles terres. Les ‘Océans bleus’ « sont des marchés non contestés dans lesquels on satisfait de nouvelles demandes de clients » définit l’ouvrage. Ils s’opposent aux « Océans rouges, champs de bataille où les concurrents s’affrontent en s’affaiblissant mutuellement ». Par exemple, Nespresso a utilisé cette stratégie. L’entreprise a créé une rupture avec ce qui existait déjà, en créant des machines et des capsules venant concurrencer les tireuses des bars. Elle n’a pas souhaité faire mieux que ses concurrents. Elle a développé une offre qui ouvre un nouvel espace commercial.

 

Renverser les obstacles

Les 8 étapes du changement selon Kotter, est une feuille de route à suivre à la lettre pour diriger le changement dans une entreprise. Autrement dit 8 étapes pour aider à définir l’avenir, à aligner le personnel sur cette vision et à la motiver pour qu’il l’accompagne. Kotter a fondé son modèle en s’appuyant sur l’étude de plus d’une centaine d’entreprises engagées dans un processus de changement. Et il a constaté que plusieurs erreurs étaient fréquemment commises : s’autoriser trop d’auto-satisfaction, ne pas parvenir à créer une coalition substantielle, sous-estimer la nécessité d’une vision claire, échouer à communiquer nettement sa vision, tolérer les blocages, ne pas parvenir à créer des victoires rapides, crier victoire trop tôt et omettre d’ancrer les changements dans la culture de l’entreprise. C’est pour cela qu’il propose 8 étapes à suivre scrupuleusement. En premier lieu, il faut instaurer un sentiment d’urgence, puis constituer une coalition, développer une vision claire et partager la vision. Ensuite, il faut donner les moyens de renverser les obstacles en modifiant les structures et systèmes qui s’opposent aux changements et encourager la prise de risque et les idées et actions non traditionnelles. Il faut s’assurer des victoires rapides, notamment en ménageant des améliorations visibles des performances. Enfin, il faut consolider et continuer à avancer et ancrer.

 

Détecter les causes de ce problème

L’analyse de Pareto vise, enfin, à détecter les causes premières d’un problème. Dans une industrie agroalimentaire par exemple, le problème est celui-ci : la taille des biscuits ne correspond pas à l’emballage. Une équipe composé de cadres, de clients et de salariés se réunit et vont élaborer une sorte de schéma en forme d’arête de poisson qui permettra de détecter les causes de ce problème. Il y a donc au milieu du tableau une flèche horizontale qui mène au problème. Une première diagonale, sorte de 1e arête du poisson, va s’ajouter sur le côté supérieur gauche. Elle reprend les causes lié à l’emballage : le modèle est trop petit, la taille de l’emballage varie. En dessous une autre arête, celle reprenant les causes liées à la recette du biscuit : complexité de la recette, un biscuit qui grossit fortement selon cuisson. On avance dans la colonne vertébrale du poisson, et sur le dessus plus à droite, on ajoute une 3e arête reprenant les causes liées aux erreurs humaines : mauvais réglage de la machine, mauvais levain, double couche du glaçage. Ainsi de suite… Une fois les causes bien identifiées, il faut se pencher sur les solutions et les mettre en œuvre.

Lucile Chevalier

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

1 Français sur 2 souhaite avoir recours au télétravail complet

1 Français sur 2 souhaite avoir recours au télétravail complet

Conflits au travail, cinq cas à résoudre

Conflits au travail, cinq cas à résoudre

3 bonnes pratiques pour un déconfinement progressif

3 bonnes pratiques pour un déconfinement progressif

4 recommandations pour mieux manager à distance

4 recommandations pour mieux manager à distance

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

4921 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X