emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Comment négocier son départ ?

 | par Rédaction L'Usine Nouvelle

Comment négocier son départ ?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Pour François Dollé, le P-DG du cabinet Dollé Consultants, ces pratiques (voir ci-dessous) sont très fréquentes dans les entreprises : « On sait qu'il est délicat de quitter un emploi pour en trouver un autre, il y a un risque. Or, nous sommes dans une société où chacun essaie de minimiser les risques. Je comprends mais on en fait porter le coût à tout le corps social. »
L'entreprise joue le jeu : « Elle y trouve un avantage quand elle a envie de se séparer d'un collaborateur car cela règle un conflit potentiel. Mais aussi dans d'autres cas lorsque le manager préfère utiliser ce biais plutôt que de régler le problème managérial soulevé par le collaborateur. »
Au contraire, le manager devrait voir dans cette démarche une opportunité : « Il doit répondre au collaborateur qu'il n'a pas de motif pour le licencier. Et lui demander de lui expliquer pourquoi il souhaite partir, lui répondre en reconnaissant éventuellement des erreurs et, ensuite, le laisser prendre sa décision. »
Cela ouvre la communication sur ce qui fait défaut : « Dans cette discussion, le collaborateur se confronte à son désir d'aller ailleurs. Et le manager se confronte à ses limites et à ses défauts. Des deux côtés, la relation est régulée. »

Conclusion

« En venant négocier son départ, le collaborateur envoie un message : " Je ne suis pas bien", reprend François Dollé. En parler n'est pas toujours facile. Mais, pour le manager, le temps qu'il y consacre est majeur. Ensuite, soit la personne reste et le fait dans de bonnes conditions. Soit elle part, là encore dans de bonnes conditions. Dans les deux cas, on n'est plus dans les " petits arrangements ", mais dans une relation qui a du sens. »

Comment ça se passe chez Balaton

Lundi matin, plateau des commerciaux
« Salut, Arnaud ! Tu vas bien ? »
Arnaud Du Lac, seul sur le plateau des commerciaux en ce lundi matin, leva les yeux. Il se trouva face à Joëlle, l'une des informaticiennes.
« Oui, très bien. Et toi ?
- Bien. Mais dis-moi, tu aurais le temps d'aller prendre un café au bistrot à côté ? »
Un peu étonné car Joëlle et lui étaient loin d'être proches, Arnaud Du Lac acquiesça :
« Je prends ma veste et on y va... »
Une fois installé face à un expresso, Du Lac ne put réfréner sa curiosité :
« Alors ? Que se passe-t-il de si grave ? »
Joëlle haussa les épaules :
« Rien de grave, je voudrais juste avoir ton avis sur un truc... »
Elle inspira bruyamment, puis se lança :
« Voilà, j'aimerais quitter Balaton pour lancer une activité en free-lance... Je n'en peux plus d'être ici... D'être à la merci des uns et des autres... Je me fais bousculer à longueur de journée parce qu'on n'intervient jamais assez rapidement... Si j'étais à mon compte, au moins, je pourrais choisir mes clients...
- Ça me paraît une bonne idée... Tu as l'intention de te lancer quand ?
- Le problème, c'est que je ne peux pas partir comme ça... Démissionner, c'est trop risqué... Imagine que ça ne marche pas... Je n'aurai même pas droit aux allocations chômage...
- Et alors ? Tu comptes faire comment ?
- C'est là-dessus que je voudrais ton avis... Je me dis qu'il y a peut-être moyen de négocier... Tu sais : faire un licenciement et derrière une transaction... Comme ça, je serai couverte si je me plante... Tu crois que c'est jouable ? »
Arnaud Du Lac fit une grimace :
« Franchement, je ne sais pas... Je ne vois pas pourquoi ils te feraient une fleur... La tendance en ce moment, c'est plutôt : " Tu veux partir, alors assume ! "
- Ouais, enfin, il y a quand même eu le cas de ce type à la logistique... J'ai entendu dire qu'il n'était pas parti sans rien...
- C'était un peu différent : tout le monde avait très envie qu'il parte... Écoute, le mieux, c'est que tu tâtes le terrain auprès de ta chef...
- Oui, mais si je fais ça, je ne pourrais plus revenir en arrière... Il faudra que je parte, même sans roue de secours... »

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

7894 offres d’emploi en ligne

Fermer X