emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Comment réagir face à un ingrat ?

 | par Rédaction L'Usine Nouvelle

  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Pour Jacques Finetti, directeur du bureau lyonnais de MRI Worldwide, l'attitude de Xavier Fournier (voir ci-dessous) est compréhensible : « Lorsque l'on se sent redevable à l'égard de quelqu'un et que l'on ne peut pas rendre le service, il y a deux attitudes possibles : soit l'on est ingrat et on s'en fiche, soit on est gêné et l'on prend ses distances. »
Et le collègue qui a rendu service doit mesurer les conséquences de son geste : « Il doit s'interroger sur la situation dans laquelle il a mis l'autre. Et ne pas attendre un retour. La distance prise par l'autre peut être liée au fait qu'on lui a trop montré qu'il nous était redevable. »
S'il s'agit d'un manager qui aide l'un de ses collaborateurs, la situation est légèrement différente : « En facilitant la résolution du problème, il permet à la personne d'être mieux dans son poste. C'est à l'aune des résultats obtenus, positifs pour l'entreprise, qu'il doit analyser son intervention, plus qu'à celle de la gratitude. »
Mais il doit se fixer des limites : « Le manager ne doit pas intervenir directement pour régler des problèmes personnels. Certains ne regardent pas l'entreprise. Il peut, en revanche, faciliter leur résolution en accordant des congés par exemple. »

Conclusion

« Dans les deux cas, celui qui a rendu service doit savoir faire preuve de grandeur d'âme et s'effacer, reprend Jacques Finetti. Car, dans l'entreprise, chacun joue sa carrière et rendre un service n'a pas le même sens que dans la vie privée. Pour comprendre ce qui peut amener quelqu'un à qui l'on a rendu service à prendre ses distances, il faut d'abord se demander pourquoi on l'a aidé : s'agissait-il d'altruisme, d'une envie d'établir des relations privilégiées ou d'une attente de retour ? »

Comment ça se passe chez Balaton

Xavier, tu as le temps de déjeuner à midi ?
- Non... J'ai déjà prévu quelque chose... »
Xavier Fournier quitta le plateau des commerciaux sans ajouter un mot. Arnaud Du Lac resta planté là, l'air désemparé. Le voyant comme ça, Stéphane Bertier s'approcha :
« Ça va ?
- Oui, oui....
- Ça n'a pas l'air...
- Ben, j'avoue que j'ai un peu de mal à comprendre l'attitude de Fournier... Depuis quelque temps, j'ai l'impression qu'il m'évite... Impossible de déjeuner avec lui... Ni même de prendre un café... C'est devenu une vraie anguille...
- Vous étiez pourtant bien copain tous les deux...
- Plus que ça même ! On peut dire que ces derniers temps, je lui ai filé des sacrés coups de main... Et voilà comment il me remercie !
- Qu'est-ce que tu veux dire par là ?
- Ben, tu sais, Xavier, il a traversé une sale passe récemment.... Il y a d'abord eu le coup de son transfert raté aux achats...Tu sais, au mois de mai... Quand Duchêne a changé d'avis au dernier moment... Du coup, Xavier s'est retrouvé coincé ici... Et complètement démotivé... Là-dessus, sa copine a commencé à se plaindre parce qu'il rentrait tard tous les soirs... Qu'il était en déplacement plusieurs fois par semaine.... Bref, ça n'allait vraiment pas bien dans son couple... »
Bertier avait du mal à cacher sa surprise :
« Ah, bon... Mais je ne savais pas tout ça...
- Bah, il n'y avait pas de raison d'en parler à la terre entière... Bref, j'ai essayé de l'aider... Plusieurs fois, on est allé boire un coup ensemble après le travail... Au boulot, je l'ai pris avec moi sur des gros contrats... Histoire qu'il ait des choses un peu excitantes à faire.... Et, tout ça pour que, depuis notre retour de vacances, il ne m'adresse quasiment plus la parole... Vraiment, je ne comprends pas....
- Ah, tu sais, les gens sont comme ça... On les voit beaucoup quand ils ont besoin de vous.. Et puis le jour où tout va bien pour eux, ils disparaissent... Le monde est fait d'ingrats... »
Arnaud Du Lac soupira :
« Epargne-moi ta philosophie de comptoir... Mais, c'est vrai que je suis déçu... Je ne pensais pas que Xavier était comme ça... »

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8723 offres d’emploi en ligne

Fermer X