emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Comment remettre un collègue à sa place, sans le froisser ?

 | par Rédaction L'Usine Nouvelle

Comment remettre un collègue à sa place, sans le froisser ?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Pour Pierre Lemahieu, P-DG du cabinet Pierre Lemahieu Conseil, Bertier est au minimum maladroit et naïf (voir ci-dessous) : " Il pense que son ancienneté et le fait qu'il connaisse le directeur lui donnent des prérogatives. Il est toujours prêt à rendre service, sans s'apercevoir que son absence de jugement aggrave la situation. " Lambert doit couper l'élan de Bertier à la racine : " Il ne doit surtout pas lui donner l'impression qu'il a peut-être eu une bonne idée, sur laquelle il convient de réfléchir. Ce serait de la démagogie et préjudiciable à l'entreprise. Il ne fait qu'accroître le malaise sans régler le problème."Et il s'éloigne de ses réalités : " Il est concerné par cette affaire, mais d'un simple point de vue technique. Or, il délaisse sa mission et essaie d'échapper à la réalité qui est la sienne, en intercédant pour son chef. Il en espère de la reconnaissance. "

Lambert doit le recadrer : " En lui demandant de faire son boulot, au niveau qui est le sien. Et de lui fournir un bilan et des éléments objectifs qui lui permettront d'argumenter avec le directeur marketing. Et rien d'autre. Si Lambert est un peu lâche et n'ose pas dire cela de manière autoritaire, il peut présenter la chose ainsi : "J'ai besoin de votre aide. Fournissez-moi des propositions concrètes ". "

Conclusion

 

" Bertier n'en est pas à son coup d'essai. Il se voit comme le sauveur de 1 000 situations car ni Lambert, ni d'autres avant lui n'ont eu le courage de lui dire son fait, reprend Pierre Lemahieu. Ce genre de personnes pensent que leur entreprise ou leur service marche bien grâce à elles. Il faut les remettre face à leurs réalités en stigmatisant leur comportement. Sans leur interdire d'avoir des idées, mais en leur montrant que ce ne sont que des suggestions et pas forcément la solution. "

Comment ça se passe chez Balaton
 

"Ah, c'est pas possible d'être aussi têtu ! "

Etonné par l'exclamation de Sylvain Lambert, son chef, Stéphane Bertier leva les yeux de son écran :

" Vous me parlez ?

- Oh, excusez-moi, Bertier... Non, non, je ne parlais pas de vous... Mais de Jean-Claude Weber, le directeur marketing... C'est une vraie bourrique... "

Stéphane Bertier, qui ne comprenait rien à la colère de Lambert, l'interrompit :

" Vous m'expliquez ?

- Oui, bien sûr... Vous êtes bien placé pour savoir que, sur la nouvelle gamme, il y a des problèmes... Les clients se plaignent... J'ai donc demandé des petits ajustements... Pas très compliqués... Mais Weber refuse...

- Pourquoi ?

- Tout simplement parce qu'il a axé toute la pub des prochains mois sur cette gamme ! Et qu'il faudrait tout refaire si on change certaines caractéristiques des produits... Et ça, ça l'ennuie beaucoup, Monsieur Weber ! "

Bertier réfléchit quelques secondes, puis il lança :

" J'ai peut-être une solution pour régler ça...

- Ah, bon, laquelle ?

- Vous savez que, comme cela fait des années que je travaille pour Balaton, je commence à connaître assez bien Paul Duchêne, notre directeur général... Il prend toujours cinq minutes pour discuter avec moi lorsque je le croise dans les couloirs... Des discussions très informelles... Mais si vous voulez, je peux lui glisser un mot la prochaine fois que je le vois...

- Euh, vous croyez ? "

Bertier prit un air assuré :

" Oui, oui... Je lui dirai que je ne comprends pas le comportement de Weber... Sans insister... Et que, pour la bonne marche de Balaton, il devrait intervenir pour lui faire entendre raison... "

Lambert hésitait :

" Je ne sais pas...

- C'est pourtant la solution... D'après ce que j'ai compris, Weber ne veut pas en discuter avec vous...Une intervention du patron, en revanche, ça pourrait le convaincre... "

Lambert, un peu déstabilisé, se contenta de lui répondre :

" C'est une idée... Je vais y réfléchir... "

Il s'éloigna en se demandant comment se tirer de ce mauvais pas. Si Bertier et Duchêne intervenaient dans cette histoire, ce serait, à coup sûr, la guerre ouverte avec Weber !

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5487 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X