emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Comment valoriser une formation continue ?

 | par Rédaction L'Usine Nouvelle

Comment valoriser une formation continue ?
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Drouot-L'Hermine, directeur associé du cabinet Humblot-Grant Alexander, ce cadre (voir ci-dessous) attend un retour sur investissement : « Parce qu'il a obtenu son diplôme et qu'il a fait des efforts pour cela, il veut le valoriser. En termes de salaire et de responsabilités. »
C'est une erreur : « Il n'a plus le discernement pour une analyse objective de sa valeur sur le marché du travail. Or, l'employeur, même s'il a accepté la formation, n'est pas forcément prêt à faire évoluer son salarié. Et un recruteur extérieur achète une expérience, il cherche quelqu'un qui a déjà tenu le même emploi. »
Il faut faire preuve de patience : « Il ne faut pas vouloir changer de poste juste parce qu'on a un diplôme, mais se donner, par exemple, deux ans pour montrer ce que l'on vaut, en utilisant ce que l'on a appris. Ensuite, si aucune évolution n'est possible dans l'entreprise, il faut aller voir ailleurs. »
La démarche est plus facile dans deux cas : « Lorsque c'est l'employeur qui décide de reconvertir des salariés pour qu'ils occupent des postes conformes à ses besoins. Ou lorsque le salarié décide de changer radicalement de vie. Il est alors prêt à repartir de zéro. »

Conclusion

« La formation continue est une très bonne chose, reprend Jean-François Drouot-L'Hermine. Mais cela peut aigrir les gens car ils se sont battus pour avoir leur diplôme et ont envie que cela paye. Or, cette formation est un investissement de moyen terme, pas de court terme : elle va servir dans cinq ou dix ans, ce qui peut être frustrant. Et cette frustration sera d'autant plus forte que, durant le cursus, il y a eu une euphorie et que tous les participants se sont convaincus qu'ils allaient changer de dimension. »


Comment ça se passe chez Balaton

Lundi matin, à la machine à café
« Salut, Arnaud ! Alors comment vas-tu ? »
Arnaud Du Lac, l'un des commerciaux de Balaton, se retourna brusquement. Il n'avait pas reconnu la voix qui venait de l'interpeller devant la machine à café. Il se retrouva face à Vincent Dupuis, l'un de ses anciens collègues, parti depuis six mois en un congé individuel de formation.
« Vincent ! Incroyable ! Ça y est ! Tu as fini tes études ?
- Oui, ça y est, j'ai mon diplôme de chef... »
Voyant que Dupuis se rengorgeait, Arnaud Du Lac ne put s'empêcher de lui lancer une petite vacherie :
« Et, qu'est-ce que tu fais là ? J'étais persuadé qu'après les vacances, on ne te reverrait pas... Que tu serais en train de faire le cador dans une autre boîte... »
Vincent Dupuis soupira :
« Moi aussi, figure-toi... Mais, pour l'instant, ça n'a pas marché... J'ai passé une série d'entretiens au mois de juillet... Mais pas de réponse positive pour l'instant...
- Ah, bon ?
- Non, les recruteurs disent que je n'ai pas assez d'expérience... Tu te rends compte ! Ça fait plus de dix ans que je bosse... Ou alors, ils me proposent le même salaire que celui que j'avais avant...
- Tu devrais peut-être accepter... Le temps de te faire la main... Et après tu négocieras plus...
- Pas question ! Je n'ai pas trimé pendant six mois pour rien... J'ai sacrifié des soirées, des week-ends... Tu sais, ce n'est pas évident de reprendre des études à notre âge... Et puis, sans me vanter, c'est vraiment une excellente formation... Avec ce diplôme, on est sûr de trouver un bon boulot... D'ailleurs, certaines personnes qui étaient avec moi ont déjà dégoté un truc...
- Bah, écoute... De toute façon, pour l'instant, tu n'es pas à la rue... Tu as retrouvé ton job ici... Peut-être même que tu pourrais avoir une promotion d'ici à quelques mois... »
Dupuis fit une grimace :
« Je ne pense pas... J'ai essayé d'en glisser deux mots à Lambert et à Duchêne lorsque je les ai vus hier... Et ils m'ont bien fait comprendre que, déjà je pouvais m'estimer heureux d'avoir fait cette formation, que ça avait compliqué l'organisation... Et qu'il valait mieux que je n'en demande pas trop... »

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8904 offres d’emploi en ligne

Fermer X