emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Coronavirus : Macron demande un geste fort aux banques

 | par Nathalie Perrier

Coronavirus : Macron demande un geste fort aux banques
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Lors de son allocution télévisée, Emmanuel Macron a demandé aux banques d’accentuer leurs efforts pour soutenir les entreprises en difficulté en cette période d'épidémie de coronavirus.

Depuis le début de l'épidémie de coronavirus, le secteur financier est en première ligne pour tenter de limiter les effets de la crise économique liée à l’épidémie de coronavirus. Mais Emmanuel Macron souhaite qu’elles en fassent plus encore.
 
Le président de la République l’a clairement indiqué lors de son allocution télévisée le 13 avril : « Je souhaite que les banques puissent décaler toutes les échéances beaucoup plus massivement qu'elles ne l'ont fait et les assurances doivent être au rendez-vous de cette mobilisation économique. J'y serai attentif. » 
 

Un moratoire de six mois

 
Dès la mi-mars, à la veille des annonces de confinement, les établissements ont mis en place un moratoire de six mois pour les remboursements de crédits aux entreprises, sans frais et sans intérêts. Problème : de tels reports, de manière massive, nécessite des moyens informatiques puissants que toutes les banques n'ont pas.
 
Les mutualistes ainsi que les mentors de la profession semblent mieux équipées, c'est plus difficile pour les "petites" banques. Le Crédit Mutuel Alliance Fédérale aurait reporté automatiquement quelque 300.000 échéances de prêts. Crédit Agricole a de son côté annoncé la mise en service de deux « robots » dédiés.
 

22 milliards d'euros de prêts garantis

 
Les banques sont également en première ligne en ce qui concerne les prêts garantis par l’Etat (PGE). Ce dispositif permet aux entreprises d'obtenir des sommes allant jusqu'à 25 % de leur chiffre d'affaires annuel. A ce jour, 150.000 entreprises ont obtenu un accord de financement de ce type, pour un montant total de 22 milliards d'euros. Le seuil des 100 milliards devrait être rapidement dépassé.
 
Le dispositif n'en reste pas moins complexe et tous les dossiers ne sont pas acceptés. Si les propos du président de la République sont donc de nature à rassurer les entreprises, beaucoup de dirigeants continuent de s'inquiéter de la latitude laissée aux banques pour accorder ou non le prêt garanti, notamment aux entreprises en difficulté. 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

NGE vise toujours 10 000 recrutements d’ici 2024

NGE vise toujours 10 000 recrutements d’ici 2024

Déconfinement : quel avenir pour le business digital ?

Déconfinement : quel avenir pour le business digital ?

Télétravail : l'indispensable argument pour convaincre les candidats ?

Télétravail : l'indispensable argument pour convaincre les candidats ?

L'avenir est-il dans le télétravail ?

L'avenir est-il dans le télétravail ?

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

518 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X