emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Covid-19 : au pays de la gastronomie, qui sauvera le secteur de la restauration ?

Covid-19 : au pays de la gastronomie, qui sauvera le secteur de la restauration ?
Le secteur de la restauration est l'un des plus touchés par la crise
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Voici l'avis d'Olivier Gergaud, Professeur et directeur du centre d’excellence Food, Wine and Hospitality, Kedge. Entre 25% et 40% des restaurants risqueraient de faire faillite des suites de la crise sanitaire du coronavirus. La situation financière du secteur de la restauration traditionnelle est clairement inquiétante. Olivier Gergaud alerte sur l’insuffisance des aides allouées par l’État et appelle à l’engagement des assureurs et des consommateurs pour sauver la gastronomie, pilier du patrimoine français et de l’offre touristique nationale

Sur un échantillon de 14 667 établissements de type restauration traditionnelle (soit près de 15 % de l’ensemble de la population étudiée) extrait de la base Diane-Bureau van Dijk, 51 % seraient dans la zone rouge si l’on s’en tient au ratio d’endettement (endettement net/capitaux propres). Ce résultat doit toutefois être relativisé car, comme le confirme Éric Pichet, professeur à Kedge et spécialiste d’analyse financière, ce secteur reste faiblement capitalisé. En effet, ce sont les charges de personnel qui constituent la majeure partie des coûts d’un restaurant.
 

Fragilité financière

Si l’on se réfère à un autre ratio populaire, celui de solvabilité (montant des ressources propres/total du bilan) on constate que bien un tiers de restaurants est en situation de grande fragilité financière (ratio en deçà des 20 % recommandés pour une saine gestion de l’établissement). Les craintes des instances professionnelles apparaissent donc tout à fait fondées.
Cette situation n’est pas surprenante quand on sait que le secteur a déjà été durement touché par la crise des « gilets jaunes » et plus récemment par les mouvements sociaux de décembre 2019 liés à la réforme des retraites.
 

Des aides insuffisantes

 
L’État, par l'intermédiaire de son ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a promis une annulation de 750 millions d’euros de charges fiscales le 15 avril dernier. Cette mesure concerne à la fois le secteur de l'hôtellerie, de la restauration, des arts, spectacles et activités récréatives.
Selon nos calculs, ce montant correspondrait au mieux à un mois d’exonération de contributions. La suspension d’activité ayant déjà dépassée un mois et la réouverture des restaurants étant vraisemblablement prévue au-delà du 11 mai, cette somme est insuffisante. Par ailleurs, on parle de réouvertures avec aménagements ; ce qui signifierait une réduction du nombre de couverts dans de nombreux établissements et par conséquent une perte significative de chiffre d’affaires. De surcroit, pendant un temps encore incertain, la clientèle étrangère risque de manquer cruellement aux établissements les plus prestigieux, dont la rentabilité de certains dépend pour une partie non négligeable des recettes de leur hôtel, aujourd’hui nulles.
 

Comment aller plus loin ?

 
Plusieurs acteurs économiques sont aujourd'hui en mesure de compléter l'aide de l'État.
Le secteur des assurances est sollicité pour venir en aide aux entreprises en difficulté, même si ces dernières ne sont pas au plan contractuel couvertes pour ces risques de nature sanitaire. Le secteur n’est pas obligé d’agir mais sa réputation pourrait pâtir d’une fin de non-recevoir. En effet, les sociétés d’assurance n’ont pour le moment pas à se plaindre de la situation actuelle qui génère bien moins de sinistres. La Mutuelle d'Assurance des Instituteurs de France (MAIF) a, par exemple, décidé récemment de reverser 100 millions à ses sociétaires détenteurs d’un contrat automobile en leur proposant de simplement percevoir cette somme ou de l’offrir à trois associations qui œuvrent particulièrement pendant la pandémie (l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris, l’Institut Pasteur, le Secours Populaire). La redistribution de ces surplus accumulés par l’ensemble des sociétés d’assurance pourrait donc être redirigée vers des entreprises des secteurs les plus touchés, sous forme, par exemple, de baisses voire d'exonérations de paiement.
 

Que faire?

 
Les consommateurs eux aussi se mobilisent pour générer de la trésorerie en faveur de leurs établissements favoris via des sites comme Sauve ton resto, ou encore J’aime mon bistro. Ces sites permettent de passer des pré-commandes solidaires dès maintenant auprès de restaurants fermés en vue du déconfinement. Les partenaires fondateurs de J'aime mon bistrot participent aussi à l’effort de solidarité en créditant 50 % additionnels sur les 20 000 premières commandes.
L’État pourrait rapidement généraliser ce genre de cagnottes (pas seulement pour ce secteur d'ailleurs) et abonder ainsi en fonction des préférences des consommateurs. Une participation à cet élan populaire de type mécénat apparaît nécessaire dans la mesure où les sommes dépensées aujourd’hui sous forme de commandes anticipées ne le seront vraisemblablement pas plus tard.
 

Bientôt un fonds d’investissement dédié ?

 
Le plan de relance annoncé par l’exécutif le 24 avril dernier semble aller dans cette direction. À court terme, le fonds de solidarité créé au début de la crise sera renforcé et son accès élargi à des entreprises de taille plus importante (20 salariés).
 
Les mesures de chômage partiel seront également prolongées au-delà du 11 mai pour les entreprises qui ne pourront redémarrer à cette date.
 
Pour compléter le dispositif, un fonds d’investissement (avec l’aide des banques et des sociétés d’assurance) est envisagé. Ses contours, qui porteront notamment sur l’orientation des fonds, devraient être annoncés le 14 mai prochain. Il serait à ce sujet judicieux que le besoin de soutien différencié des artisans du fait maison entre dans l’équation. Leurs problématiques restent en effet bien spécifiques par rapport aux établissements recourant massivement aux produits de l’industrie agroalimentaire !
 
 
A propos d’Olivier Gergaud :
 
Olivier Gergaud est professeur d’économie à KEDGE et chercheur affilié au LIEPP de Sciences Po. Il a obtenu un doctorat de l’Université de Reims en 2000 pour une thèse récompensée par l’Association française de science économique (AFSE). Olivier est également titulaire d’une habilitation à diriger des recherches obtenues à Sciences Po en 2009. Les travaux d’Olivier concernent de nombreux domaines de l’économie appliquée (culture, vin, restaurants, sport, environnement, vote, etc.) mais aussi le marketing et la RSE. . Il est également membre du comité de rédaction du Journal of Wine Economics et du Journal of Prediction Markets. 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Automobile : des formations adaptées aux véhicules de demain

Automobile : des formations adaptées aux véhicules de demain

« Avec la franchise, je me suis révélée »

« Avec la franchise, je me suis révélée »

L’ingénieur en réalité virtuelle et/ou réalité augmentée : c’est quoi ce métier ?

L’ingénieur en réalité virtuelle et/ou réalité augmentée : c’est quoi ce métier ?

Ingénieur en cobotique : c’est quoi ce métier ?

Ingénieur en cobotique : c’est quoi ce métier ?

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

332 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

ECONOMAT DES ARMEES Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X