emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Dans la jungle des formations logistiques

 | par Patrick Capelli

Dans la jungle des formations logistiques
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Lors d'un colloque organisé par l'AFT-IFTIM, enseignants et professionnels se sont penchés sur l'enseignement supérieur en transport et logistique. Conclusion : difficile de trouver la formation adéquate au sein d'une offre vaste et peu claire.

Pas facile de s'y retrouver en matière de formation logistique. D'après Maurice Bernadet, secrétaire général de l'AFITL, « l'offre est abondante mais dispersée et les intitulés des programmes pas forcément pertinents » . Cet enseignant spécialiste du transport a réalisé un recensement « aussi exhaustif que possible » des formations logistiques classées selon le niveau de sortie, l'intitulé du diplôme et la région afin de les mettre en ligne sur le site de l'AFT-Iftim.
 

Premier écueil : quels critères de sélection retenir ? Certaines formations utilisent le terme « logistique », mais délivre en réalité des enseignements portant sur le commerce international, les achats ou encore la grande distribution.
 

Deuxième problème : la mauvaise qualité de l'information donnée par les établissements sur leur cursus. Sites Web absents ou confus, informations périmées, présentation « publicitaire » des formations : le travail de clarification à accomplir est conséquent.
Néanmoins, Maurice Bernadet a pu établir un recensement quasi complet des formations logistiques disponibles en France. Parmi ces 345 cursus, 133 concernent des bac + 2, 69 des bac + 3, 35 des bac + 4, 87 des bac + 5 et 21 des bac + 6. La moyenne des groupes est de trente étudiants, sauf en IUT où ce chiffre peut atteindre la centaine.
La plupart des formations à bac + 2 sont des BTS et des DUT plutôt orientés transport, avec seulement une dizaine de cours à dominante logistique. Les formations bac + 3 sont principalement des licences professionnelles et des diplômes homologués par le Ministère du Travail. Les cours orientés logistique représentent 55 % des formations bac + 3. Les formations bac + 4 sont les moins nombreuses.
Les étudiants multiplient les formations
Majoritairement orientées logistique, elles sont délivrées par des organismes comme l'AFT-Iftim ou Promotrans, des écoles consulaires et privées ou encore le CNAM. Les diplômes de niveau bac + 5 sont plus nombreux et plus variés. On trouve ainsi des masters à orientation recherche, des masters à orientation professionnelle, des formations conduisant à des diplômes d'ingénieur, etc.
Les disciplines dominantes à ce niveau sont l'économie et la gestion, mais aussi la géographie et le juridique. Certains enseignements sont délivrés en anglais. Les formations bac + 6 conduisent toutes à des masters spécialisés reconnus par la conférence des grandes écoles (écoles d'ingénieurs ou de commerce).
Conclusion de Maurice Bernadet : le nombre des formations logistiques a considérablement augmenté ces vingt dernières années, notamment les DUT dans les années 90, les bac + 5 à partir de 1995 et les bac + 3 depuis 2000. Mais le nombre d'enseignants spécialisés dans ce domaine n'a lui pas vraiment évolué...


Autre enseignement de cette étude informelle : les étudiants multiplient les formations, enchaînant un IUT, une licence professionnelle, un master. Résultat : « il est très difficile de les convaincre de prendre un emploi et de revenir en formation quelques années plus tard, au titre de la formation continue » selon le secrétaire général de l'AFTIL.
L'état des lieux réalisé sur les formations logistiques montre un paysage opaque, des intitulés peu clairs voire trompeurs. Bref, comme le dit Maurice Bernadet, « on se demande comment les étudiants (et les employeurs...) peuvent faire un choix raisonné » . Notre prochain dossier sur la formation dans notre numéro de rentrée tentera donc de voir plus clair dans ce maquis...
 

L'avis des professionnels
Présents à ce colloque, Raphaëlle Langaigne, responsable du recrutement approvisionnement et logistique chez Auchan, et Jean-Louis Vincent, directeur des ressources humaines de Geodis, ont apporté leur point de vue de professionnel sur ce sujet des formations logistiques. La première gère 3 800 logisticiens et recherche avant tout des candidats opérationnels pour devenir responsables d'exploitation (bac + 2) puis responsables d'activité (bac + 5). « Il leur faut acquérir une autorité de compétence. C'est pourquoi la nature des stages effectués est importante » précise Raphaëlle Langaigne. Quant à son collègue de Geodis, il veut faire passer le message suivant aux enseignants : « impliquez-nous dans vos jurys d'examens, accentuons les échanges entre opérateurs et formateurs, sinon nous mettrons en place des formations maison » . Conclusion commune de ces deux professionnels : il faut rapprocher l'entreprise des études en matière de logistique.
 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

12070 offres d’emploi en ligne

Fermer X