emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Décrocher un titre d’ingénieur via la formation continue

 | par Gwenole Guiomard

Décrocher un titre d’ingénieur via la formation continue
Christian Lerminiaux, directeur de l’UTT.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Les solutions pour permettre aux techniciens supérieurs de décrocher un diplôme d’ingénieur sont nombreuses. Du Cnam en passant par les filières Fontanet, le Cesi ou les universités, chacun peut trouver sa voie.

En cette rentrée 2013, il est toujours aussi difficile aux techniciens supérieurs de dépasser le plafond de verre qui les brident dans leur progression de carrière. Pour changer de postes, il leur faudra décrocher un diplôme d’ingénieur…

« De nombreuses voies s’ouvrent aux candidats au titre d’ingénieur, précise Evelyne Bouchon, délégué générale adjointe du CEFI (comité d’étude sur les formations d’ingénieurs), un observatoire sur les formations scientifiques et techniques. La filière la plus ancienne est celle du Cnam (Conservatoire national des arts et métiers, http://ecole-ingenieur.cnam.fr). Il s’agit de suivre un cursus, hors temps de travail, en cours du soir. En additionnant les crédits ECTS, on décroche le titre d’ingénieur. Le cursus du CESI (www.eicesi.fr) est une autre possibilité tout comme la filière Fontanet (www.reseaufontanet.org), ouverte aux techniciens supérieurs avec 3 ans d’expérience professionnelle, les formations Decomps d’ingénieurs en partenariat (FIP) ou la voie par la validation des acquis dite DPE (diplômé par l’Etat, www.sidpe.info) ».

 

Deux à trois ans d’expérience

Chaque technicien supérieur peut donc trouver chaussure à son pied. Mais, ces cursus demande souvent le même pré-requis constitué, sauf pour le Cnam, d’un diplôme scientifique de niveau Bac+2 et deux à trois ans d’expérience.

Pour postuler à ces diplômes, le mieux est de s’y prendre largement en avance. Les dossiers à rédiger, les financements à trouver prennent au moins 6 mois. Un an est encore mieux. « Ainsi, pour intégrer notre cursus débutant en avril 2014, nous avons aussi une session débutant en novembre, c’est maintenant qu’il faut s’y prendre, précise Jean-Louis Allard, directeur de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche au Cesi. Nos 21 centres ont diplômé 250 personnes du titre d’ingénieur en 2011 en formation continue. Ce sont des Bac +2 scientifiques, d’un âge moyen de 32 ans, disposant de 3 ans d’expérience professionnelle. Ils suivent un cursus de 20 mois avec un an à temps plein et les 8 derniers mois année en alternance, stage ou contrat de professionnalisation ».

 

22 000 euros

Si ces techniciens supérieurs sont des salariés d’une entreprise, l’employeur peut financer alors le cursus. Ce peut être aussi des employés finançant via le congé individuel de formation ou des demandeurs d’emploi. En général, les établissements d’enseignement facilitent les choses pour financer ces cursus. Au Cesi, les deux années coutent 22 000 euros mais on propose aux chômeurs un tarif moindre tournant autour de 12 000 euros. Cela peut être beaucoup moins. A l’université de technologie de Troyes, la dernière année du cursus d’ingénieur en formation continue via la validation des acquis coûte à un candidat, sans entreprise, autour de 590 euros de frais d’inscription. « Nous proposons plusieurs options, conclut Christian Lerminiaux, directeur de l’UTT et président de la CDEFI. Mais il faut savoir qu’il est plus facile de décrocher un titre d’ingénieurs quand son entreprise est partie prenante du cursus ».


 

Fairevaloir son titre d’ingénieur obtenu par la formation continue

JulienRoitman est président du conseil national des ingénieurs et scientifiques de France.

« Lorsqueles élèves reçoivent leur titre d’ingénieur, obtenu par la formation continue ou pas, ildispose d’un diplôme de niveau unique. En France, on est ingénieur ou on nel’est pas. Si on dispose de ce titre, c’est qu’il a été homologué par la Commissiondes titres d’ingénieurs. C’est un gage de sérieux que tous les titulaires dece cursus peuvent mettre en avant auprès de leur futur employeur. Ensuite, l’obtention de ce cursus via la formation continue est aussi une preuveque l’on est plus opérationnel qu’un ingénieur issu de la formationinitiale. Et que l’on va intégrer l’entreprise plus vite car on a suivi des coursthéoriques et des sessions en entreprise. Le technicien supérieur qui devientingénieur apporte aussi un savoir-faire et son vécu. C’est bon pour lesentreprises. Elles adorent ces parcours avec des formations et des expériencesmultiples. C’est une forme de double compétence. C’est d’autant plus vrai quandl’employeur fait partie des petites et moyennes entreprises. Ces employeurs veulentdes salariés très rapidement opérationnels. C’est justement l’atout desingénieurs formés par la voie de la formation continue ».

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8723 offres d’emploi en ligne

Fermer X