emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Décrocher une grande école de commerce via la formation continue

 | par Gwenole Guiomard

Décrocher une grande école de commerce via la formation continue
Jean-Luc Faye de Bordeaux école de management.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Une poignée d’école de commerce propose de délivrer leur cursus–phare en formation continue. Une aubaine pour des candidats qui décrochent un diplôme de très haut niveau.

 

L’information est peu connue. Il n’y a pas de campagne de presse ni de listes d’écoles. Pourtant, depuis plus de 20 ans, les grandes écoles de commerce comme BEM, Escem, ESC Toulouse, EM normandie, ESC Pau, GEM ou Skema proposent à des candidats, en formation continue, de décrocher leur diplôme-phare. Celui du Master grande école à Bac +5. C’est le cas par exemple de Grenoble école de management. Son programme Formacadre (23 000 euros pour deux ans d’étude) a débuté en 1989. Il permet à des techniciens supérieurs mais aussi à des ingénieurs de se former et de décrocher l’un des meilleurs diplômes de management de France. « Nos stagiaires de la formation continue obtiennent exactement le même diplôme que nos élèves de formation continue, précise Jean-François Fiorina, directeur adjoint de Grenoble école de management et directeur de l’ESC Grenoble. En deux ans, GEM forme donc des stagiaires de la formation continue dont la moyenne d’âge frôle les 35 ans au management, à la finance, à la stratégie à raison d’une semaine par mois ». Certaines écoles comme BEM (Bordeaux école de management) organisent leur cursus (16 000 euros pour 18 mois de cours) le jeudi-vendredi-samedi toutes les 3 semaines. D’autres proposent une formation se déroulant le vendredi et samedi matin sur deux ans comme à Skema business school (22 040 euros pour l’ensemble du cursus).

 

Une volonté à toute épreuve

Pour postuler, il faut en général disposer d’un Bac +2 au minimum et une expérience professionnelle d’au moins 3 ans. Mais certaines écoles permettent de candidater via la validation des acquis de l’expérience avec le seul Bac en poche. L’important est ailleurs. Le candidat doit tout d’abord disposer d’une volonté à toute épreuve. Il devra aussi montrer à l’école qu’il peut s’investir deux ans sur ce projet. Cela signifie que la famille, l’entreprise et l’entourage soient favorables à ce cursus. Les écoles dispensant ces formations recherchent donc des personnes pouvant mener de front une vie d’étudiants, une vie personnelle et une vie professionnelle.

« La sélection se fait, principalement, à l’entretien de motivation, explique Martine Verbrugghe-Maillard, directrice adjointe de l’executive education de Skema business school et directrice du programme grande école en formation continue. Les candidats qui réussissent à intégrer nos cursus doivent être des personnes solides ».

 

Un accélérateur d’ambition

C’est le cas de Frédérique Bordes-Picard, 37 ans. Ingénieure (promo 97) de l’ENSTBB (Ecole nationale supérieure des technologies des biomolécules de Bordeaux), la jeune femme a suivi le cursus en formation continue de BEM en 2012. « J’y ai appris à maitriser les outils de stratégie de l’entreprise, précise-t-elle. J’ai désormais une vision transversale de mon métier. Cela me permet de dialoguer avec mes collègues du marketing, de la finance, du droit pour prendre les bonnes décisions ». Le diplôme lui a permis aussi de réaliser un gain salarial de 30 %. « Mon Master de BEM a pesé dans cette promotion, poursuit-elle. L’acquisition de ce diplôme prouve ma capacité de travail, mon adaptabilité et la possibilité de mener plusieurs projets de front ».

Ce diplôme constitue donc un accélérateur d’ambition. « Cela permet à nos candidats de crédibiliser leur volonté d’évolution professionnelle, estime Jean-Luc Faye, responsable de la formation continue à BEM (Bordeaux école de management). Ils décrochent le diplôme de l’ESC de Bordeaux. C’est un grade de Master et un diplôme visé par l’Etat », l’un des cursus les plus valorisés en France aujourd’hui.

 

L’apport d’un   cursus grande école

Laurent Houël, 45 ans, a décroché en juin 2012 le diplôme duprogramme grande école de  Skema business school par la formation continue. Il détenait précédemment un niveau Bac +2.

« Ce Master m’a permis de gagner en productivité et en professionnalisme. J’avais des limites en management, finance, droit… Jen’en maitrisais pas les fondements théoriques. En outre, au niveau plustechnique, j’ai suivi des cours en finance qui me permettent d’apporter une vraieanalyse sur ces sujets plutôt qu’une réponse mécanique. Enfin, ce diplôme grandeécole a développé mon savoir-être. Cela m’a désinhibé. Aujourd’hui, j’osedévelopper mes idées. J’ai acquis assez de confiance pour lancer des projetsdépassant la dimension technique. Je peux intervenir en réunion de direction. Je possèdedésormais suffisamment de recul. D’où une réflexion qui se trouve enrichie et quipermet de développer des actions de meilleures qualités ». GG.

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8723 offres d’emploi en ligne

Fermer X