emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Démissionner dans les règles

 | par Alice d’Orgeval

Démissionner dans les règles
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Quitter une entreprise n'est jamais facile. Pour rester maître de la rupture de son contrat de travail et faciliter le départ, mieux vaut respecter quelques règles.

Si la démission ne présente pas autant d'embûches que le licenciement, elle demeure un acte qui se prépare et s'opère dans les règles. "La première est de constituer une trace écrite", explique une juriste spécialiste du droit du travail dans un cabinet parisien. Pour cela, le salarié a le choix : remettre sa lettre de démission en main propre à son supérieur, ou à la direction des ressources humaines. "En échange, l'employeur signera la lettre", précise la juriste. La missive peut être aussi envoyée par courrier, avec accusé de réception. Notons que d'un point de vue légal, le salarié n'a aucune obligation à motiver les raisons de son départ. "Ensuite, c'est une affaire de relations humaines...", ajoute l'experte.

Comprendre la motivation d'une démission

Nous sommes très attentifs aux motivations d'un employé qui vient nous annoncer sa démission. J'essaie toujours de comprendre, et savoir comment on aurait pu l'éviter.  J'attends des salariés qu'ils m'annoncent leur décision eux-mêmes et de vive voix, le plus possible en amont, avant d'envoyer la lettre.  Nouveau métier, mobilité géographique, voilà selon moi de bonnes raisons de quitter une entreprise. A l'inverse : changer de job pour gagner 50 E de plus est un mauvais argument !
Au fil des ans, nous avons réussi à diminuer notre turnover, avec la mise en place d'une politique d'encadrement : il y a quelques années, nous perdions 10 % de nos effectifs par an ; en 2006, nous n'avons enregistré que trois départs, dont deux pour déménagement [sur 60 salariés, ndlr ].
 


C'est à partir de la date de présentation de la lettre de démission (ou de la réception du justificatif bleu par le postier dans le cas d'un accusé de réception) que le délai de préavis commence. Il dure de un à trois mois, en fonction du statut du salarié (employé, cadre...). Ce délai peut être écourté, voire supprimé après concertation entre l'employeur et le salarié sur le départ. "Ce dernier est très souvent attendu par un autre patron, qui essaiera toujours de l'incorporer à son équipe au plus vite", témoigne une directrice de réseau. Si c'est l'employé qui choisit de renoncer à son préavis, l'entreprise ne lui versera aucune rémunération à ce titre. En revanche, si c'est l'employeur qui l'en dispense, il doit lui payer une indemnité compensatrice, "y compris les commissions ou primes, calculées sur une base d'un an de salaire", signale la juriste. "Et toujours dans le cas d'une dispense, si le salarié dispose d'un téléphone et/ou d'un véhicule à usage professionnel, il en aura l'usufruit jusqu'à la fin du contrat."
 

Etre loyal jusqu'au bout

Il est bon de rappeler que le contrat de travail avec l'ancien employeur se termine toujours à la fin du préavis, effectué ou non. Jusqu'au bout, le salarié doit donc respecter l'entreprise, et conserver une attitude loyale vis-à-vis de son patron. "Pas question, par exemple, de dénigrer la société dans la sphère professionnelle, ou par voix de presse, cela se retournerait contre le salarié."
Enfin, avant de partir, l'employé démissionnaire reçoit une attestation Assedic, son solde de tout compte et un certificat de travail. Il ne lui reste plus qu'à organiser un pot de départ pour quitter son entreprise en bons termes, éventuellement de garder un lien avec son employeur et/ou ses ex-collègues, témoignage d'une vie professionnelle réussie.


L'avis de l'expert

A faire
- Etre présent jusqu'au bout dans l'entreprise.
- Vérifier que l'employeur retourne la lettre de démission signée.
- Prévenir ses clients et fournisseurs quelques jours avant le départ.
A éviter
- Ecrire une lettre de démission équivoque.
- Etre déloyal vis-à-vis de son employeur avant la fin du préavis.
- Interrompre un préavis sans le notifier par écrit.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

7894 offres d’emploi en ligne

Fermer X