emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Des employeurs généreux en termes de rémunération

Des employeurs généreux en termes de rémunération
Philippe Burger, Deloitte.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

Salaires au dessus du marché, périphériques intéressants et nombreux... Le secteur a gardé ses atouts pour fidéliser les talents. Et préparer la relève.

Côté rémunération, l'année 2013 sera à peine moins bonne que 2012 pour les troupes de l'assurance. Leur salaire de base devrait être relevé de 2,7 % à 2,8 %, soit 0,2% de moins que l'an passé et plus que la moyenne du marché. L'industrie et le bâtiment se contentent, par exemple, d'une hausse respective de 2,5 % et de 2,2 %. Quant aux jeunes diplômés, contrairement à 2010, ils n'auront pas de salaire abaissé à l'embauche. Autre tendance, l’individualisation gagne du terrain chez les mutualistes.

« Globalement, les budgets restent confortables dans le secteur, observe Philippe Burger, associé conseil rémunération et avantages sociaux au cabinet Deloitte. Ils sont plus restreints mais assez différenciés pour la population de bac +2 et au delà que les employeurs cherchent à retenir ». Car si le contexte est morose, la profession subit la vague de départ des babybommers qui va tripler d'ici fin 2015. Il va donc falloir fidéliser, recruter, former, rémunérer.

 

 

 

De jolis compléments de retraite Pour une fois, les cordonniers ne sont pas les plus mal chaussés. Sur ce sujet sensible par les temps qui courent, les salariés de l’assurance sont en effet bien lotis. Non seulement ils bénéficient d'une couverture santé avantageuse (surtout chez les mutualistes), mais en outre ils sont couverts par un régime spécifique, celui de l'article 83, dit "à cotisation définie". Cela leur permet d'arrondir chaque année leurs pensions de retraite de à 5 à 10 %. « La branche assurance fait en effet une obligation à tout employeur de cotiser tous les ans de 1 à 2 % du salaire de chaque collaborateur sur un compte individuel géré par un fond spécifique, explique Philippe Burger, directeur associé chez Deloitte. Cette somme sera versée ensuite sous forme de rente. L'entreprise abonde souvent cette obligation minima. La cotisation moyenne s'établit entre 2 et 5 % ». Autres « plus » pour le salarié, l'accès à des assurances (vie, décès, habitation, auto...) à des taux préférentiels. Cela permet d'économiser quelques centaines d'euros par an. M-M.S

 

 

 

Participation, intéressement

Les rémunérations sont donc attractives. Bien des postes de cols blancs démarrent à 40 000 € bruts annuels (hors primes). En premier lieu, l'actuaire qui, sur une voie royale, est le plus choyé. Selon les études du cabinet Deloitte, le débutant va démarrer à 56 000 € de salaire de base en médiane (la moitié gagne plus, la moitié gagne moins), une somme rondelette qui atteint les 71 000 € après de dix ans d'expérience. A cette somme, il faudra rajouter 20 000 € de bonus. C’est lui le pilier de la juste tarification des risques. Le souscripteur touchera 40 000 € de salaire médian en début de arrière mais aura 51 000 € après dix ans. Quant au commercial, il peut démarrer à ce niveau et tutoyer les 73 000 € une fois très confirmé. En outre, pour eux le bonus équivaut facilement à trois mois de salaire.

 

8 à 10 % de plus

A ces enveloppes, il faut adjoindre les montants de la participation, de l’intéressement investis dans des PEE (plan d’épargne entreprise) abondés par l’entreprise (4 % à 5 % de salaire en plus). Et de multiples avantages indirects : des formations à gogo, des C.E fort prodigues, une bonne couverture santé, des compléments retraites (cf. encadré), des outils dernier cri... En moyenne, les rémunérations des cadres sont de 8 à 10 % plus élevées qu’à fonction équivalente ailleurs.

 

Marie-Madeleine Sève

 

 

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Comment le masque change le rapport à nos collègues au bureau

Comment le masque change le rapport à nos collègues au bureau

Allons-nous tous devoir travailler pour toujours depuis notre domicile ?

Allons-nous tous devoir travailler "pour toujours" depuis notre domicile ?

Covid-19 : isolement et conditions de travail favorisent les conduites addictives

Covid-19 : isolement et conditions de travail favorisent les conduites addictives

Congés de fin d'année 2020 : quelles règles en entreprise ?

Congés de fin d'année 2020 : quelles règles en entreprise ?

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8723 offres d’emploi en ligne

Fermer X