emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Recrutement dans l'industrie, Recrutement dans l'assurance, la banque et la finance

Les élèves de l’Ecole d’ingénieurs Léonard de Vinci trouvent facilement du travail

 | par Laure Martin

Les élèves de l’Ecole d’ingénieurs Léonard de Vinci trouvent facilement du travail
Les jeunes diplômés de l’Ecole supérieure d’ingénieurs Léonard de Vinci (ESILV) trouvent rapidement un emploi.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

L’Ecole supérieure d’ingénieurs Léonard de Vinci (ESILV) a mené une enquête auprès de la promotion 2017 sur le Premier emploi des jeunes diplômés. Elle révèle des résultats encourageants en termes d’embauche.

 

C'est une école qui peut se targuer d'excellents résultats. Pas moins de 85 % des diplômés de l’Ecole supérieure d’ingénieurs Léonard de Vinci ESIVL (1) se déclarent satisfaits ou très satisfaits de leur premier emploi. Les jeunes diplômés de l’ESILV trouvent rapidement un travail dans un secteur qui leur plaît : deux sur trois avant leur diplôme et quasiment tous (97%) en moins de quatre mois (contre 90 % en 2017). Pour seulement 3 % d’entre eux, la durée de la recherche d’emploi a pris entre quatre et six mois. Au moment de l’enquête, 80 % des répondants étaient en activité professionnelle et 93 % embauchés en CDI. Si 75% des jeunes diplômés travaillent en Ile-de-France, 5% en province et 20% à l’étranger, 51% ont une fonction liée à l’International.

 

La place des réseaux d’anciens élèves et des réseaux sociaux augmente dans la recherche de ce premier emploi. 40 % des jeunes diplômés y ont eu recours en 2018 contre 35 % en 2017. Le stage de fin d'étude et l'apprentissage comptent eux pour 43% dans l’obtention d’un premier emploi.

 

Côté rémunération, le salaire moyen annuel brut se stabilise à 43 800 euros (identique en 2017 contre 42 800 euros en 2016). La moyenne pour le salaire brut annuel avec primes pour un premier emploi à l’international est de 55 700 euros. La rémunération la plus haute atteint 113 700, et la plus basse 36 000 euros.

 

Les secteurs d’emplois

Les responsabilités des jeunes diplômés sont relativement étendues puisque 67 % sont responsables d’un projet contre 62 % en 2017, et 31 % gèrent une équipe contre 20 % en 2017. Ce sont en majorité les fonctions liées au conseil, aux études et à la recherche ainsi qu’au développement (38% contre 24% en 2017), suivies de la Gestion/Finance (18% contre 16% en 2017) qui attirent les jeunes diplômés. Viennent ensuite les fonctions liées aux études et développement en système d’information (12 %), l’informatique industrielle et technique (8 %), la maîtrise d’ouvrage (6 %), les méthodes, contrôle de production et maintenance (4 %) et la direction générale (3 %).

 

Les deux secteurs d’activité phares restent l’ingénierie financière qui prend la première place (31 %) devant l’informatique (28%). Loin derrière : l’industrie automobile et aéronautique (13 %), les nouvelles énergies (7%), les bâtiments, travaux publics, construction (7%), le conseil et les bureaux d’études (3 %).

 

Ils sont par ailleurs en majorité (34 %) à travailler dans des entreprises de plus de 5000 salariés. 28 % d’entre eux ont été embauchés dans des entreprises de 250 à 4999 salariés et 20 % au sein d’entreprises de 50 à 249 salariés. 18% travaillent dans des entreprises de moins de 50 salariés.

 

Une formation transversale

 

D’après Jérôme Da Rugna, directeur adjoint de l’ESILV, cette embauche s’explique par différents facteurs : « La formation d’ingénieurs généralistes de haut niveau de l’ESILV résolument tournée vers le numérique, les nouvelles technologies, l’hybridation des compétences, l’innovation et l’international séduit les recruteurs. Ils apprécient particulièrement leurs compétences techniques mais aussi les soft skills, gages d’une prise de fonction opérationnelle très rapide. La transversalité de nos formations où ingénieurs, managers et designers apprennent à travailler ensemble, renforcée par les outils pédagogiques innovants mis à leur disposition, notre offre de doubles diplômes français et internationaux et nos partenariats privilégiés avec les entreprises majeures constituent des atouts indéniables pour leur employabilité. »

 

(1) Sur 167 diplômés en 2017, 163 ont répondu à l’enquête, soit un taux de réponse de 97 %.

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

SEEPH 2019 : TOUS DIFFERENTS, TOUS COMPETENTS !

SEEPH 2019 : TOUS DIFFERENTS, TOUS COMPETENTS !

Ces métiers du futur les plus plébiscités

Ces métiers du futur les plus plébiscités

Bâtiment : l’intelligence artificielle va-t-elle remplacer l’homme ?

Bâtiment : l’intelligence artificielle va-t-elle remplacer l’homme ?

Des milliers d’entreprises de BTP cherchent leurs nouveaux dirigeants !

Des milliers d’entreprises de BTP cherchent leurs nouveaux dirigeants !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5206 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X