emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Développement personnel: " les critiques me laissent sans voix "

 | par Marie-José Gava

Développement personnel: les critiques me laissent sans voix
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Cinq techniques pour réagir. Et bien.

Pas facile de recevoir une critique, justifiée ou non. Vous réagissez au quart de tour ? Vous risquez de passer pour l'obtus du service. Vous baissez les yeux sans vous justifier ? Attention à ne pas vous laisser piétiner. Entre la contestation systématique et la résignation, il y a un juste milieu ! Les techniques de communication que nous vous indiquons ci-dessous peuvent aider. Mais attention ! elles requièrent un minimum d'entraînement et de maîtrise de soi. Elles supposent, par ailleurs, de suivre une méthodologie rigoureuse avant de réagir : rester stable physiquement, marquer un temps d'arrêt pour respirer, remercier son interlocuteur d'évoquer le sujet, identifier le problème, envisager une solution et, enfin, reformuler la solution pour s'assurer que votre critiqueur accepte cette proposition. Un plan infaillible pour éviter de perdre ses moyens !

Le sphinx
Cette technique permet de ne pas se laisser déstabiliser par un reproche qui ne vous semble pas mérité. Premier réflexe : respirez profondément pour évacuer la « boule » émotionnelle qui vous coince la gorge. Ensuite, pendant un court instant, restez de marbre : ne dites rien, absolument rien. Contentez-vous de fixer votre interlocuteur droit dans les yeux. Maintenez le buste droit ; vous paraîtrez inébranlable, comme si la critique qui vous reste encore en « travers » était déjà digérée. Priez ensuite votre interlocuteur de reformuler ses propos.

L'édredon
Si la critique que l'on vous adresse a tout du jugement de valeur, ne ruez pas dans les brancards. Répondez par un courtois « c'est possible » ou « c'est votre opinion ». Si votre vis-à-vis n'est pas sot, il comprendra que vous l'invitez ainsi à argumenter avec des faits qui tiennent la route.
 

Le disque rayé
Si votre interlocuteur vous lance une critique qui vous déplaît, répondez par un argument qui coupe court à toute discussion. Exemple : « C'est ainsi que je conçois mon travail... » Il persiste ? Répétez cette phrase, imperturbablement, sans vous laisser démonter. Ainsi, aura-t-il la désagréable impression que ses remarques font l'effet d'un coup d'épée dans l'eau.

Le recentrage
Le principe de cette technique est de rappeler à votre interlocuteur le vrai sujet de la discussion et à lui signifier qu'il s'éloigne du coeur du débat. En lui montrant que vous n'êtes pas dupe, vous l'obligez ainsi à invoquer des arguments valables. « Je crois que vous abordez là un autre débat qui n'est pas notre propos aujourd'hui. »
 

Le refus
Cette technique la plus radicale consiste à rejeter avec fermeté d'entrer dans la discussion qu'engage votre interlocuteur : « Je ne souhaite pas discuter de ce sujet » ou, plus tranchant : « Je refuse d'aborder ce point. Quel est précisément l'objet de notre entretien ? » En mettant ainsi le holà, vous obligez votre interlocuteur à rebrousser chemin. Bien sûr, vous éviterez d'utiliser cet outil à tout va. Réservé aux situations où la diplomatie n'a plus guère d'impact...
 

Check-list élaborée avec Jean-Louis Muller, directeur de la Cegos et les conseils de Elisabeth Couzon et Françoise Dorn, auteurs de « Soyez un stressé heureux » (ESF, Cegos).
 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5367 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X