emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans grande distribution, Les salaires de la grande distribution

Directeur Supply Chain : Le pilote des flux de l'entreprise

 | par 

  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Cette nouvelle fonction vedette s'assure de l'acheminement des marchandises, de la fabrication aux rayons. Il arbitre entre qualité de service et réduction des coûts.

Sur la cote des professions en vogue, la supply chain talonne les acheteurs et les hommes du marketing. Le métier revient de loin. Pensez donc : jusqu'à l'an 2000, il se cantonnait à la gestion du transport des produits. Aujourd'hui, la supply chain, ou chaîne logistique étendue, s'est transformée en gestion globale des flux de marchandises, depuis la fabrication des produits jusqu'à leur mise en rayons. Son territoire s'est élargi et touche tous les points sensibles de l'entreprise. « Au fur et à mesure que la collaboration se renforce entre distributeurs et industriels, la supply chain intègre les flux informatiques et administratifs, ainsi que les relations avec les clients en aval et nos fournisseurs en amont », indique Dario Aimaro, directeur supply chain de Ferrero France.

Réduire au maximum les coûts de distribution

 

La logistique étendue est devenue le principal levier de gain de productivité, d'amélioration du service et de réduction des coûts. Avec la loi Dutreil qui accentue la pression sur les marges des distributeurs, donc des industriels, tous les schémas logistiques sont étudiés. Un éventail de possibilités aussi variable, en fait, que le périmètre de ce métier, différent chez un industriel ou dans une enseigne. L'horizon est commun : « maintenir sous pression les coûts de distribution », note Vincent Fontaine, directeur supply chain France de Castorama. Pour cela, le logisticien doit gérer la complexité de manière simple, aidé de systèmes d'information sophistiqués (progiciels de commandes, prévisions de la demande, gestion des entrepôts), avec des contraintes qui s'accentuent : coût du pétrole, arbitrage entre qualité du service et réalités économiques d'une rentabilité qui fond.

On distingue alors deux fonctions bien différentes chez les distributeurs et les industriels d'une certaine importance... deux métiers qui se fondent en un dans les PME : le directeur supply chain, et le directeur logistique opérationnel. Ce dernier « présente des qualités d'organisateur, capable de convaincre et d'entraîner », selon Alain Rocquefelte, directeur général de Système U Ouest et ancien directeur logistique.

Le responsable supply chain y ajoute une dimension plus stratégique. « J'anticipe sur les filières d'approvisionnement et les prévisions de flux, précise Vincent Fontaine. J'analyse les flux, de manière globale, en lien avec d'autres responsables de l'entreprise de même niveau. » Il intervient en amont pour définir les différentes chaînes de flux ; un équilibre délicat à tenir entre le sourcing lointain, européen, voire local dans le bricolage et l'équipement de la maison. Ce n'est pas un vain mot chez Conforama. « 80 % de nos clients repartent avec leurs achats. Le taux de disponibilité des articles en magasins doit donc être excellent », explique Philippe Blommaers, directeur supply chain du groupe. Cela impose un redimensionnement permanent des flux. « Il faut composer avec des systèmes de sourcing de plus en plus lents et en même temps il faut réagir très vite », ajoute-t-il. Le poids de la mauvaise décision est d'autant plus lourd.

Un pilotage fin et pragmatique

 

Fort de ces nouvelles attributions, le patron de la supply chain fait partie intégrante des comités de direction et travaille en ligne directe avec la direction générale. Il crée en fait sa fonction par rapport à la confiance que celle-ci lui accorde, et traduit la stratégie commerciale de l'entreprise dans le mouvement. En effet, si les schémas de flux dans la distribution courent sur trois ans, ils s'adaptent chaque année. « Il faut être capable d'accélérer certains paramètres comme le transport », détaille Vincent Fontaine. « On a très peu de visibilité », reconnaît un directeur supply chain d'une chaîne alimentaire. « Je n'ai fait que gérer du changement dans des circonstances différentes », commente Alain Rocquefelte. Dans ces conditions, un pilotage fin et pragmatique est de rigueur. Au premier rang des qualités exigées, l'expérience : « il doit avoir plus de métier que de bon sens », poursuit-il.

La fonction, accessible aux diplômés de haut niveau (bac+5), est donc souvent précédée d'une période de formation sur le terrain. Auchan a ainsi développé un système de vivier en confiant des petits comptes d'exploitation aux salariés sélectionnés pendant un ou deux ans.

« Pour ce métier, je préfère un homme de management que je formerai à la technique à un technicien logistique », appuie Alain Rocquefelte. Les cadres de la distribution ayant une compétence en marchandises (définition d'assortiment, supervision de la politique non alimentaire) sont appréciés. Encore jeune, le métier grandit au rythme de l'évolution professionnelle de ceux qui l'exercent. Une des pistes possibles : se spécialiser encore davantage. La majorité des directeurs supply chain qui ont changé de fonction ont migré vers des sociétés logistiques ou de services, voire vers des fonctions de direction générale. En bons spécialistes du changement permanent qu'ils sont devenus.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

372 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X