emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans l'industrie

Ecart salarial hommes femmes : l’écart expliqué et…l’inexpliquable

 | par Christine CATHIARD

Ecart salarial hommes femmes : l’écart expliqué et…l’inexpliquable
Les femmes ont d’avantage accès à des hiérarchies plus élevées, mais elles sont moins nombreuses dans les postes les plus rémunérateurs.
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer

En 2014, les femmes du secteur privé gagnaient en moyenne 14% de moins que leurs confrères masculins. Il y a dans ce gap un écart expliqué de 6% car elles occupent des postes à des positions moins élevées. Mais il y a aussi un écart inexpliqué de 8 points. Même s’il diminue, il reste soit un mystère, soit une discrimination des femmes à l’emploi.

Les femmes restent toujours et encore moins rémunérées que les hommes et ce malgré leur niveau d’étude et leur expérience professionnelle. Est-ce lié au fait qu’elles sont employées dans des entreprises moins rémunératrices ? Ou parce que, au sein d’une même entreprise, femmes et hommes n’ont pas le même salaire et souffrent donc d’une inégalité ? L’Insee a enquêté.

Progression des qualifications des femmes

En 2014, les femmes salariées du secteur privées percevaient en moyenne 14,4% de moins que les hommes (en 1995, cet écart était de 16,8%). Entre 1995 et 2014, le salaire des hommes a augmenté de 24,5% et celui des femmes de 28,2%. C’est le passage aux 35 heures et la progression des qualifications des femmes qui explique cette avancée.

Une partie de l’écart de 14,4% provient de la différence de niveaux de qualification, de diplôme, d’expérience professionnelle, de l’ancienneté, de l’âge, du secteur d’activité, du type d’employeur. Les femmes occupent en effet moins souvent que les hommes (10 contre 15,9%) des postes de cadres (mieux rémunérés). Elles sont aussi moins présentes dans les métiers où les salaires moyens sont les plus élevés. De plus, elles travaillent plus que les hommes dans des secteurs où les salaires moyens sont plus bas (hébergement restauration par exemple où elles représentent 49% des effectifs).

La difficulté de devenir cadre pour une femme

Depuis 1995 l’écart inexpliqué diminue mais l’écart expliqué reste constant. L’écart expliqué (diplôme, âge, expérience, catégorie socio-professionnelles, secteur d’activité, région d’emploi, taille de l’entreprise…) contribue à hauteur de 5,9% à l’écart global en 2014.

Mais à caractéristiques égales (diplôme, âge, expérience…), elles perçoivent en moyenne 8,4% de moins de l’heure que les hommes. Mystère ou inégalité de traitement ? Selon l’Insee l’écart inexpliqué « ne s’interprète pas comme un indicateur de discrimination salariale car les caractéristiques cités ne mesurent pas uniquement et parfaitement les compétences et la productivité des salariés ». Et  d’ajouter que la sous-représentation des femmes parmi les cadres « ne reflète pas uniquement des écarts de compétences. Elle illustre aussi la difficulté des femmes à accéder à ces emplois et ceci potentiellement du fait de comportements discriminatoires ».

Comportements discriminatoires

Le mot est lancé. Discrimination. L’accès plus restreint des femmes aux postes de cadres est selon l’Insee une voie vers le fait que les femmes cadres retenues soient finalement plus compétentes ou plus motivées que leurs confrères masculins.

Par contre, l’écart expliqué contribue tout autant aux inégalités de salaire en 2014 qu’en 1995. Les femmes ont d’avantage accès à des hiérarchies plus élevées, mais elles sont moins nombreuses dans les postes les plus rémunérateurs. 13,4% des femmes étaient cadres en 2014, contre 7,4% en 1995. A contrario, les 5 secteurs où les salaires sont les plus élevés comptent 33,3% de femmes contre 40,2% en 1995 ! Les choses s’améliorent d’un côté et se détériorent de l’autre.

Plus diplômées mais plus d’interruptions de carrière

En moyenne sur 2013 et 2014, les écarts sectoriels représentaient 3,4 points (plus de la moitié de l’écart expliqué). Le reste de l’écart expliqué ? La différence en terme de catégorie socioprofessionnelle (2,9 points) et 1,1 point qui provient des différences d’expérience professionnelle. A noter que ce manque d’expérience peut être lié aux grossesses, et autres « interruptions de carrière » comme on dit plus fréquentes chez les femmes. En revanche, les femmes sont plus diplômées, et l’écart expliqué est ainsi réduit de 1,4 point grâce à cela.

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

Vous aimerez aussi

Ces métiers du futur les plus plébiscités

Ces métiers du futur les plus plébiscités

Bâtiment : l’intelligence artificielle va-t-elle remplacer l’homme ?

Bâtiment : l’intelligence artificielle va-t-elle remplacer l’homme ?

Des milliers d’entreprises de BTP cherchent leurs nouveaux dirigeants !

Des milliers d’entreprises de BTP cherchent leurs nouveaux dirigeants !

Des outils innovants pour embaucher chez Lhotellier

Des outils innovants pour embaucher chez Lhotellier

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

514 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

VALTUS
FESTEIN D'ALSACE
FRAMATOME
ATS LASER
RIGHINI SA
Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X