emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans l'industrie

Elections aux prud’hommes : l’industrie remporte la palme du civisme

 | par Christophe Bys

  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Les élections prud’hommales n’ont pas mobilisé les salariés. L’abstention record profite aux syndicats les plus radicaux, CGT en tête. La CFDT paie son réformisme tranquille.

C’est une triste satisfaction. Avec un taux d’abstention de 66 %, le collège des salariés de l’industrie est celui qui a relativement le plus voté. Comme à l’échelle globale, la CGT y gagne quelques points par rapport aux précédentes élections en 2002, passant de  39,54 % à 41,8 %, tandis que la part obtenue par la CFDT (de 23,57 % à 20,8 %) ou Force ouvrière (19,67 % à 17,7 %) recule. 

Le principal résultat des élections prudhommales est d’abord constitué par le taux d’abstention record enregistré du côté des salariés. Près de 3 salariés sur 4 (74,5 %) n’est pas allé voter mercredi 3 septembre 2008. C’est le plus faible taux enregistré depuis l’organisation d’élections il y a maintenant  30 ans. Pour mémoire, en 2002, le taux d’abstention n’était que de 67,3 %. Du côté des employeurs, la participation a crû depuis le dernier scrutin. Elle a atteint 31,25 %, soit plus que les salariés. 

 

Les résultats en bref

Dans le collège des employeurs de l’industrie l’Union pour les Droits des Employeurs (qui regroupe le Medef, la CGPME, l’UPA la FNSEA et l’UNAPL) a obtenu 94,5 % des voix. Dans la section commerce, les mêmes listes ont obtenu 91,1% des suffrages.

Côté salariés, ces élections marquent la progression de la CGT au niveau global qui atteint 33,8 % des voix, tandis que la CFDT recule de trois points à 22,1 % et que Force ouvrière tombe à 15, 9 % (en retrait de 2,3 points).

L’union syndicale solidaire double son score, passant de 1,5% à 3,8 %, tandis que l’Unsa progresse de 1,2 point à 6,2%.

A noter enfin : le premier syndicat du collège encadrement n’est plus la CFDT mais la CFE-CGC.

 

Une organisation à revoir

Dans le contexte actuel, où de nouveaux critères de représentativité des syndicats de salariés ont été mis en place par la loi, la faible mobilisation électorale est un signal fort. Même si les résultats n’auront pas d’effets directs sur la représentativité. D’ailleurs, le bureau confédéral de Force ouvrière (un des syndicats qui a enregistré des résultats en recul) a indiqué dans un communiqué que la faible participation « pose par définition un problème d’interprétation des résultats », les élections ayant été « victimes de la crise ».

Parmi les facteurs explicatifs avancés : le fait que les bureaux de vote ne sont pas dans les entreprises. Même si les salariés peuvent légalement s’absenter de leur lieu de travail pour voter, beaucoup ont hésité à le faire. Certains salariés qui ont voulu aller voter  et qui cherchaient sur le site des élections le bureau de vote le plus proche se sont plaints, car le serveur était indisponible, racontent-ils.

 

L’échec du vote en ligne

Commentant les résultats, le ministre du Travail, Xavier Bertrand, a indiqué qu’il fallait « faciliter et simplifier » les modalités de vote aux élections, proposant notamment la généralisation de l’installation des bureaux de vote dans les entreprises. Le taux de participation aurait dépassé 50 % chaque fois qu’un bureau de vote était installé sur le lieu de travail des salariés.

Toutefois, ces informations sont à relativiser. D’après l’AFP, le vote par Internet qui n’était possible qu’à Paris n’a pas vraiment été un succès. Sur 1,3 million d’électeurs inscrits dans la capitale, 78 654 seulement, soit 5,82 % des inscrits ont eu recours à ce mode de vote. Il est vrai que le scrutin électronique s’est tenu à des dates distinctes du vote physique, ce qui n’a sûrement pas aidé à la mobilisation.

Le ministre a tenu à rappeler malgré tout que « près de 5 millions de votants, ça compte ». Autrement dit, pour lui « les résultats ont une vraie signification ». Il compte réunir les syndicats rapidement et faire réaliser une étude sur les raisons de l’abstention.

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

1322 offres d’emploi en ligne

Fermer X