emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

Embauches en légère hausse et baisse timide du chômage pour 2011

Embauches en légère hausse et baisse timide du chômage pour 2011
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
D’après les prévisions de Pôle emploi, le chômage devrait reculer dans les deux années à venir. Et les embauches légèrement augmenter.

 


Pôle emploi arrive avec son lot de bonnes nouvelles. A partir de cette année la France passera en dessous de la barre des 4 millions, et les embauches vont reprendre. Toutefois, tout cela à un rythme lent.

Les embauches augmenteront ainsi de 1,1 % par rapport à l’année dernière, avec 1 542 400 projets de recrutement. Les services prennent la plus grosse part du gâteau, le secteur concentre les 2/3 de ces demandes en main d’œuvre. La part des employeurs envisageant de réaliser au moins une embauche recule légèrement cette année par rapport à l’an passé, de 1,7 % pour s’établir à 18 %. Mais la bonne nouvelle c’est que même moins nombreux, ils recrutent plus (3,6 embauches en moyenne) et mieux (45,3 % d’entre eux proposeront un CDI).

 

En dessous des 4 millions de chômeurs

L’autre bonne nouvelle : le chômage va reculer. D’après les prévisions de Pôle emploi, dans un peu moins d’un an, la France comptera 3 971 000 chômeurs de catégorie A,B et C. La baisse bien que timide, devrait se poursuivre l’année suivante avec 3 862 000 chômeurs prévus pour la fin 2012.

Dans le détail, le nombre de chômeurs de catégorie A, c’est-à-dire les personnes en recherche active d’un emploi et n’ayant pas du tout travaillé, devrait diminuer de 55 000 en 2011 et de 71 000 en 2012. Cette catégorie avait vu ses rangs considérablement grossir en 2009 (+ 420 000) et en 2010 (+ 77 000). La baisse est donc moins vertigineuse que la hausse l’ayant précédée.

 

L’intérim jouera un rôle moindre dans la création d’emplois

En 2011, les créations nettes d’emploi devraient légèrement reculer par rapport à 2010, 110 000 contre 120 000. « En 2010, le facteur qui a le plus joué sur les créations d’emploi, c’est l’intérim. Nous faisons l’hypothèse qu’en 2011, la contribution de l’intérim aux créations nettes d’emplois sera moindre », a déclaré Bernard Ernst, directeur des statistiques, enquêtes et prévisions de Pôle Emploi, hier, lors d’une conférence de presse. La baisse de la contribution de l’intérim devrait laisser place à « des emplois durables » confirme le Pôle emploi.

Pour 2012, 134 000 créations nettes d’emploi sont anticipées. Ces prévisions se basent sur des prévisions de croissance du PIB de 1,7 % pour 2011 et de 1,8 % pour 2012, après 1,5 % l’an dernier. Des prévisions bien moins optimistes que celles avancées par le gouvernement tablant sur une croissance de 2 % pour cette année et de 2,5 % l’an prochain.

 

Lucile Chevalier

Les métiers en tension

C’est en apparence un paradoxe. Les chômeurs peinent à trouver un emploi, et les recruteurs à trouver des candidats. D’après Pôle emploi, 37,6 % des employeurs rencontrent des difficultés pour recruter. Il n’est pas aisé de trouver chaussure à son pied dans les secteurs de la construction, de la métallurgie, des industries manufacturières et dans le commerce. Pénibilité du travail, horaires, distance du lieu de travail ne poussent en effet pas les candidats au portillon. La pénurie des candidats (70 %) ou un profil inadéquat pour manque de motivation, d’expérience ou de diplôme (80 %) sont les principales difficultés évoquées par les employeurs. L.C.

 

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

7726 offres d’emploi en ligne

Fermer X