emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur
Une marque du réseau Emploipro.fr

Travailler dans grande distribution, Les salaires de la grande distribution

Employé libre-service : polyvalent par nature

 | par 

Employé libre-service : polyvalent par nature
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
Le métier de base des grandes surfaces est avant tout «le» maillon clé du dispositif point de vente. Avec en fond de toile, dans le quotidien des employés libre-service, une multiplicité de tâches qui font appel à des qualités tant physiques que psychique


Quatre heures, du lundi au samedi inclus. C'est le temps que Stéphanie Bailly consacre chaque matin à l'Intermarché de Saint-Jeoire (74), pour transformer un rayon crémerie marqué par les manipulations de la veille en véritable espace marchand.

À savoir: bien organisé, bien rempli, bien étiqueté et propre. Un rayon zéro défaut dont elle parle avec une certaine fierté: «Mon travail consiste à donner envie d'acheter. Je fais attention à ceque ce ne soit pas le bazar quand le magasin ouvre. Un rayon bien fait est une vraie satisfaction.»

Sa carte de visite professionnelle en quelque sorte. Stéphanie Bailly est l'une des 12 employés libre-service (ELS) de ce supermarché de 1800 m² situé à une vingtaine de kilomètres d'Annemasse. Chez elle comme chez ses collègues, ce métier de base dans la hiérarchie de la grande distribution n'est pas une vocation, d'autant qu'il est le moins bien rémunéré: le Smic est la référence.

Des responsabilités fortes pour l'image du magasin

Elle est entrée là il y a six ans, plus motivée au départ par la proximité lieu de travail foyer familial que par la nature de l'emploi. En zone rurale, et plus encore en montagne, cela reste un argument déterminant chez les candidats - féminins dans 75% des cas - à ce type de poste.

Dans son CV, pas d'expérience préalable des GMS, si ce n'est un passage lointain comme caissière dans une enseigne concurrente: «J'ai appris le métier d'ELS sur le tas. J'avais pas mal d'idées préconçues, je craignais de m'y ennuyer. Aujourd'hui, je considère que je pratique un beau métier.»

Et surtout un métier à part entière, d'une diversité qu'elle ne soupçonnait pas à l'heure du recrutement. L'embauche à Saint-Jeoire a lieu à 5h30. Mal réveillés et non polyvalents s'abstenir: les tâches multiples et variées s'enchaînent immédiatement, plus ou moins physiques aussi.

Elles collent globalement au descriptif habituel de la fonction ELS (nettoyer, dégager les produits abîmés, vérifier les dates de péremption, transporter les produits de la réserve au magasin, effectuer la mise en rayon, actualiser les étiquettes prix...), avec quelques aménagements maison.

«Pour une petite structure comme la nôtre, savoir déléguer permet degagner en efficacité
, commente Philippe Girat, patron de cet Intermarché. Je fais en sorte qu'au bout de quinze jours de présence dans l'entreprise, les ELS soient capables de passer eux-mêmes leurs commandes. Sur le frais, l'enjeu est plus complexe, car, contrairement au sec, le niveau de commandes est directement lié aux ventes de la journée.»

Il vaut donc mieux maîtriser son sujet et les réflexes d'achat de la clientèle locale pour décider d'accorder éventuellement plus de place dans le rayon à tel parfum de yaourt, à telle marque de dessert... Stéphanie Bailly assume cette responsabilité, la considérant même comme un «plus» sur le plan personnel : «J'apprends à gérer mon rayon. Ce sentiment d'indépendance est valorisant.»

Un tel investissement n'est pas monnaie courante. Philippe Girat le sait bien, constatant au passage que «huit personnes sur dix ne tiennent pas le coup» face à un job dont la réalité, ne serait-ce qu'en termes d'horaires, est estimée peu conforme au salaire: «Le problème est de savoir accueillir les gens dans l'entreprise et de leur donner des perspectives. Faute de temps, nous ne savons pas forcément bien faire...»

Un métier à revaloriser

Il est loin d'être le seul dans cette situation. Adhérent Leclerc à Bordeaux, Jacques Valois est confronté aux mêmes difficultés de recrutement puis d'intégration du personnel : «Ce métier est primordial, mais souvent déprécié. L'idéal serait des gens ayant une formation minimale pour qu'ils prennent ensuite leur poste en connaissance de cause. Cela serait plus facile, pour eux comme pour nous.»

C'est tout le sens du cycle ELS instauré cette année par la CCI de Bordeaux, via le GIC-FO, au centre de formation du Lac, à la demande des enseignes de la région. Le programme (385 heures au total) inclut 210 heures de cours sur des thèmes divers (connaissance du secteur GMS, gestion des marchandises, relation client,mise en valeur du produit, hygiène et sécurité...) et 175 heures de stage in situ.

« Les responsables de magasin se rendent compte que le meilleur moyen de retenir un salarié est de lui faire comprendre ce qu'il fait, surtout lorsqu'il s'agit d'un métier qui a une image négative
, précise Sophie Prat-Fourcade, coordinatrice pédagogique. Les personnes qui repartent d'ici sont opérationnelles et ont acquis les bases de la culture grande distribution.»

La formule semble payante. «Les premiers indicateurs montrent que l'on retient deux fois plus facilement les ELS préalablement formés à l'extérieur, se félicite JacquesVallois, qui a largement puisé dans la promotion 2007 du centre de formation. Par rapport à l'intégration directe, il n'y a pas photo.»

À Saint-Jeoire, Stéphanie Bailly, qui peut faire figure de cas d'espèce, n'a pas eu besoin de passer par la case formation pour s'impliquer. Elle a découvert presque par hasard un univers qui lui plaît et dans lequel elle souhaite avancer. En lui consacrant plus de temps que les vingt-cinq heures actuelles, en s'engageant plus encore.

Ce métier était le ticket d'entrée dans le monde des grandes surfaces. Pour elle, c'est acquis, ce ne devrait pas être celui de la sortie. À bon entendeur...

Guy Leray

« Sans le goût du contact avec la clientèle, on n'a rien à faire dans ce métier-là. Je m'occupe de mon rayon avec coeur, en me mettant systématiquement à la place de la personne qui va venir faire ses courses. » Stéphanie Bailly, 39 ans, employée libre-service crémerie, Intermarché de Saint-Jeoire (Haute-Savoie)

Son CV
1985 CAP
1991 Caissière dans le supermarché Genty Rallye de Viuz-en-Sallaz (74)
1994 Gardienne d'un groupe d'immeubles
1997 Associée dans le commerce de brocante créé par son mari
Depuis 2001 Employée libre-service au rayon crémerie, Intermarché de Saint-Jeoire

L'essentiel de la fonction

Formation
> En direct, sur le terrain, après embauche
> BEP vente action marchande, CAP employé de commerce multiservice ou employé de vente spécialisé, bac pro commerce
> Certificat de stage via un centre de formation

Qualités requises
> Un bon relationnel
> Le sens de l'organisation
> L'esprit d'équipe
> Du dynamisme et de la réactivité
> De la ponctualité et, parallèlement, une souplesse (si nécessaire) en termes d'horaires
> Un bon physique pour assurer un travail en position debout
> Une hygiène irréprochable

Missions
> Étiqueter et baliser les produits
> Contrôler les dates de consommation sur les produits alimentaires
> Assurer la mise en rayon et l'organisation de l'offre
> Éviter les ruptures en réapprovisionnant le rayon en cours de journée si nécessaire
> Être capable d'informer la clientèle
> Passer les commandes, et participer à la gestion d'un sous-rayon le cas échéant

Rémunération
> Autour du Smic mensuel pour un débutant, soit de 1200 à 1300 € sur une base 35 heures

Évolutions possibles
> Agent de maîtrise
> Gestionnaire de stock
> Chef de rayon


 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

295 offres d’emploi en ligne

Les entreprises qui recrutent

Voir tous les recruteurs

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X