emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

En 2010, les entreprises ont misé sur la rémunération variable

En 2010, les entreprises ont misé sur la rémunération variable
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
En 2010, les entreprises ont misé sur la rémunération variable pour doper la performance individuelle des salariés. Il s’agissait aussi de fidéliser les meilleurs éléments. Cette politique devrait perdurer en 2011. C’est une étude du cabinet de ressources humaines Aon Hewitt qui le précise.

 

La crise a induit de nouvelles mœurs dans les entreprises. Face à une enveloppe d’augmentation salariale amincie, une nécessité de maîtriser les coûts tout en retenant les talents clés, les entreprises françaises ont manié de plus en plus la carotte de la rémunération variable. D’après l’étude annuelle du cabinet de ressources humaines, Aon Hewitt, 60 % des sociétés françaises interrogées ont intégralement versé, voire dépassé leur budget alloué à la rémunération variable.

Représentant de 5 à 10 % du salaire de base, cette pratique ne concerne plus uniquement les commerciaux. « Au cours des dernières années, de nombreuses entreprises ont refondu leurs systèmes de rémunération variable en agissant sur le choix des critères de performance et en élargissant les populations visées au sein de l’entreprise, souligne l’étude. De ce fait, la rémunération variable touche désormais une large partie des salariés. » Une tendance qui devrait se poursuivre. Pour 2011, 46 % des sociétés interrogées prévoient d’élargir la population visée par cette pratique.

 

Redéfinir les critères de performance

Les salariés sont principalement récompensés pour leur capacité à ramener un peu plus d’argent à leur boîte. Pour 50 % des entreprises interrogées, l’augmentation du chiffre d’affaires est le premier motif de gratification. La « performance » se doit d’être sonnante et trébuchante, à l’oreille du patron. Mais comme le souligne l’étude, il n’est pas toujours bien entendu ou du moins compris. Un tiers des entreprises considère que leur plan de rémunération variable est inefficace. Tout dépend d’une bonne capacité à communiquer les objectifs. Elle est jugée comme facteur de réussite à 50 %, mais également de risque à 42 %. Un domaine sur lequel, les managers vont devoir travailler. 61 % des entreprises envisagent, pour 2011, d’investir davantage dans la communication et la formation. Et 32 % déclarent nécessaire de redéfinir les critères de performance.

 

Lucile Chevalier

 

 

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

8723 offres d’emploi en ligne

Fermer X