emploipro.fr le site d’offres d’emploi professionnelles des magazines

L'argus de l'assurance L'usine nouvelle Lsa Neo restauration Le Moniteur

En 50 ans : un emploi féminisé, plus qualifié et moins durable

En 50 ans : un emploi féminisé, plus qualifié et moins durable
  • partager avec Facebook
  • partagez avec twitter
  • partager avec google +
  • partager par email
  • imprimer
D’après une étude de l’Insee, parue aujourd’hui, l’emploi en 50 ans s’est féminisé. Le niveau de formation s’est élevé et les statuts se sont multipliés.

Le travail c’était comment avant ? L’Insee s’est penchée sur la question et répond dans une étude publiée aujourd’hui. Elle retrace l’évolution de l’emploi depuis 50 ans. Au début des années 60, avant la déferlante des années pop, le travail était une affaire d’homme. Selon un recensement réalisé en 1962, sur les 19 millions d’actifs, les 2/3 étaient des hommes. A cette époque aussi, les ouvriers vivaient leur âge d’or. En 1962, ils représentent 39 % de la population active.

Plus de femmes, plus précaire

Aujourd’hui, le travail est aussi devenue une affaire de femmes. Elles représentent près de la moitié des actifs (47 %). Arrivées plus tard sur le marché du travail, elles n’ont malheureusement pas toutes réussi à attraper les meilleurs parts du gâteau. Même si « elles accèdent beaucoup plus souvent qu’auparavant à des postes d’encadrement, elles occupent fréquemment des emplois faiblement qualifiés dans le secteur des services », souligne l’étude. Quant à l’ouvrier, exit l’âge d’or. C’est la bérézina. Les ouvriers ont pris en pleine figure le déclin de l’industrie, la montée en puissance des nouvelles technologies de l’information et de la communication, le renforcement des fonctions commerciales et le souci d’une gestion plus rationnelle des ressources humaines. Conséquence : aujourd’hui, les ouvriers comptent pour moins d’un quart de la population active. A l’inverse, la part des employés s’est accrue de 10 points, passant de 18,3 % en 1962 à 28,4 % en 2007. Le poids des professions intermédiaires s’est alourdi de 14 points (de 11,1 % à 24,8 %) et celui des cadres de plus de 11 points (de 4,7 % à 15,8%).

L’employé nouvelle génération est aussi plus formé et évolue dans un contexte plus précaire. Les bacheliers ou diplômés d’études supérieurs sont en majorité aujourd’hui (51% ) alors que seulement 8,5 % de la population active étaient dans ce cas en 1962.

Baisse des CDI, hausse des emplois temporaires

Le règne de la grande entreprise industrielle marquée par une organisation du travail de type fordiste, avec essentiellement des contrats de travail à durée indéterminée et à temps plein, appartient au passé. Aujourd’hui la multiplication des statuts, le développement de la précarité et du chômage régentent le marché de l’emploi. Entre 1990 et 2007, selon les recensements de la population, la part des emplois temporaires dans l’emploi salarié est passée de 10 % à 15 %.

Lucile Chevalier

 

Partagez cet article

NEWSLETTER

Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à la newsletter !

GRATUITL'aéronautique recrute mais manque de candidats

Déposez votre cv et devenez visible des recruteurs

Je dépose mon cv
Suivez-nous sur Facebook !

5492 offres d’emploi en ligne

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
Fermer X